Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Bruit : la fermeture des voies sur berges parisiennes impacte essentiellement les quais hauts

Risques  |    |  Philippe Collet

"Les conséquences acoustiques de la fermeture à la circulation de la voie Georges Pompidou se manifestent essentiellement dans Paris intra-muros, notamment sur le secteur des quais hauts, et que celles-ci sont plus accentuées sur la période nocturne qu'en journée." Les riverains des quais hauts ont vu la pollution progresser fortement, en particulier la nuit. Telle est la principale conclusion du rapport final d'évaluation des conséquences acoustiques induites par la fermeture de la voie sur berge rive droite, publié mardi 14 novembre par Bruitparif.

Ce rapport a été réalisé dans le cadre de l'évaluation de l'impact de la fermeture à la circulation la voie Georges Pompidou sur 3,3 km de long, de l'entrée du tunnel sous les tuileries à la sortie du tunnel Henri IV. Il a été remis au comité de suivi mis en place par la préfecture de police. Le dispositif mis en place par Bruitparif couvre les abords directs de la voie fermée à la circulation ainsi que les axes potentiellement impactés par des reports de trafic à Paris et en petite couronne. Il a été mis en place sur une année compète entre début novembre 2016 et fin octobre 2017.

2 à 4 dB(A) de plus la nuit

Concrètement, Bruitparif constate que la fermeture à la circulation de la voie Georges Pompidou a entraîné "une augmentation importante des niveaux nocturnes (22-6h) de bruit, souvent supérieure à 2 décibels pondérés A (dB(A)) et pouvant aller jusqu'à 4 dB(A) (soit des augmentations de +60% à +150% de l'énergie sonore) sur une bonne partie des quais hauts rive droite". Celle-ci est liée aux reports de trafic sur les quais hauts. Bruitparif précise que "les niveaux de bruit en façade des riverains sur ces secteurs des quais hauts s'établissent désormais entre 65 et 70 dB(A), soit de 5 à 10 dB(A) au-dessus du niveau maximum autorisé retenu pour la période nocturne qui est de 60 dB(A)".

"Les augmentations constatées sur les quais hauts sont moindres sur la période diurne, les hausses de bruit de circulation y étant inférieures à 2 dB(A) pour cette période". Le constat est similaire pour certains axes dans Paris intra-muros qui ont subi une augmentation de bruit en lien probable avec les reports de trafic ou l'augmentation de la congestion. En revanche, il n'y a pas d'évolution notable en dehors de Paris intra-muros.

Début octobre, Airparif avait publié le bilan similaire suite à ses campagnes de mesures des niveaux de pollution de l'air.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager