Robots
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Forfait mobilités durables : le plafond relevé à 500 euros

Transport  |    |  Laurent Radisson  |  Actu-Environnement.com

Les députés ont acté le 16 octobre l'engagement de Jean Castex de relever de 400 à 500 euros le plafond du forfait mobilités durables institué par la loi d'orientation des mobilités (Lom), qui est entré en vigueur en mai dernier.

Ce relèvement a été opéré via l'adoption d'un amendement au projet de loi de finances (PLF 2021) présenté par le rapporteur LReM Laurent Saint-Martin. Les députés ont en revanche rejeté plusieurs amendements qui visaient à porter ce plafond à 600 euros, voire 800 euros, et/ou à rendre obligatoire le dispositif.

La Convention citoyenne pour le climat avait proposé d'augmenter à 500 euros le plafond mais aussi de généraliser le forfait mobilités durables à toutes les entreprises de plus de onze salariés. Ce que le Gouvernement a refusé. « À l'heure actuelle le caractère volontaire du dispositif limite très largement le déploiement du forfait mobilités durables. On peut le constater en s'appuyant sur l'observation de la mise en oeuvre de l'indemnité kilométrique vélo (IKV), dont le forfait mobilités durables est très proche. A ce jour, seuls 237 000 salariés bénéficieraient de l'IKV selon l'Observatoire de l'IKV, soit 0,9% de la population active ayant un emploi », a vainement expliqué le député non inscrit Matthieu Orphelin.

Pour rappel, le dispositif permet aux employeurs privés de prendre en charge, de manière facultative, les frais de déplacement de leurs salariés sur leur trajet domicile-travail effectué avec des moyens alternatifs à la voiture individuelle : vélo, vélo à assistance électrique (VAE), covoiturage en tant que conducteur ou passager, scooter et trottinette électriques en free floating, autopartage avec des véhicules électriques, hybrides ou hydrogène, titre de transport en commun hors abonnement. Les versements sont exonérés d'impôt sur le revenu et de cotisations sociales dans une limite de 400 euros par an et par salarié, qui va donc être porté à 500 euros au 1er janvier 2021. Le forfait est cumulable avec la participation de l'employeur à l'abonnement de transport en commun mais le cumul de ces deux aides ne peut pas dépasser ce plafond.

Réactions1 réaction à cet article

 

Moins de 1% des salariés concernés! Tout est dit sur le caractère publicitaire de ces moulinets législatifs qui brassent du vent!
Pendant ce temps 10 fois plus (?) de salarés se rendent en vélo à leur travail, permettant de désengorger les rues de nos villes comme les transports en commun, générant des économies multiples (notamment en matière de santé publique par ces temps de COVID) mais supportant plein pot les coûts internes pourtant minimes de cette "vélorution"....

adjtUAF | 22 octobre 2020 à 09h36
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager