En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Algues vertes : la préfecture de Bretagne et NKM insistent sur l'application des mesures annoncées en 2010

Eau  |    |  Philippe Collet Actu-Environnement.com

Après avoir confirmé que l'hydrogène sulfuré (H2S) issu de la décomposition des algues vertes est ''la cause la plus probable'' de la mort en juillet 2011 d'une trentaine de sangliers dans les Côtes d'Armor, les services de l'Etat et Nathalie Kosciusco-Morizet, ministre de l'Ecologie, insistent sur la nécessité d'appliquer strictement les mesures formulées en mars 2010 via deux circulaires préfectorales.

Lundi 8 août, la préfecture de Bretagne a publié un communiqué de presse résumant les mesures de sécurité applicables et "[rappelant] que toute plage ou portion de plage sur laquelle les algues fraîches n'auraient pas pu être ramassées, est immédiatement interdite au public et ce jusqu'à nettoyage complet." Par ailleurs, "la collecte quotidienne des algues fraîches se fait impérativement sous 24 heures par des personnels des collectivités territoriales et entreprises privées, personnels formés aux bonnes pratiques pour leur sécurité", précise le document.

Le nombre de plages concernées est inconnu

Ce mardi 9 août, la ministre en déplacement à Arromanches-les-bains (Calvados) a tenu un discours similaire. "La priorité dans ce contexte c'est l'application des mesures de protection : aucune plage où les algues vertes ne peuvent être ramassées toutes les 24 heures ne doit être fréquentée" a-t-elle indiqué à l'AFP réclamant "la fermeture effective de toutes les plages" concernées.

Si la ministre n'a pas indiqué combien de plages sont visées par la mesure, l'AFP rapporte que selon le docteur Claude Lesné, spécialiste de la toxicité des polluants aériens, une cinquantaine de plages pourraient être concernées sur le littoral breton.

Nathalie Kosciusco-Morizet a par ailleurs appelé à l'application rapide du plan de lutte contre les algues vertes présenté en février 2010. "Un jour il faut que ça s'arrête, ça fait 20 ou 30 ans que ça dure [et] l'urgence c'est la mise en oeuvre du plan algues vertes" a-t-elle déclaré, précisant que "ce plan, qui concerne huit baies et doit conduire des centaines d'exploitations à se transformer, doit être signé en septembre pour la baie de Saint-Brieuc." "L'agriculture a une part importante dans les nitrates qui sont produits en Bretagne et se retrouve dans les rivières", a-t-elle ajouté.

Enfin, elle a confirmé que "les analyses tendent à montrer que c'est vraiment l'hydrogène sulfuré issu de la décomposition des algues qui est la cause majeure du décès de 36 sangliers."

Réactions1 réaction à cet article

 

Enfin ,une petite lueur d'espoir! Les services de l'ETAT et N.K.M utilisent
le terme de probabilité pour l'H2S, cause évidente et prouvée par les Experts, de la Mortalité des sangliers et ,le plus important, promulgueront
des mesures de Prévention et de sensibilisation des "accusés coupables"
les agriculteurs traiteurs ,éleveurs , épandeurs, au besoin "vitale" de
diminuer rapidement la pollution des sols par épandages de nitrates
concentrés dans les lisiers ,fientes et pire,les engrais nitratés!
2012 est proche! Ou ça change, ou on réagira dans les URNES!
Merci

arthur | 11 août 2011 à 13h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager