En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Forêts : replacer les activités humaines au cœur de la préservation

Alors que le PNUE rappelle l'enjeu socio-économique de la préservation de la forêt, en Malaisie, le Cirad a mené un projet original visant à organiser un marché domestique du bois, afin de réduire l'export massif et la déforestation.

Biodiversité  |    |  Sophie FabrégatActu-Environnement.com

En cette année internationale de la forêt et à l'occasion de la journée mondiale de l'environnement, le programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE) rappelle dans un rapport le rôle indispensable des écosystèmes forestiers et l'enjeu de leur préservation.

Il s'agit de trouver le juste équilibre entre conservation des forêts et développement socio-économique local, en évitant à tout prix une ''muséification'' de la forêt, qui fait vivre directement, via la cueillette, la production etc., plus d'un milliard d'humains. Selon le rapport Économie des écosystèmes et de la biodiversité (TEEB), le capital naturel des forêts peut représenter jusqu'à 90 % du PIB des communautés rurales pauvres.

40 milliards de dollars supplémentaires par an

Le rapport chiffre à 40 milliards de dollars supplémentaires par an l'investissement nécessaire dans le secteur forestier (soit une hausse de deux tiers des investissements actuels), ce qui permettrait de diminuer la déforestation de moitié d'ici 2030, d'augmenter les plantations d'arbres de près de 140 % d'ici 2050, de séquestrer ou supprimer 28 % du carbone de l'atmosphère et de créer des millions d'emplois.

''On observe déjà de nombreux signaux encourageants : la perte annuelle nette de forêts observée depuis 1990 a diminué, passant de huit millions à cinq millions d'hectares et, dans certaines régions, comme l'Asie, les Caraïbes et l'Europe, le couvert forestier a même augmenté au cours des vingt dernières années'', note Achim Steiner, directeur exécutif du PNUE.

Les régions boisées, notamment dans le cadre de projets d'agroforesterie dans les exploitations agricoles et les plantations, ont augmenté de 3,6 millions d'hectares en 1990 contre près de cinq millions d'hectares en 2010.

''On note aussi un plus fort engagement du secteur privé en faveur de ces avoirs naturels et une mobilisation des villes et des communautés du monde entier dans la plantation d'arbres. Des mécanismes commerciaux d'un genre nouveau, comme le REDD+ ou le paiement des services fournis par l'écosystème, voient le jour'', explique le directeur exécutif du PNUE.

Le premier consiste à dédommager les propriétaires terriens pour les services de l'écosystème qu'ils fournissent à la société (réserves de carbone, protection des bassins versants, conservation de la biodiversité…). Le second organise des transferts financiers entre les pays industrialisés et les pays en développement.

Malaisie : passer de l'export à un marché domestique du bois

Une forte volonté politique est indispensable pour inverser la tendance de la déforestation. De nombreux pays ont déjà mis en place des programmes pour lutter contre la perte de couvert forestier. Le Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (Cirad) a coordonné, pendant 18 mois, à la demande du gouvernement malaisien, un projet de recherche (Domestic Trade of Forest products in Penisular Malaysia ) afin de mieux connaître le marché domestique du bois en Malaisie. ''Depuis quelques années, la Malaisie affiche la volonté de sortir d'un modèle économique basé sur les exportations pour favoriser davantage ses marchés intérieurs et améliorer la gestion de ses ressources naturelles. Cette tendance se vérifie particulièrement pour le secteur du bois'', explique le Cirad. Jusque-là, la Malaisie exportait à grande échelle des bois tropicaux peu transformés.

Or, après une enquête de terrain, les chercheurs ont démontré que le marché domestique du bois se situait parmi les 5 premiers secteurs pourvoyeurs d'emplois dans le pays. Le bois est le matériau utilisé dans la conception des bateaux et de l'habitat traditionnel, mais aussi pour les échafaudages… La grande majorité de ce marché est portée par de très petites entreprises (TPE), qui dégagent beaucoup de valeur ajoutée. ''À tel point que les soutenir serait, pour le pays, plus rentable que de déforester'', conclut le Cirad.

Réactions5 réactions à cet article

 

Ces de la créme pour passer la pillule derniérement un chef de tribu des plateau a pleurer a l'annonce de la déforestation et des plantations d'arbres a pin pour vos shampoings et la production de bio diesel du coup la tribu va se faire offrir des 4x4 exproprié par des promoteurs pollueur, c'est une alerte de plus oranoutan leur milieu naturel détruit. Pour un peu vous étes de méche pourune bonne subvention votre article n'est pas la réalité réagisser.

BRYAN | 09 juin 2011 à 12h12
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour,
Je suis très heureux de constater que cet article rencontre ma préoccupation. Cependant, on ne peut non seulement replacer les activités au coeur de la préservation, mais aussi et surtout repenser les rapports directs ou indirects entre l'homme et la nature (problème récurrant de conscience individuelle par rapport à la protection de la nature ainsi que celui des déchets ou ordures dans nos pays en voie de développement)

Jean masala | 09 juin 2011 à 12h33
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Encore une fois, il s'agit de faire croire que l'on protège ces précieuses forêts.
Mais l'on mélange allègrement agroforesterie, plantations, forêts, monocultures d'arbres. Bien sur, qu'en Malaisie les "forêts" sont en progression si l'on fait croire que les monocultures de palmiers à huile sont des forêts. Mais on continue de couper la forêt primaire pour faire de la place à ces nouvelles "forêts" beaucoup plus rentables à court terme.

Tout ça c'est du pipeau | 10 juin 2011 à 14h50
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bravo pour cette initiative.
Enfin on se met à comprendre que ce qui permet de protéger la forêt est dans les facteurs "hors forêt".
Tous les pays du monde qui ont une forêt relativement bien gérée sont des pays à très fort revenu par habitant, et à économie basée ni sur l'agriculture primaire ni sur l'exploitation des ressources minières (mais sur les services, l'industrie, etc). CQFD.
Plus vite la Malaisie passera dans ce modèle, plus vite elle pourra arrêter de déforester.
Quand à Bryan et Tout ca c'est du pipeau, qu'est ce qu'ils proposent de faire pour arrêter de couper les forêts en Malaisie ? Derrière leur discours "il n'y a qu'à. il faut qu'on", on décèle un relent fasciste de néocolonialisme. On attend des propositions concrètes.

doudou | 12 juin 2011 à 05h52
 
Signaler un contenu inapproprié
 

je suis tres heureux d'etre abonné à la Newsletter prof pour 1er ameliorer mes connaissance en matiere d'environnement et donner les informations sur les forets de la Mauritanie qui commencent à ce dégrader par les coditions climatiques et la mauvaise gestion des ressources Naturelles
je suis forestier de Fonction et Merci

ELVE OULD ELHADJ | 12 juin 2011 à 20h52
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…