En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Fipronil : BASF attaque la décision de la Commission européenne

Agroécologie  |    |  Laurent Radisson Actu-Environnement.com

Le groupe chimique BASF a annoncé le 5 novembre sa décision d'attaquer devant le Tribunal de l'Union européenne la décision de la Commission de restreindre les utilisations du fipronil pour le traitement des semences. Le fipronil est la substance active du Régent, un insecticide commercialisé par ce groupe.

"Avant de prendre cette décision, nous avons dialogué avec la Commission européenne, indique Jürgen Oldeweme, en charge de la sécurité des produits et des affaires réglementaires de la division Protection des plantes du chimiste, mais malheureusement, les données pertinentes recueillies lors de nos études scientifiques n'ont pas été prises en compte". BASF estime que l'exécutif européen a fait une application disproportionnée du principe de précaution.

Le groupe chimique se dit persuadé que "le déclin des populations d'abeilles est un phénomène complexe, d'origine multifactorielle, et que la restriction du fipronil ne permettra pas de l'endiguer".

La Commission, s'appuyant sur un avis de l'Autorité européenne de sécurité sanitaire des aliments (Efsa), a décidé, à compter du 31 décembre 2013, d'interdire pour deux ans cet insecticide dans le traitement des semences de maïs et de tournesol. Sa proposition a été approuvée par les Etats membres en juillet dernier. La France, quant à elle, avait interdit dès 2004 l'emploi du fipronil sur toutes les cultures.

Réactions3 réactions à cet article

 

La limitation de l'usage premettra de savoir bientôt si ce genre de produit est responsable ou non.
Le rôle des abeilles et autres pollinisateurs est d'une importance VITALE pour l'humanité et il est parfaitement malvenu de vouloir défendre ce genre de produit: nous avons déja bien assez d'AUTRES INSECTICIDEs à notre service. D'ailleurs ce fabricant a de trés nombreux AUTRES insecticides dans son catalogue et c'est pareil pour ses concurrents qui vendent des néonicotinoïdes.

ami9327 | 06 novembre 2013 à 16h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 

« La limitation de l'usage premettra de savoir bientôt si ce genre de produit est responsable ou non » ?

Non, car nous n'aurons pas de comparateurs ou de témoins.

Le syndicat des producteurs de miel de France (SPMF) avait proposé, pour les néonics, de les interdire sur deux régions admnistratives, ce qui permettait une comparaison avec les autres régions. Pas très efficace sur le plan scientifique, mais tout de même mieux. Mais il n'a pas été entendu... Pas assez bon pour faire plaisir à une opinion publique manipulée.

Wackes Seppi | 06 novembre 2013 à 19h41
 
Signaler un contenu inapproprié
 

"le déclin des populations d'abeilles est un phénomène complexe, d'origine multifactorielle, et que la restriction du fipronil ne permettra pas de l'endiguer".

Voila, tout est dit. C'est pas forcément notre produit qui est responsable, ou au pire seulement un petit peu, alors continuons joyeusement à les utiliser.

On marche sur la tête.

C'est comme si on vous disait qu'interdire la cigarette n'endiguera pas le cancer du poumon et qu'il est donc inutile de restreindre ou taxer son usage.

Foutus industriels au profit immédiat.

Terra | 07 novembre 2013 à 10h59
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager