En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Fessenheim : l'Association trinationale de protection nucléaire saisit les ministères concernés et l'ASN

Risques  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com

Après que le tribunal administratif de Strasbourg a rejeté, le 9 mars dernier, la demande de fermeture immédiate de la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin), l'Association trinationale de protection nucléaire (ATPN), qui a déposé cette demande depuis fin 2008, a décidé de faire appel de cette décision.

Le collectif rassemble des associations et communes françaises, allemandes et suisses. Ce mardi 19 avril, l'ATPN a réitéré sa demande ''de suspension complète et immédiate '' de la centrale la plus vieille de France exposée à des risques sismiques et d'inondations. Le collectif a saisi les ministres de l'écologie, de l'économie et de l'industrie, ainsi que le président de l'autorité de sûreté nucléaire (ASN), a annoncé Corinne Lepage, avocate de l'ATPN et eurodéputée (ADLE/Cap 21).

''Poursuivant les actions qu'elle a engagées de longue date, l'ATPN fonde sa demande sur la sous-estimation des risques sismique et inondation, dont la catastrophe (nucléaire au Japon survenue le 11 mars, ndlr) de Fukushima vient de donner une illustration dramatique des conséquences, mais aussi sur l'absence de conformité s'agissant des rejets dans l'eau et également la multiplication des incidents dans le fonctionnement de la centrale'', a indiqué Corinne Lepage.

Début de la visite décennale du réacteur n°2 de la centrale

L'ATPN saisit les ministères concernés alors que des élus locaux appellent aussi à la fermeture du site. Un collectif de militants écologistes a également commencé hier ''un jeûne de durée indéterminée'' devant la Préfecture de Colmar (Haut-Rhin) pour demander au gouvernement ''de promulguer une loi de sortie du nucléaire en moins de 10 ans''. Dans le même temps, ce lundi 18 avril a débuté la 3ème visite décennale du réacteur n°2 de la centrale opérée par l'ASN pour autoriser ou non son exploitation dix années supplémentaires. L'ASN doit rendre fin juin, son avis sur la poursuite de l'exploitation du réacteur n°1. L'autorité devrait se prononcer d'ici fin 2012 sur le réacteur n°2.

Réactions2 réactions à cet article

 

ASN et non indépendance.
Les salaires du personnel de l'ASN est payé par le gouvernement français en conséquent il est hautement probable que les décisions prises seront très très similaire à celles souhaitées par le gouvernement français. Il eut fallu aller plus haut, devant Bruxelles et pourquoi pas devant la cour pénale internationale en prévision d'un désastre majeur?

arthur duchemin | 20 avril 2011 à 10h08
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Cette position des anti-nucléaires n'est pas nouvelle car elle a débuté bien avant la construction de la centrale de Fessenheim. Cela devient lassant d'entendre toujours les mêmes refrains sans qu'aucun élément sérieux ne soit avancé.

André | 20 avril 2011 à 18h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager