En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Abandon du péage de transit : quelles pistes pour financer les infrastructures de transport ?

Après l'abandon du péage de transit, Ségolène Royal a proposé des alternatives : mise en place d'une Eurovignette pour les poids lourds en transit, taxe sur les bénéfices des autoroutes… Le point sur les revenus que ces solutions pourraient générer.

Transport  |    |  Sophie FabrégatActu-Environnement.com

L'abandon du péage de transit, qui devait remplacer l'écotaxe poids lourd, contraint le gouvernement à étudier des solutions alternatives. L'objectif : trouver des sources de financement pour l'Agence de financement des infrastructures de transport de France (Afitf). L'écotaxe poids lourds aurait dû rapporter 1,24 milliard d'euros par an à l'Etat, dont 760 millions d'euros de recettes nettes pour l'Afitf et 160 millions pour les collectivités. Le péage de transit devait quant à lui générer 500 millions d'euros de recettes par an. En outre, se pose la question de l'indemnisation d'Ecomouv' qui a dépensé 850 millions d'euros pour la mise en place du dispositif.

Pour compenser le manque à gagner, le gouvernement a inscrit dans le projet de loi de finances 2015 une hausse des taxes sur le diesel de 2 centimes d'euros. Mais cela ne suffira pas. La ministre de l'Ecologie Ségolène Royal a donc, ces derniers jours, relancé le débat sur d'autres solutions : la mise en place de l'Eurovignette pour les poids lourds en transit et une contribution des sociétés autoroutières.

Un groupe de travail a été mis en place par le gouvernement pour remettre à plat la fiscalité relative au financement des infrastructures et de leur usage. La première réunion, organisée par le secrétaire d'Etat au transport Alain Vidalies, s'est tenue le 16 octobre, en présence des représentants des transporteurs routiers.

Hausse de la TICPE : 1 milliard d'euros en 2015

Le projet de loi de finances, actuellement en discussion à l'Assemblée nationale, prévoit un relèvement du tarif de la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE) sur le gazole de 2 centimes d'euros par litre. Le produit de cette hausse, estimé à 807 millions d'euros pour 2015, sera affecté à l'Afitf. Alors que les transporteurs routiers devaient initialement être exonérés de cette hausse, ils devront finalement l'acquitter, puisque le péage de transit ne rentrera pas en vigueur au 1er janvier 2015. Plus de 300 millions d'euros supplémentaires sont attendus de cet élargissement.

Eurovignette : 900 millions d'euros par an ?

Interrogée sur BFM TV le 19 octobre, Ségolène Royal a évoqué la mise en place d'une taxe sur les camions en transit. La ministre de l'Ecologie avait déjà fait cette proposition avant la mise en place du péage de transit, mais l'idée n'avait pas été retenue lors des arbitrages ministériels.

   
La taxation des poids lourds pour l'usage des infrastructures en Europe en 2012 © Commission européenne
 
   
Concrètement, il s'agirait de mettre en place l'Eurovignette, comme l'ont déjà fait de nombreux pays européens (cf. carte ci-contre). Ainsi, les poids lourds utilisant les réseaux routiers devraient s'acquitter d'un droit d'usage. Contrairement au péage, dont le montant varie en fonction de la distance parcourue, l'Eurovignette autorise l'usage des réseaux routiers pour une durée déterminée. Le système, mis en place par la Belgique, le Danemark, le Luxembourg, les Pays-Bas et la Suède, fait par exemple varier ce droit d'usage de 750 € à 1.550 € par an, selon la classe d'émissions du véhicule et le nombre d'essieux.

Cette solution alternative au péage de transit est soutenue par l'organisation des transporteurs routiers européens (Otre). Selon elle, ce "nouveau dispositif permettrait à l'Etat d'engranger des recettes de l'ordre de 900 millions d'euros, dont les deux tiers à la charge des camions étrangers qui, jusqu'ici, ne reversaient aucune recette à la France".

Dans l'Hexagone, l'Eurovignette pourrait être mise en place sur les routes non soumises à péage. En effet, la directive européenne Eurovignette encadrant ce dispositif interdit le cumul entre péage et droit d'usage. C'est pourquoi le gouvernement envisage d'autres pistes pour mettre à contribution les sociétés d'autoroutes.

Report du trafic vers les autoroutes : 400 millions d'euros par an ?

La ministre de l'Ecologie a évoqué l'idée d'interdire le trafic de poids lourds sur le réseau routier national, afin de contraindre les camions à emprunter les autoroutes. Lors de son audition par la mission d'information sur l'écotaxe poids lourd, Ségolène Royal estimait qu'avec une telle mesure, "l'Etat et les collectivités pourraient récupérer une part du chiffre d'affaires des autoroutes, générée par ce report de trafic". Dans un rapport remis en 2011, le député Hervé Mariton avait chiffré cette part à 400 millions d'euros par an.

Taxe sur les bénéfices des autoroutes : des dizaines de millions d'euros à la clé ?

Dans tous les cas, la ministre a affiché sa détermination à faire pression sur les sociétés autoroutières, après la publication du rapport, le 18 septembre, de l'Autorité de la concurrence qui dénonçait la rente liée aux concessions autoroutières. "La rentabilité exceptionnelle des sociétés concessionnaires d'autoroutes « historiques » est assimilable à une rente, qui doit être davantage régulée en faveur de l'Etat et des usagers", estime l'Autorité de la concurrence. Selon ses calculs, pour 100 € de péages payés par l'usager, entre 20 et 24 € sont du bénéfice net pour les concessionnaires.

Le plan de relance autoroutier, actuellement en discussion et validé dans son principe par Bruxelles, prévoit que les sociétés autoroutières réalisent 3,6 milliards d'euros de travaux, en contrepartie desquels elles bénéficieraient d'un allongement jusqu'à six ans de la durée de leur concession. L'Autorité de la concurrence préconise donc d'introduire, dans ce plan de relance, des clauses de réinvestissement et de partage des bénéfices avec l'Etat, afin de financer d'autres projets d'infrastructures. La ministre de l'Ecologie a indiqué la semaine dernière avoir ouvert des discussions avec les sociétés concessionnaires, et se donner un mois pour trouver des solutions.

Plusieurs réflexions ont été initiées sur ce sujet, par l'Inspection générale des finances et le CGDD, mais également dans le cadre d'une mission d'information parlementaire sur la place des autoroutes dans les infrastructures de transport. Lancée en juin dernier, cette mission s'inscrit dans le prolongement du rapport d'information sur l'écotaxe poids lourd qui soulignait, qu'"au titre de l'année 2013, les recettes des péages allant aux concessionnaires privés et concernant les seuls poids lourds ont atteint 2,16 milliards d'euros (hors taxes et après prise en compte de l'effet réducteur des abonnements)".

L'Otre, qui est favorable à une taxe sur les bénéfices des autoroutes, précise que "41% de la circulation des poids lourds se fait sur une autoroute concédée en France. Selon les sources même de l'Asfa, la circulation des poids lourds correspond à 14% de la circulation totale sur les autoroutes concédées, mais le chiffre d'affaire engendré par le trafic poids lourds correspond à 40% du chiffre d'affaire total, soit plus de trois milliards !".

Réactions8 réactions à cet article

 

Et en nationalisant ECOMOUV?

mesquin | 20 octobre 2014 à 16h04
 
Signaler un contenu inapproprié
 

850 millions d'euros dans le dos des français grâce aux tocards qui, soi-disant, gèrent le pays.

JCC | 20 octobre 2014 à 18h47
 
Signaler un contenu inapproprié
 

S'il s'agit de financer des infrastructures : premier niveau payé par l'impôt ; deuxième niveau (par ex. dégradation due à la charge à l'essieu) : redevance pour service rendu.

S'il s'agit de faire de l'aménagement du territoire : différenciations appropriées.

S'il s'agit de décourager la pollution : taxe pollueur payeur ;

Etc, mais de grâce, cessons de tout mélanger, c'est pas rigolno.

Lars Eslapok | 21 octobre 2014 à 11h08
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Nous savons tous que la France est une Boite à Idées dont la concrétisation se fait attendre! Pourtant, la Taxe Poids Lourds pour tous les camions étrangers qui usent nos auto-routes ,est la meilleure solution ,mais les éternels contestataires se satisfont de leur manque de Bon Sens

arthur8 | 22 octobre 2014 à 11h36
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Les infrastructures,, c'est le rôle de l"Etat et des collectivités. Le prélèvement fiscal, surtout aberrant comme il existe en France doit être affecté EN PRIORITE aux infrastructures, étudiées et concertées à tous les niveaux et en fonction de l'évolution du monde. En France les impôts sont presque exclusivement consacrés à des dépenses de fonctionnement sans cesse croissantes pour des services rendus prétendument au public de plus en plus inefficaces voire inutiles. Paul Chérel

Paul Chérel - pas de pseudo | 22 octobre 2014 à 11h45
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Une des solutions possible de contournement est l'Electric Higway (E-U, Suisse, Suède, Corée etc), système de caténaires électriques au-dessus de l'axe de circulation des camions (voie droite des autoroutes - idem tramways, trains depuis longtemps). Des camions électriques, hybrides etc peuvent ainsi se connecter à ce système. Avantages : énergie et taxes "relocalisées" payées par tous dont camions étrangers, repartage des bénéfices autoroutiers via réseau éléctrique, aucune ou pas de grosses batteries nécessaires (Na-ion etc), baisse des importations d'énergies fossiles donc des coûts pour tous, des bruits et pollutions, roulement sur le mode "train" donc moins de doublements et d'accidents, évolution vers le pilotage automatique des véhicules sur ces axes souvent longs et dangereux (respect des distances, des vitesses, + de sécurité selon climat etc), rendement énergétique excellent des moteurs électriques (plus de 98% de rendement) comparé aux moteurs thermiques, récupération de l'énergie au freinage (plus de 80% de rendement possible), transformation plutôt facile des véhicules actuels (comme pour l'Hysolarkit pour les voitures classiques), gains de temps (pas d'arrêt pour faire le plein), infrastructures légères, diminution des coûts de transfert rail/fluvial élevés et pas universel pour tous les types de transports et régions, technique déjà disponible et en amélioration/développement dans plusieurs pays etc.

Energie+ | 22 octobre 2014 à 17h09
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Il faut mettre l'ADEME au boulot: les intellos qui "travaillent" en ce moment à l'étiquetage environnemental des produits, par exemple...
Ce serait marrant des gugusses qui travaillent au green-washing institutionnel (30 g +/- 1kg, c'est dire la précision) pour labelliser les routes. Une idée: en mettre un à la place de chaque portique, dans une petite guérite (verte la guérite, évidemment).

Albatros | 22 octobre 2014 à 17h13
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Arthur 8.

si je puis dire votre réaction ne tient pas la route : elle sent trop bon sa xénophobie et relève des discriminations de base sur la base de la nationalité prohibée par l'Union Européenne depuis 1958...

ce qui est inquiétant est qu'une telle solution a pu être envisagée par les pouvoirs politiques et administratifs : nos hauts fonctionnaires ne franchissent toujours pas la rampe d'un bac plus 1 en droit, en droit de l'UE.

Et cela c'est grave : cela signifie que les idées nationalistes extrêmes sont déjà dans les têtes de la manière la plus profonde, mais aussi la plus stupide et incompétente qui soit.

Lars Eslapok | 22 octobre 2014 à 18h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…