En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Un cinquième des forêts méditerranéennes de France est menacé

Biodiversité  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com

Le comité français de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) alerte sur les menaces qui pèsent sur les forêts méditerranéennes françaises. Dans le cadre de sa liste rouge des écosystèmes, l'UICN France a évalué la vulnérabilité de 19 écosystèmes forestiers caractéristiques de cette région. Quatre de ces 19 écosystèmes (soit un cinquième - 21 %) sont menacés en France, évalués "vulnérables" ou "en danger." Les principales menaces sont l'introduction d'espèces non indigènes ou de pathogènes pour deux écosystèmes de pinèdes méditerranéennes : les pinèdes à pin de Salzmann (classées "en danger") et les pinèdes à pin maritime ("vulnérables"). Les changements de pratiques sylvicoles impactent aussi les forêts de chêne-liège et les châtaigneraies méditerranéennes. Elles sont également estimées "vulnérables".

Sept écosystèmes forestiers méditerranéens (37 %) sont aussi classés "quasi-menacés”. Il s'agit des pinèdes à pin parasol, des boisements à olivier sauvage, des forêts galeries à laurier rose, des peupleraies riveraines méditerranéennes, des pinèdes à pin Laricio, des boisements à genévrier thurifère et des chênaies pubescentes méditerranéennes. Ces écosystèmes sont soumis à "de fortes pressions" : l'urbanisation, l'aménagement des espaces littoraux, la régulation des régimes hydrologiques, l'aridification du climat méditerranéen et l'intensification des régimes d'incendies.

Seulement trois écosystèmes sont non menacés (préoccupation mineure) : les forêts de chêne vert, le charme-houblon et les pinèdes à pin d'Alep. Quatre écosystèmes de forêts riveraines méditerranéennes ainsi que les boisements méditerranéens à If n'ont pu être évalués, par manque de données disponibles. Cependant, les experts soulignent "la probabilité élevée que ces écosystèmes aient historiquement très fortement régressé".

Réactions2 réactions à cet article

 

Magnifique : encore une bonne nouvelle du côté de la biodiversité !!! Rien de tel pour bien commencer l'année.
Ironie mise à part, ce constat scientifique ne me surprend hélas pas, mais je ne m'imaginais pas que l'érosion des milieux en était à ce point, même si l'état du secteur français méditerranéen est assez parlant.
Les moyens d'agir pour contrer cette tendance sont forcément perdants face aux causes.

Pégase | 07 janvier 2019 à 13h00
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Il faudrait arrêter d'artificialiser les sols à tout va. Il en va de la responsabilité de chacun, de la responsabilité des collectivités locales et celle de l'Etat. Il faudrait même débétonner, débitumer autant que possible (mouvement "Depave" aux Etats-Unis).
Une étude internationale a montré qu'une augmentation mondiale de matière organique des sols de 4 pour 1000 par an permettrait d'absorber nos émissions de CO2 : http://agriculture.gouv.fr/et-si-la-solution-climat-passait-par-les-sols

Charentas | 07 janvier 2019 à 15h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager