Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Fessenheim : cinq associations demandent l'application de la procédure d'arrêt d'urgence pour raison de sûreté

Energie  |    |  Philippe Collet  |  Actu-Environnement.com

Le 22 novembre, Alsace nature, le Comité pour la sauvegarde de Fessenheim et de la plaine du Rhin, Stop-Fessenheim, Stop transports-halte au nucléaire et le Réseau sortir du nucléaire ont publié une lettre ouverte adressée à la ministre de l'Ecologie, Delphine Batho, et au président de la République, François Hollande.

Les associations qui demandent un arrêt immédiat de la doyenne des centrales nucléaires françaises rappellent qu'il existe une "procédure d'urgence permettant d'arrêter une centrale par décret pour raison de sûreté, immédiatement, indépendamment du démantèlement qui peut avoir lieu beaucoup plus tard, sans précipitation" et considèrent que le "gouvernement pourrait, et devrait, se saisir de cette (…) procédure".

Responsabilité gouvernementale

"Personne ne semble avoir vraiment pris la mesure [du rôle et des responsabilités du gouvernement] en matière de risque nucléaire", estiment les associations, ajoutant que "c'est bien l'Etat qui est responsable in fine en matière de nucléaire". Rappelant la répartition des pouvoirs établie par la loi relative à la transparence et à la sécurité en matière nucléaire (TSN), les ONG déplorent que "le pouvoir exécutif [ait] une fâcheuse tendance à oublier cette responsabilité et à se cacher derrière une prétendue responsabilité de l'ASN, ce qui conduit, dans les faits, à la démission du pouvoir politique sur la question de la sûreté nucléaire".

Par ailleurs, le 20 novembre, ces mêmes associations avaient relayé une étude allemande concluant que "la sûreté de Fessenheim [était] déficiente et inférieure à celle des centrales allemandes". Ces critiques valent "sur chacun des cinq sujets [étudiés]", c'est à dire la sismicité, le risque d'inondation, la vulnérabilité des piscines de combustibles, l'alimentation électrique et les systèmes de refroidissement.

Réalisée par l'Öko-Institut pour le compte du ministère de l'Environnement du Land de Bade-Würtemberg, l'étude "[compare] Fessenheim avec les critères et exigences de sûreté en vigueur dans les centrales allemandes, afin d'évaluer si cette centrale atteignait leur niveau".

Réactions1 réaction à cet article

 

Enfin , des riverains se bougent , envoyez vos doléances à l' ex-président , il a donné le feu vert pour des travaux , avec vos impôts , cette centrale est dangereuse , L' ASN le sait , omerta .

bautzen | 27 novembre 2012 à 05h09
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Votre conseil en droit des problématiques Énergies-Climat Huglo Lepage Avocats