En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Un fonds doté de 133 millions pour soutenir la filière nucléaire

Energie  |    |  Sophie Fabrégat Actu-Environnement.com
Environnement & Technique N°334 Cet article a été publié dans Environnement & Technique n°334
[ Plus d'info sur ce numéro | S'abonner à la revue - Se connecter à l'espace abonné ]

Bpifrance a lancé, le 3 février, un fonds de développement des entreprises nucléaires (FDEN), doté d'une enveloppe de 133 millions d'euros. La création de ce fonds avait été annoncée en janvier 2013 par le gouvernement lors d'un comité stratégique pour la filière nucléaire.

"Le fonds a pour mission d'investir de 1 à 13 millions d'euros dans les entreprises qui ont une activité significative dans le secteur nucléaire en France", précise Bpifrance, ajoutant : "La filière est pourvoyeuse d'emplois pérennes et les PME du secteur ont besoin d'être accompagnées dans leur développement".

Le secteur du nucléaire compte 220.000 salariés et réalise un chiffre d'affaires de 46 milliards d'euros (dont 5,6 milliards à l'export). Il prévoit d'embaucher 110.000 personnes d'ici 2020.

EELV dénonce une erreur de priorité

Dans un communiqué, Europe écologie les verts (EELV) "s'étonne que le gouvernement, qui peine tellement à mettre en place une politique industrielle de filières et particulièrement à soutenir les filières des énergies renouvelables ou même du démantèlement de centrales anciennes, soutienne aujourd'hui la mise en place d'un fonds dédié au développement du nucléaire".

Pour le parti écologiste, l'avenir du nucléaire est dans le démantèlement : "Un marché d'avenir puisque nombre de centrales au niveau européen et mondial arrivent en fin de vie".

Réactions5 réactions à cet article

 

EELV s'étonne!!! mais où sont-ils ces braves gens ???
Ne feraient-ils donc pas partie de ce gouvernement ???
La traîtrise et la félonie font donc bien partie des méthodes de gouvernement.
Le chantage aux salariés occulte les victimes en tous genre, de la mine, au voisinage des centrales, sans parler de l'accident potentiel avec toutes ses conséquences incalculables.

renault | 05 février 2014 à 17h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Hum ... Les voisins des centrales vivent grace à elles je ne pense pas que ce soit des "victimes".
Ce que je ne comprends c'est qu'on ne parle jamais des autres techniques du nucléaire notamment les réacteurs à sels fondus, théoriquement plus sur, moins cher, moins polluante ... Pourquoi ne pas développer cette technique ?? Ha mais on ne peut fabriquer de bombes avec ....

JMM | 05 février 2014 à 21h00
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Certains s'étonnent de cette mesure mais il est important de conserver des COMPETENCES dans la matière. Il faut voir aussi que nos installations sont anciennes, que ceux qui les ont vu naitre et qui y ont travaillés au début ne sont plus là, que les équipements commencent a dater, que nous devons refaire une partie de ces équipements, ne serait-ce que pour des raisons de sécurité. Voila a quoi il faut penser avant de protester...

ami9327 | 05 février 2014 à 22h12
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Quant on vous dit que l'objectif de réduction de la part nucléaire ne sera pas atteint ... Les lobby sont là.
Même si je comprend que le renouvèlement de la main d'oeuvre soit nécessaire pour assurer le maintiens des installations et des compétences je m'interroge sur le fait de soutenir une filière à 46 md € de chiffre d'affaire ... ça me semble être un truc qui tourne sans avoir besoin d'argent public supplémentaire.

Quant aux sels fondu ? Oui ces réacteurs sont plus sûre et la production de déchets est vraiment très faible. Je ne connaissais pas le système il y a encore quelques temps, comme quoi on en parle vraiment pas ... Le hic me semble qu'on ne produit que peu d'énergie avec ces réacteurs.
La rentabilité est donc moindre. Voila pourquoi ils ne sont pas développés et voila pourquoi on pond des EPR à 1600 MW.

Enfin ce que j'en dis ... peut être que la rentabilité n'est pas le seul let'motiv

Terra | 06 février 2014 à 10h15
 
Signaler un contenu inapproprié
 

"Ce que je ne comprends c'est qu'on ne parle jamais des autres techniques du nucléaire notamment les réacteurs à sels fondus, théoriquement plus sur, moins cher, moins polluante"

Les américains ont essayé. Cela 'a pas fonctionné du tout. Sur le papier, le réacteur a sel fondu est de loin le meilleur consommateur de déchets à vie longue. Mais, parce qu'il y a un mais avec deux problèmes toujours rédhibitoires: La garantie de non criticité des circuits et la corrosion des circuits par les sels chargés de produits radioactifs.

zaravis | 06 février 2014 à 10h18
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager