En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le pesticide Régent présenterait des ''risques inacceptables'' pour les abeilles

Agroécologie  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com
Selon un rapport du Comité Scientifique et Technique (CST) de l'Etude Multifactorielle des Troubles des Abeilles, rendu public par le ministère de l'Agriculture, le fipronil, matière active du pesticide Régent interdit en France depuis 2004 pour le maïs et le tournesol, présenterait des risques inacceptables aux abeilles.

D'après ce rapport, une comparaison entre des abeilles exposées à des niveaux de concentration différents de fipronil, aurait mis en évidence des résultats préoccupants qui ne permettent pas d'exclure des risques inacceptables pour les abeilles.

Ce rapport montre clairement la dangerosité inhérente à ces insecticides systémiques en enrobage de semences et souligne toute l'absurdité de l'homologation récente de l'insecticide Cruiser, a déclaré le Mouvement pour les droits et le respect des générations futures (MDRGF) le 15 février.

Rappelons que le ministre de l'Agriculture avait autorisé le 9 janvier l'usage du pesticide systémique Cruiser pour un an, en l'assortissant de ''précautions maximales'', prévoyant une évaluation et une limitation de la période d'utilisation au 15 mai, avant la floraison. Les apiculteurs et les associations environnementales, dont le MDRGF, avaient dénoncé cet insecticide dont la matière active est le Thiamethoxam, appartenant à la même famille que les substances actives du Gaucho et du Regent incriminés pour leur impact néfaste sur les abeilles.

Le MDRGF demande la suspension immédiate de l'homologation du Cruiser sur le maïs et un engagement du gouvernement à ne plus homologuer ces substances.

Dans le même temps, l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) qui a conduit une étude sur 120 colonies d'abeilles domestiques de 2002 à 2005, a publié une enquête le 15 février portant sur les causes de mortalité de ces insectes.
Aucune relation statistique entre la présence de résidus et les populations d'abeilles adultes et larvaires, ni avec la mortalité des colonies n'a pu être mise en évidence, a indiqué l'Afssa qui précise toutefois que les résultats sont fondés sur un très petit nombre d'observations.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager