En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

"Si EDF veut l'autorisation d'exploiter l'EPR de Flamanville en 2016, il faut fermer Fessenheim", Rol-Tanguy

Energie  |    |  Florence Roussel Actu-Environnement.com

Dans un entretien accordé au quotidien Dernières Nouvelles d'Alsace, le délégué interministériel chargé de la fermeture de la centrale de Fessenheim, Francis Rol-Tanguy a précisé l'option de pression choisie par l'Etat pour contraindre à la fermeture. "Dans la loi sur la transition énergétique qui sera discutée au printemps puis votée avant la fin de l'année 2014, il y aura un article qui plafonnera la capacité de production nucléaire au niveau actuel. En clair, si EDF veut l'autorisation d'exploiter l'EPR de Flamanville comme prévu en 2016, il faut fermer Fessenheim".

Même si le projet de loi a été reporté, le délégué ne semble pas inquiet pour le respect du calendrier : "On n'est pas encore hors délai", même s'il constate encore "des problèmes de procédures". Il évoque d'ailleurs la date de 2018 pour commencer le démantèlement de la centrale : "Quand on arrête une centrale - et ça, on sait faire - il faut laisser reposer le combustible dans la piscine à combustible, le temps qu'il puisse être transporté vers la Hague. Cela demande au moins deux ans et on ne peut commencer la déconstruction tant qu'il y a du combustible sur le site".

Seul regret de Francis Rol-Tanguy, le dialogue bloqué avec les syndicats et les élus locaux qui, selon lui, fait perdre du temps "pour explorer les pistes de reconversion". Ces derniers attendent les suites du recours déposé au Conseil d'Etat contre la nomination du délégué interministériel.

Réactions9 réactions à cet article

 

Et la marmotte elle met le chocolat dans le papier d'allu !!!!!!!

livier68 | 25 septembre 2013 à 22h29
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Est-ce que le coût de cette fermeture politico-administrative sera mise sur les comptes de campagne des prochaines élections?
C'est absolument puant. Staline ou même De Gaulle se donnaient l'autorité pour prendre ce type de décision, ici, faute d'autorité on prend des méthodes de fillettes en cours de récréation .
Aucun argument technique ne pouvant justifier cette fermeture qui va nous coûter des milliards, on évoque ce type de mesquinerie uniquement pour contenter l'accord politique avec les pseudo-écolos qui disent eux-mêmes qu'ils sont plus intéressés par l'"écologie politique" que par la protection de la planète.

VD69 | 26 septembre 2013 à 09h28
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Pourquoi faut-il fermer Fessenheim ? Première réponse "parce que", le niveau de l'argumentation est de l'ordre de celle d'un môme de 4 ans (les pseudo-analyses de risque et de vétusté sont charmantes mais non crédibles). Deuxième réponse : complaire à une composante encore médiatiquement utile de la majorité. Troisième réponse : complaire à Merkel, qui a une certaine capacité de nuisance en Europe, on l'a vu avec la Grèce. Et c'est ce que le gouvernement ose qualifier de politique énergétique...

dmg | 26 septembre 2013 à 19h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Pauvre Rol-Tanguy, en quête d'autorité après avoir été éconduit tant par les syndicats que la direction d'EDF ! Et qui cherche à convaincre de l'inéluctabilité de l'arrêt de Fessenheim avec des arguments éculés !
Mon cher Monsieur, il suffira, si le gouvernement maintient ce chantage, qu'EDF retarde de quelques mois la mise en service de Flamanville, pour qu'en 2017, avec la déculottée des guignols au pouvoir, un autre gouvernement annule toutes les mesures prises contre le nucléaire et laisse Fessenheim ET Flamanville démarrer !

alain38 | 28 septembre 2013 à 17h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Ce Rol-Tanguy me fait pitié, car après s'être fait éconduire par les syndicats et la direction d'EDF, il se raccroche à un texte loin d'être voté pour justifier sa mission impossible.
Hé, Rol-Tanguy, Fessenheim ne sera pas démantelé en 2018 parce qu'en 2017 tes commanditaires auront pris une déculottée monumentale. Et si la loi sortait entretemps, il suffirait de retarder un peu le démarrage de Flamanville, par ex. juste après les présidentielles, pour que la nouvelle majorité, non contaminée par l'idéologie anti-nucléaire, permette le démarrage de Flamanville Et le fonctionnement de Fessenheim.

alain38 | 29 septembre 2013 à 12h04
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Fantasmer sur 2017 est bien risqué. Même dans l'hypothèse très probable d'un changement de gouvernement, j'imagine mal une nouvelle majorité inverser le processus sachant qu'Hollande aura fait le plus dur et essuyé tous les plâtres. L'opinion publique n'est pas majoritairement favorable au nucléaire et aller à l'encontre de la fermeture serait une erreur politique monumentale.
Alors plutôt que de fantasmer et s'égosiller contre une fermeture qui de toutes façon aura lieu (pour ceux qui en douteraient, je vous invite à lire l'article du 17 octobre 2013 de l'Usine Nouvelle), nous ferions mieux de travailler très sérieusement à la reconversion des employés du site!

AlexG | 18 octobre 2013 à 16h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@AlexG
Vous vous trompez lourdement.
D'abord sur l'opinion publique : il y a 3 fois plus de français qui sont favorables au nucléaire que de français qui y sont opposés.
Ensuite sur la volonté et même l'intérêt qu'à Hollande à fermer cette centrale : il fera traîner et laissera la décision finale à son successeur.
Enfin sur son successeur : je vous rejoins sur le fait qu'il sera probablement de l'opposition actuelle. Or celle-ci est quasiment unanime sur le fait que l'industrie nucléaire est l'une des meilleures chances pour notre pays, donc elle s'attachera à maintenir Fessenheim en fonctionnement.
Et même si Hollande initiait les procédures de mise à l'arrêt, rien ne sera irréversible en 2017.

alain38 | 18 octobre 2013 à 21h36
 
Signaler un contenu inapproprié
 

alain 38
Vos sources pour le % de français favorables au nucléaire??? Ca m'intéresse. Pour le reste je maintiens, que ça vous plaise ou non, Fessenheim fermera tôt ou tard, et d'autres après elle.
Et finalement on s'en balance de savoir quand elle fermera, l'enjeu est de savoir ce que l'on fera des EMPLOIS. Que ferez-vous si on prolonge sa durée de vie et que dans 10 ans on réannonce sa fermeture. Vous crierez toujours au scandale et miserez tous vos espoirs de maintien de l'activité sur un changement de cap politique. Ce n'est pas sérieux...

AlexG | 21 octobre 2013 à 14h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@AlexG
Mes sources sur les sondages d'opinion ? en voilà une, sérieuse et prise au hasard http://www.ifop.com/media/poll/2275-1-study_file.pdf
Quant à votre fixation sur l'arrêt des centrales, Fessenheim en tête, je vous encourage à analyser la récente position du gouvernement sur l'autorisation de passer à 50 ans la durée d'amortissement des centrales, alors que Fessenheim n'a pas encore atteint 40 ans. D'accord, ce n'est pas tout à fait officiel, alors attendez l'annonce officielle et dites-moi ce que vous en pensez. Et ne me dites pas que durée d'amortissement et durée de fonctionnement ne sont pas synonymes, tout le monde le sait, mais généralement ils vont de pair non ?

alain38 | 21 octobre 2013 à 19h42
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager