En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La forme du stationnement évolue à Paris et ouvre la voie à de nouveaux usages

A travers trois études, l'Atelier parisien d'urbanisme montre que la baisse de la motorisation des ménages à Paris permet d'envisager des usages moins carbonés des places de parking. Précisions de Patricia Pelloux, directrice adjointe à l'Apur

Interview  |  Aménagement  |    |  Dorothée Laperche Actu-Environnement.com
Nous avons détecté une activité anormale depuis votre adresse IP 3.233.220.21
L'accès aux articles a été verrouillé
Pour levez cette limitation, merci de nous contacter par email ou par téléphone :+ 33 (0)1 45 86 92 26.
   
La forme du stationnement évolue à Paris et ouvre la voie à de nouveaux usages
Patricia Pelloux
Directrice adjointe à l’Atelier parisien d'urbanisme (Apur)
   

Actu-environnement : Un des volets de votre étude montre que près de 96 hectares - représentés par 150.000 places de parking pour résidents normalement occupées par des voitures - pourraient être libérés pour de nouveaux usages : comment êtes-vous arrivé à ce résultat ?

Patricia Pelloux : Nous avons constaté une baisse de la motorisation des ménages, engagée de façon continue depuis les années 90 à Paris et sa petite couronne (-19,7% à Paris et -7,8% dans la métropole du Grand Paris entre 1999 et 2015).

Cette tendance se poursuit aujourd'hui notamment du fait des évolutions numériques, sociétales et environnementales : les ménages acquièrent moins de voitures, de nombreux services sont proposés en partage, l'usage des transports collectifs et des mobilités douces augmente.

La forme du stationnement évolue et ouvre la voie à de nouveaux usages.

AE : Vous proposez de nouveaux usages qui pourraient permettre d'améliorer la résilience de la ville face au changement climatique : quels sont-ils et comment pourront-ils peser ?

PP : Nous avons montré que plusieurs usages sont possibles. Tout d'abord, l'espace libéré peut être le support de nouvelles formes de mobilité. De nouveaux besoins...

La suite de cet article est réservée à nos abonnés

Abonnez-vous pour un accès illimité 12,50 € par mois

Déjà abonné ? Identifiez-vous pour consulter l'article

Mot de passe oublié ?

Partager