Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Financement des aires marines protégées : l'association Bloom en appelle à la Cour des comptes

Biodiversité  |    |  Emmanuel Miculita  |  Actu-Environnement.com

L'association Bloom, qui lutte contre la pêche industrielle, a décidé d'interpeller la Cour des comptes pour qu'elle se penche sur les moyens accordés aux aires maritimes protégées (AMP). Dans le cadre de la plateforme de participation citoyenne de la Cour des comptes, consistant en une consultation de la société civile sur des idées d'enquêtes, l'association soulève la question des finances de l'Office français de la biodiversité (OFB), chargé de la gestion des AMP. Les interrogations portent sur les activités des agences chargées successivement de la gestion des aires maritimes depuis leur création en 2006. L'association veut comprendre comment d'importantes sommes d'argent, comme « un minimum de 5,3 millions d'euros issus de fonds européens », ont été allouées à OFB « pour des résultats quasi-inexistants ».

L'association dénonce la gestion des aires maritimes, qui seraient « faussement protégées » puisqu'il est « possible d'y pêcher avec des engins destructeurs raclant les fonds marins ». Elle note l'échec du réseau AMP à accomplir les objectifs fixés, en évoquant que « seul 0,0005 % des eaux est protégé des activités à fort impact » pour l'Atlantique, la Manche et la mer du Nord.

La campagne de participation citoyenne se clôture, le 20 mai, et cette demande d'enquête s'ajoutera à une autre requête de Bloom concernant l'opacité des aides publiques à la pêche.

Réactions1 réaction à cet article

 

On ne peut plus fermer les yeux sur la destruction de la planète. Ceci est encore plus insupportable lorsque les politiques publiques y contribuent.
J'ai donc pour ma part posté sur la page dédiée à la participation citoyenne du site de la Cour des comptes ma contribution. Sans doute tel le colibri face à l'incendie de forêt. Mais cet acte minuscule m'autorise, tout comme d'accomplir mon devoir citoyen allant voter, à l'ouvrir par la suite.

Pégase | 24 mai 2022 à 12h08
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Emmanuel Miculita

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Votre conseil juridique en matière de biodiversité et d'espèces protégées Cabinet Valentin Renoux - Avocat