En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Fermentalg lance l'exploitation industrielle des microalgues

Biodiversité  |    |  Angela Bolis Actu-Environnement.com

L'entreprise Fermentalg a réuni 14,6 millions d'euros d'aides et d'investissements avec le soutien d'Oséo, organisme de financement des PME innovantes, pour lancer un projet européen autour de l'exploitation industrielle des microalgues (Eima). L'objectif : produire en masse des molécules utiles pour la santé, la nutrition (Oméga 3), la cosmétologie, ou encore la chimie et l'énergie. A terme, cette production pourrait s'appliquer aux biocarburants.

L'entreprise s'intéresse à des souches et cultures de microalgues "hétérotrophes" ou "mixotrophes", et non "autotrophes", c'est-à-dire qu'elles n'ont pas, ou très peu besoin de lumière. Les rendements sont alors cinquante à cent fois supérieurs aux cultures traditionnelles. Le projet Eima devrait entraîner, selon Fermentalg, une division par dix des coûts de production de la biomasse issue des microalgues d'ici 5 ans.

Cette matière première issue des algues intéresse autant des industriels (Lacatalis, Pierre Guerin, Sanders, Rhodia) que des scientifiques : le Commissariat à l'énergie atomique (CEA), le CNRS, l'Institut national des sciences appliquées (Insa), ou encore l'Institut des corps gras (Iterg).

Réactions1 réaction à cet article

 

C'est une belle avancée, mais quelle dommage de ne pas vraiment utiliser le potentiel des microalgues, à savoir convertir l'énergie photosynthétique en production de biomasse. L'utilisation en mode hétérotrophe ou mixotrophe implique l'utilisation de substance carbonée pour le développement de la biomasse et donc augmente fortement l'impact environnemental d'une telle production.
Qui plus est la part de ces espèces (hétérotrophes) au sein du règne des microalgues est fortement limitée par rapport au nombre d'espèce autotrophe, on passe donc réellement à côté de la majorité des espèces qui ont donc beaucoup plus de potentiel en pharmaceutique ou en dermo-cosmétique.
Pourtant d'autres acteurs en France se proposent de produire ces espèces autotrophes (Photosynthèse et carbone inorganique (comprendre CO2)) mais on en parle beaucoup moins. Pour n'en citer qu'une, Microphyt (située vers Montpellier) possède actuellement deux photobioréacteurs uniques et brevetés capable de produire de la biomasse de n'importe quelle espèce. Mais on en parle moins... pourtant la production vient de franchir le cap des 100kg de biomasse sèche produite.

ReAct | 13 juillet 2011 à 00h13
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager