En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le rattrapage de la fiscalité sur le diesel n'est pas pour tout de suite

Gouvernance  |    |  Laurent Radisson Actu-Environnement.com

"Il n'y a pas à ma connaissance de dispositions concernant une convergence fiscale du diesel et de l'essence dans le projet de loi de finances", a déclaré aujourd'hui le ministre de l'Ecologie Philippe Martin à l'occasion de la présentation de la deuxième Conférence environnementale.

Les ministres de l'Economie et du Budget n'en ont pas fait état non plus à l'occasion de la présentation des grandes orientations du projet de loi de finances pour 2014 qui avait lieu en même temps.

L'instauration d'une contribution-climat énergie a en revanche été confirmée par les trois ministres. Mais elle n'est pas destinée à réduire le différentiel de taxation entre le diesel et l'essence, a tenu à préciser Philippe Martin, même si sa mise en œuvre ne devrait pas être neutre en la matière. "Les choses sont distinctes", insiste-t-il, rejetant par là le scénario du Comité pour la fiscalité écologique qui couplait les deux mesures.

Un simple greenwashing de la fiscalité énergétique

"La mise en place d'une fiscalité écologique ambitieuse ne coûterait en 2014 que 30 euros par ménage en moyenne, entièrement redistribués par des aides notamment pour les ménages modestes et les classes moyennes", s'indigne la Fondation Nicolas Hulot dans un communiqué, redoutant un simple "greenwashing" de la fiscalité énergétique et l'abandon pur et simple de la volonté d'intervenir sur la fiscalité du diesel.

François de Rugy, coprésident du groupe écologiste à l'Assemblée nationale, a dénoncé de son côté "un très mauvais signal" sur le diesel, estimant que "le budget 2014 tel qu'il a été présenté est illisible et pas votable en l'état".

Réactions2 réactions à cet article

 

L'équilibrage des prix est pourtant INEVITABLE. Il pourrait se faire sur la bas d'une égal prix du kilomètre parce qu'on sait exactement la différence.
L'important est le rééquilibrage et il faut en expliquer aux public les RAISONS techniques. Parce que pour le moment dans l'esprit de tous le monde il s'agit d'augmenter le prix du gazole SANS BAISSER celui de l'essence: c'est inacceptable.

ami9327 | 12 septembre 2013 à 09h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Il est indispensable de réduire considérablement les consommations d'énergies fossiles pour la raison que toutes les personnes sensées comprennent : le changement climatique. Faut-il pour cela instaurer des tickets de rationnement ou élever les prix des carburants ? De toutes façons la solution adoptée sera mal perçue. Mais ce n'est pas une raison pour ne rien faire !
En ce qui concerne l'équilibrage des prix entre Gas-oil et essence, il s'agit de corriger la prime qui avait été accordée au gas-oil avant qu'on ne s’aperçoive que les émissions de particules étaient néfastes pour la santé. Pourquoi pas, comme le suggère Ami9327, élever le prix du litre de GO au dessus de celui du litre d'essence, pour un même prix de revient kilométrique.
Mais les prix devront monter !

Fr. Hubert | 12 septembre 2013 à 16h37
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager