Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Fessenheim : Alsace Nature dénonce le projet de fonderie de déchets radioactifs

Déchets  |    |  Philippe Collet  |  Actu-Environnement.com

Le 20 septembre, l'association Alsace Nature a annoncé avoir quitté le comité de pilotage du projet de territoire de Fessenheim (Haut-Rhin). L'association environnementale, membre de France Nature Environnement (FNE), critique « le projet d'EDF, soutenu par l'État et les élus, d'un Technocentre ou Val'm, c'est-à-dire d'une fonderie de déchets nucléaires ». Ce Technocentre est « totalement incompatible » avec l'objectif affiché initialement.

« En tant qu'association antinucléaire, nous ne comptons pas faire la courte échelle au nucléaire qui essaie de revenir à Fessenheim par la fenêtre, alors qu'il a été sorti par la porte ! » résume-t-elle.

Une fonderie qui compromet l'avenir

Alsace Nature rappelle s'être engagée dans le projet de territoire, et notamment pour la création d'une zone d'activité (Ecorhena), parce qu'elle « [estimait] nécessaire et responsable de participer à la revitalisation économique du secteur, tout en préservant les richesses écologiques de la bande rhénane ». Ce projet territorial se devait être « un modèle d'innovation pour l'industrie et les énergies du futur ». En février 2019, le gouvernement en faisait d'ailleurs un modèle pour la reconversion des territoires concernés par la fermeture de réacteurs nucléaires ou de centrales au charbon.

Las, deux ans et demi plus tard, l'association déchante. Elle considère que le projet de fonderie des déchets radioactifs métalliques de très faible activité (déchets TFA) est « un futur gouffre économique [qui] produira des rejets toxiques, nécessitera un trafic intense de convois exceptionnels (avec la mise au gabarit des voiries) et donc dégradera la qualité de vie des riverains ». Cette installation « sera, en outre, totalement contre-productive pour attirer (à proximité dans Ecorhena) des entreprises de pointe a priori moins génératrices de nuisances ». Le soutien apporté au projet par des « élus, toujours addicts au nucléaire, [risque] de compromettre durablement l'avenir du territoire », prévient l'association.

Réactions2 réactions à cet article

 

Fessenheim... les écolos sont contents, on a remplacé une centrale nucléaire par une autre au charbon... parce que c'est bien ce qu'il s'est passé cet hiver ! Et leur parler de gestion des déchets nucléaires, le chiffon rouge absolu : quoi, il y aurait des solutions à la gestion des déchets nucléaires, au contraire du CO2 ?

dmg | 23 septembre 2021 à 10h28
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Ah bon, on a ouvert une centrale au charbon?
Pour le reste, il serait quand même souhaitable que nous (français) pro ou anti-nucléaires assumions NOS déchets à ce sujet, ici et à Bure, au lieu de les refiler au fin fond de la Sibérie, à ciel ouvert, ou même à la Hague où tout convoi est sous potentiel problème d'acheminement.
Je suis pro-fermeture de Fessenheim certes, mais j'ai profité de son électricité, il me parait donc logique d'en assumer les conséquences.
Vivant à 30 kms de ce site, dans la PQR, hormis le blabla de la faune locale élue qui se gargarise avec un nom de site, Ecorhena, je ne vois rien d'autre dans le plan de revitalisation... ah si, la possibilité de construire un casino sur l'ile du Rhin, située 10 kms plus au Nord... projet nettement plus écologique et à plus forte valeur ajoutée. Tout un programme .....

nimb | 24 septembre 2021 à 09h09
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

CRAMBO, broyeur lent universel pour le bois et les déchets verts HANTSCH