En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le fonds Gingko 2 pour la réhabilitation des friches industrielles continue de séduire les investisseurs

Risques  |    |  Marine Calmet  |  Actu-Environnement.com

Le fonds Gingko a annoncé le lancement officiel de son deuxième programme d'investissement, le 11 mai à Lyon. Après le succès du fonds d'investissement Gingko 1 lancé en 2010 qui avait recueilli 81 millions d'euros et permis la réhabilitation de sept friches industrielles contaminées, les souscripteurs ont annoncé vouloir doubler le montant de leur participation. Le fonds, spécialisé dans la réhabilitation durable de friches industrielles lourdement polluées en milieu urbain, a déjà récolté 60 millions d'euros avec un objectif de 140 millions d'ici à la fin de l'année.

Les principaux investisseurs sont la Banque européenne d'investissement (BEI) et le Fonds européen pour les investissements stratégiques (FEIS), la Caisse des dépôts mais également le groupe Edmond de Rothschild et la Société fédérale de participations et d'investissement (SFPI).

Gingko intervient dans le processus de réhabilitation en réalisant des études environnementales afin de définir avec les collectivités territoriales, des projets de réaménagement des sites pollués. Il permet donc aux acquéreurs fonciers de réaliser ces projets de réhabilitation en finançant et en exécutant les opérations de dépollution. Afin d'assurer le respect des plus hautes exigences environnementales, le fonds souligne qu'il apporte une attention renforcée au "traitement exhaustif et durable des contaminants" présents sur le site et cela dans toutes les étapes de la démarche.

"Le fonds Ginkgo a une approche innovante et unique sur l'enjeu que représente la revalorisation durable des friches industrielles urbaines", a tenu à souligner le vice-président de la BEI, Ambroise Fayolle à l'occasion de la signature du lancement de Gingko 2. Les administrateurs du fonds estiment que celui-ci "devrait permettre de créer 350.000 m² de nouveaux droits à construire, soit environ 5.000 logements et 8.500 emplois équivalent temps plein induits".

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager