En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Métiers verts : la formation n'est toujours pas au point

À l'occasion de la visite d'une plateforme de formation au photovoltaïque, Valérie Létard a réuni la filière bâtiment autour de la question de la formation. La transition vers les nouveaux métiers se fait attendre, les inquiétudes augmentent.

Gouvernance  |    |  Sophie Fabrégat Actu-Environnement.com
   
Métiers verts : la formation n'est toujours pas au point
© Tilio & Paolo
   
La croissance verte est aujourd'hui sur toutes les lèvres. Les enjeux environnementaux actuels et futurs engagent la société à une transition nécessaire. Les modes de vie, de production, de consommation doivent évoluer, de nouveaux métiers doivent apparaître, ou d'autres, plus anciens, doivent s'adapter. Pour répondre aux objectifs du Grenelle de l'environnement, des dizaines voire des centaines de milliers d'emplois pourraient être créés (600.000 selon certaines études). Mais deux ans après le lancement du Grenelle de l'environnement, les compétences manquent. Sur le terrain, les entreprises peinent à recruter du personnel qualifié. Les jeunes diplômés ou les professionnels ne sont pas familiarisés aux nouveaux défis.
Valérie Létard, secrétaire d'Etat au développement durable, a donc lancé récemment un plan de mobilisation des filières et des territoires destiné à développer les emplois verts. La première réunion s'est tenue le 13 octobre. Dix filières professionnelles sont mobilisées : transports, automobile, énergies renouvelables, eau-assainissement-déchets, bâtiment, agriculture et forêts, électromécanique, construction électrique et réseaux, raffinage, biocarburants et chimie verte, tourisme et métiers de la mer. Jeudi 22 octobre, la secrétaire d'Etat est allée à la rencontre des professionnels des bâtiments, qui comptent parmi les secteurs les plus impactés par les défis du Grenelle. Chantier de la rénovation, énergies renouvelables, basse consommation… font partie des défis prioritaires. Les professionnels, conscients de l'enjeu, ont souligné la nécessité de réagir rapidement sans toutefois brûler les étapes.

Les enjeux d'une formation de qualité

Face à l'urgence, les professionnels redoutent un risque d'anarchie dans le développement des formations, guidé par l'opportunisme de certains. ''Il faut faire attention aux réactions face au buzz sur les métiers verts, être attentif à la qualité des formations'', analyse Philippe Guez, délégué général de l'AREF (association régionale pour la formation dans le BTP) Ile-de-France. ''Il y a un risque de ne pas avoir les formations adéquates. Pourtant la formation est capitale'', confirme Manuel Ferraz, président d'Aforelec, organisme de formation des professionnels de l'équipement électrique.
Les métiers de la rénovation, des énergies renouvelables requièrent des compétences spécifiques qui ne s'improvisent pas ! La pose de panneaux photovoltaïques, par exemple, nécessite des compétences en matière d'étanchéité, de raccordement. Lors des branchements, les installateurs travaillent avec des tensions dangereuses en courant continu, à fortes températures. La pose peut présenter des risques pour des gens peu formés. Mais ces connaissances ne se limitent pas à la technique ! Raccordement au réseau, aides financières pour les travaux, assurance, contrat de rachat d'électricité… doivent être expliqués au client par le professionnel. ''Le risque aujourd'hui, c'est de voir des installations posées par des gens pas compétents'', note Xavier Hornung, de la CSEEE (chambre syndicale des entreprises d'équipement électrique de Paris et sa région).

Créer des ponts entre les métiers

Les enjeux actuels nécessitent de nouvelles compétences, mais pas seulement. Ils redessinent également les contours de certains métiers. ''Nous ne nous contentons pas de poser des panneaux photovoltaïques. Les professionnels du bâtiment conçoivent, réalisent, exploitent et garantissent le bon fonctionnement du matériel sur 20 ans'', explique Jean-Louis Estève, chef d'entreprise.
Les métiers du bâtiment, qui jusque-là étaient très cloisonnés, doivent évoluer vers une approche plus globale des travaux. ''Nous sommes passé d'un système vertical à une toile. Les entreprises doivent aujourd'hui et demain travailler sur l'offre globale. Nous sommes dépassés et débordés'', analyse Guy Bédier, chef d'entreprise. ''Il y a une réelle difficulté à concilier les différents métiers pour avoir une approche globale'', confirme Stéphane Jaillant, entrepreneur.

La formation continue s'adapte très vite…

La formation continue semble néanmoins avoir un temps d'avance sur la formation initiale concernant l'adaptation aux nouveaux enjeux. FEE Bat, QualiPV, Qualit'EnR… les initiatives se multiplient pour apporter aux professionnels de nouvelles compétences. ''Lorsqu'un besoin apparaît dans nos métiers, il est immédiat. Il faut donc monter des formations très rapidement'', analyse Yves Desportes, de la CSEEE.
L'adaptation des diplômes existants est plus longue. ''Nous devrions commencer par lancer des initiatives dans les filières existantes avant d'en créer de nouvelles'', analyse Guy Chaumel, directeur du CFA Délépine. Des expériences sont déjà menées dans ce sens-là. Depuis trois ans, la Fédération française des électriciens travaille à la mise en place d'une mention énergies renouvelables au bac pro électricien. Mais la procédure prend du temps. ''L'idéal était que cette mention soit installée dès la rentrée 2010 mais nous n'y parviendrons certainement pas'', note Gwenaëlle Pailleux, secrétaire générale de la Fédération française des électriciens.

''Nous avons besoin d'être plus réactifs, constate Valérie Létard en fin de réunion. Nous devons organiser la souplesse et l'adaptabilité des formations, sans toutefois brûler les étapes''.
La prise en main de cette question par les pouvoirs publics a été tardive. Les réflexions entamées récemment doivent aboutir fin janvier à une conférence nationale sur les métiers de la croissance verte. ''Le temps est contraint'', confirme Alain Liebard, président du comité de la filière énergies renouvelables.

Réactions2 réactions à cet article

 
innitiative Photovoltaïque

comme la semaine dernière, je viens vous porter mon vécu en matière de formation.
voilà deux semaines que nous avons commencer, avec le financement de Pôle Emploi, une formation destiné a des demandeurs d'emploi pour être poseur de panneaux photovoltaïques intégrés au bâti.
cette formation dure 8 semaines avec 2 semaines en entreprise.
les stagiaires ont déja recu des propositions d'emploi alors qu'ils viennent juste de commencer.
la demande est trés forte de personnel qualifié sur ce secteur dans notre région( LR ).
c'est sur des actions de ce type que nous, centre de formation national, pourrons répondre aux besoins du marché grace a notre expertise métier.
n'hésitez pas à me laisser un message si vous desirez plus de renseignement.

norbert | 05 novembre 2009 à 16h27
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Agriculture et biodiversité

La protection de la biodiversité par l'entretien des paysages ruraux et de l'environnement naturel est sur toutes les lévres. En Bretagne, en 1995, l'expérimentation du métier d'Ouvrier Côtier a permis de décliner la formation, le type d'entreprise et l'insertion dans l'économique d'une gestion globale et durable du littoral. Soutenu par le Conseil Régional et les Services de l'Etat, l'objectif était d'allier création d'emplois de proximité et préservation de l'environnement par le moyen de l'entretien continu des espaces ruraux / Voir site internet ETER.ENVIRONNEMENT / Mais 10 ans aprés le lancement les postes manquent . Sur le terrain se sont substitués, portés par la crainte ou la générosité, initiatives bénévoles, démonstration d'actions politiques, chantiers ponctuels de chômeur en insertion, donnant l'impression que la sauvegarde de l'environnement peut être réalisée par tous, au moindre coût, sans la nécessité d'emplois de qualité porteurs d'avenir pour les jeunes professionnels formés par les lycées agricoles en EAE et GPN qui aujourd'hui ferment leurs filiéres faute de l'assurance de débouchés stables dans une fonction pourtant réclamée d'urgence par tous.

Jarnoüen | 06 novembre 2009 à 15h28
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager