En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Nucléaire : quatre anciens ministres plaident pour un fonds de démantèlement indépendant

Energie  |    |  Philippe Collet Actu-Environnement.com

Lundi 8 juillet, onze parlementaires et six représentants du monde économique et associatif ont signé une lettre ouverte au président de la République et aux parlementaires appelant à créer un Fonds indépendant pour gérer les provisions nécessaires au démantèlement des centrales nucléaires arrivant en fin de vie. D'ici là, les sommes seraient affectées au financement de la transition énergétique.

Les signataires, parmi lesquels figurent Yves Cochet, Chantal Jouanno, Nathalie Kosciusko-Morizet et Corinne Lepage, reprennent une initiative portée par le WWF.

Rappelant qu'"une part importante des 58 réacteurs français approchent de la fin de vie", les signataires estiment, en s'appuyant sur le rapport sur le coût du nucléaire publié par la Cour des comptes en janvier 2012, que "les provisions constituées ne sont pas à la hauteur des enjeux et que leur gestion n'est pas assez sécurisée".

"En s'inspirant d'exemples en Suède et en Finlande, nous appelons les pouvoirs publics à constituer un Fonds indépendant géré par la Caisse des dépôts, pour s'assurer une gestion sûre et transparente des actifs dédiés au démantèlement", proposent les signataires.

Réactions3 réactions à cet article

 

Confier la gestion des provisions a l'ETAT est logique, cela pourrait être un gage de sécurité et d'impartialité. Seulement ce n'est que la moitié du problème. Parce que jusqu'a maintenant on n'a jamais démantélé des grosses centrales et pour celles que l'on a fait on n'a pas pu en tirer des enseignements suffisants pour estimer le cout des plus grandes. A cela s'ajoute le problème du transport et du stockage DEFINITIF dont la solution et surtout l'acceptation par les (inévitables!!) riverains se heurte toujours a un refus. Tout cela conduit a penser que le démantèlement pourrait se réduire a retirer le combustible et ensuite a SCELLER l'enceinte en ayant pris toutes les dispositions techniques pour garantir la stabilité et la durabilité. Il faut bien voir que vouloir mettre dans des colis blindés TOUTE les parties radioactives crée des risques importants pour le personnel, pour l'environnement. Là il ne s'agit pas de couts mais d'une reflexion nécessaire avant d'entamer de tels chantiers. Jusqu''a maintenant on a cru qu'on pourrait faire avec une centrale atomique comme on fait avec d'autres installations industrielle mais c'était sans mesurer vraiment les contraintes. Moins on expose de travailleurs (de démantèlement) mieux c'est. Chaque chantier crée en plus une masse de déchets d'équipements de protections et d'outils contaminés a traiter (=stocker).

ami9327 | 09 juillet 2013 à 12h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 

EDF et la France pratiquent le demantelement des anciens reacteurs de la filiere francaise, beaucoup plus difficiles a decosntruire que les centrales a eau legere (volume de Graphite). EDF est aussi en cours de demantelement de la centrale de Chooz A, du type a eau pressurise et accumule un savoir faire. Comme les centrales de FRANCE sont quasi identiques entre elles les premieres demantelees seront peut etre plus difficiles, mais ensuite, l'effet serie devrait jouer.
Sceller les batiments reacteurs ne semble pas une solution acceptable a moyen et long terme. Ce n'est pas l'attitude responsable attendue d'EDF par le public. L'industrie Nucleaire mondiale a l'experience de demantelement de ce type de centrale: voire l'experience de Maine Yankee aux etats unis, avec retour a l'herbe du site (en francais sur wikipedia, lien en anglais en reference sur ce wiki aussi avec photos). L'experience americaine montre aussi les limites (au moins aux USA) de la confiance a apporter a la gestion independante d'un fond: le millieme de dollar preleve sur chaque KWh produit depuis des decennies de fonctionnement du parc americain s'est envole... Payer la transition energetique avec l'argent mis de cote par EDF est un exemple de detournement possible... et qui serait irresponsable.

demantelement | 10 juillet 2013 à 11h12
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Les centrales qui ont été démantelées ont été soit d'une technologie qui n'est plus employée soit d'une PUISSANCE inférieure à celles qui constituent le principal du parc nucléaire. Bien sur depuis des années on dit que ces centrales seront démantélées et que le terrain sera remis à son état d'origine. Mais pendant ce temps là il y a toujours un blocage sur le devenir DEFINITIF des déchets. En particulier une opposition a l'extension du stockage souterrain. Le démantèlement nécessite d'exposer un grand nombre de travailleurs (parce que chacun ne peut recevoir dans sa vie qu'une dose "limitée de radioactivité"), le découpage, broyage des éléments puis leur transport en colis BLINDES SUPER LOURD ajoute des risques liès au transport (malgré leur solidité). En réalité le plus probable "retour à l'herbe" se fera avec l'édification d'une verte colline au dessus de l'enceinte scellée. Je sais très bien que ce n'est pas ce qui est imaginé par beaucoup. Il faut voir qu'au départ une enceinte de réacteur atomique est trés solide, faite pour durer et lors du scellement on sait comment faire pour préserver durablement l'enceinte. D'ailleurs dans le même sens il est probable que les futures centrales seront contruites à proximité immédiates des anciennes: encore une chose qui déplaira....

ami9327 | 10 juillet 2013 à 20h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager