En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La Fnaut dresse ''un florilège de fausses bonnes idées'' en matière de transports

Transport  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com

A l'occasion du lancement de la semaine de la mobilité le 16 septembre, la fédération nationale des associations et d'usagers des transports (Fnaut) a dénoncé ''les fausses bonnes idées'' en matière de transport engendrant "des débats stériles, des pertes de temps et des gaspillages d'argent public". Segway, véhicules en libre-service Autolib', voitures électriques, tramways sur pneus, téléphériques urbains… Autant de ''gadgets" ou ''d'inventions inutiles'' décriés par la fédération.

Des transports inutiles ?

Le gyropode Segway est ''totalement inadapté à la ville, où il n'est qu'un gadget encombrant pour touristes branchés'', estime la fédération. A l'inverse, le vélo pliable, le vélo à assistance électrique (VAE) et le vélo en libre service ''sont des innovations très utiles qui ont élargi le créneau de pertinence du vélo'', considère la Fnaut. S'agissant du tramway sur pneu, "on devait assister à une révolution puisque les villes moyennes pouvaient enfin s'offrir une technique plus performante que le bus (…) Le résultat est un fiasco cinglant à Nancy et Caen", estime la Fnaut qui prône plutôt en faveur de ''l'adoption des solutions fiables : tramway, trolleybus ou BHNS (Bus à Haut Niveau de Service) suivant l'importance du trafic potentiel". Le téléphérique urbain ou ''tramway aérien'' est également mis en cause. Selon la Fnaut, il ne serait "adapté qu'à des itinéraires rectilignes'' et connaîtrait des ''difficultés d'insertion et d'accessibilité aux usagers à mobilité réduite''.

Sont également pointés par la fédération, les véhicules en libre-service et électriques. Si la Fnaut estime ''intéressant'' d'équiper les flottes urbaines captives (administrations, entreprises) de voitures électriques, reste que ce type de véhicules ''ne constitue en rien une solution miracle'' (…). Son coût est élevé, son autonomie est limitée(…) La voiture électrique est aussi encombrante qu'une voiture thermique. Elle va même doper les ventes des constructeurs dans le secteur des modèles urbains, alors qu'il faut réduire la place de la voiture en ville'', ajoute –t-elle. Egalement décriées : les voitures en libre -service à l'instar d'Autolib' prévu à Paris fin 2011 et de Car2Go à Lyon. "A l'inverse de l'autopartage, le libre service risque de faciliter l'usage irréfléchi de la voiture ! Mieux aurait valu encourager l'autopartage traditionnel et le taxi, dont l'efficacité est démontrée, que de les concurrencer en lançant une formule aux effets pervers prévisibles et à l'équation économique douteuse, dont le contribuable pourrait faire les frais", estime encore la fédération.

Quant à la gratuité des transports urbains, la Fnaut estime qu'il s'agit ''d'une démarche perverse". Instaurée dans 14 réseaux dont 10 gérés par des communes de plus de 40.000 habitants, la gratuité "ne permet pas d'absorber le rebond de fréquentation qu'elle suscite et menace la qualité de service rendu. Elle encourage l'étalement urbain et prive de ressources le système de transport au moment où la clientèle augmente et où les recettes fiscales des collectivités diminuent''. Et d'ajouter : dans le transport public, ''l'innovation utile aujourd'hui aux usagers concerne surtout l'intermodalité, la billettique, l'information''.

Concernant le transport ferroviaire : la Fnaut critique notamment les gares TGV ''exurbanisées'' qui ''sont un échec''. ''L'absence de connexion entre TGV et transports régionaux ou locaux pénalise les voyageurs et ne permet pas une bonne diffusion de l'effet TGV'' , selon elle. Autres ''fausses bonnes idées" dénoncées : l'électrification intégrale du réseau ferré jugée ''coûteuse'' ou le développement des aéroports de province à l'image de Notre-Dame-des-Landes. ''Le potentiel de trafic est trop faible en province pour justifier des dessertes intercontinentales fréquentes (...) Nice est saturé, Lyon est trop proche de Paris et concurrencé par Genève'', explique la fédération.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager