En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La France cherche à porter l'enjeu de la biodiversité au niveau international

S'inspirer de l'expérience diplomatique de la COP21 pour faire monter l'enjeu de la biodiversité au niveau international. Telle est l'ambition de la France, qui brouille toutefois le message par des décisions parfois troublantes.

Biodiversité  |    |  Laurent RadissonActu-Environnement.com

"Sortir l'érosion de la biodiversité de l'indifférence générale et obtenir en 2020 la mise en place d'un cadre international ambitieux pour la reconquête et la protection de la biodiversité dans le monde." Cet objectif constitue l'un des cinq axes du plan biodiversité que Nicolas Hulot doit présenter cet été après avoir lancé la mobilisation le 18 mai à Marseille. Cette stratégie internationale a été précisée à l'occasion d'un atelier des huitièmes Assises nationales de la biodiversité qui se tenaient du 13 au 15 juin à Valenciennes (Nord).

La France fait face à un agenda chargé et plein d'opportunités pour porter cette ambition d'ici la 15e conférence des parties (COP15) à la Convention sur la diversité biologique (CDB) qui doit se tenir en novembre 2020 en Chine. C'est lors de cette conférence internationale que vont être révisés les objectifs d'Aichi fixés en 2010.

Ambition contredite par des décisions récentes

Parmi ces objectifs, qui constituent le cadre de l'action internationale en faveur de la biodiversité, figurent la division par deux du taux de perte des habitats naturels, la création d'aires protégées sur 17% des surfaces terrestres et 10% des zones maritimes et côtières, ainsi que la restauration d'au moins 15% des espaces dégradés. On sait déjà que ces objectifs ne seront pas tenus. Les rapports alarmants publiés en mars dernier par la plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services éco-systémiques (IPBES) sont là pour le prouver. Ces rapports, établis par plus de 500 experts du monde entier, montrent que, loin d'être enrayé, le déclin de la biodiversité se poursuit "dangereusement".

"La France veut un cadre plus ambitieux et plus opérationnel des objectifs d'Aichi", explique Jean-Marie Quéméner du ministère de la Transition écologique, déplorant que certains des objectifs existants ne soient pas chiffrés. "Nous souhaitons faire émerger des actions au regard des sujets de préoccupation majeure que sont les pesticides, l'artificialisation des sols avec la fixation d'un objectif ambitieux de zéro perte nette et l'implication de la société civile", explique le chef de la mission Europe et international à la direction de l'eau et de la biodiversité. Une ambition louable contredite toutefois par plusieurs décisions récentes et à forte valeur symbolique du gouvernement. C'est le cas du refus d'inscrire l'interdiction du glyphosate dans la loi ou de l'autorisation d'exploiter accordée à la bioraffinerie Total de La Mède qui va contribuer à la déforestation des pays exportateurs d'huile de palme.

Agenda des solutions pour la biodiversité

"Des enjeux supplémentaires doivent également être pris en compte : l'empreinte écologique globale des pays, le lien avec les conflits et les migrations, ainsi que les services rendus par les sols", plaide Florence Clap du comité français de l'Union internationale de conservation de la nature (UICN). La représentante de l'ONG soutient "la fixation d'un objectif scientifique global, à l'instar du 1,5°C de l'Accord de Paris en matière de climat", en ne sous-estimant pas les nombreuses questions scientifiques que cela sous-tend.

"Il faudrait aussi que les Etats présentent leur contribution nationale pour 2020 en s'inspirant d'autres processus internationaux", ajoute Mme Clap, songeant là aux stratégies nationales (NDC) portées dans le cadre des négociations climat.

"La France veut aussi obtenir une mobilisation par l'action", explique Jean-Marie Quéméner. Paris souhaite en effet construire un "agenda des solutions" fédérant les différentes initiatives non-étatiques, sur l'exemple, là aussi, de la COP21.

Ballons d'essai lors de la COP14

Pour porter cette ambition et mobiliser les chefs d'Etat sur ces questions, "la France travaille sur l'agenda international de la biodiversité", indique le représentant du ministère de la Transition écologique. La diplomatie française va donc lancer des ballons d'essai durant la COP14 qui aura lieu à Sharm El-Sheik en Egypte en novembre prochain en vue d'obtenir un accord ambitieux lors de la conférence chinoise de 2020.

D'autres dates importantes jalonnent ce calendrier. La France va en effet accueillir en avril 2019 la septième session plénière de l'IPBES durant laquelle sera divulguée une évaluation globale de la biodiversité et des services écosystémiques. En 2020, Paris présidera le G7 et "une séquence ad hoc sera dédiée aux enjeux de la biodiversité", révèle Jean-Marie Quéméner. Enfin, Marseille accueillera en juin 2020 le congrès mondial de la nature de l'UICN. "C'est une caisse de résonance de la société civile sur la biodiversité", indique le fonctionnaire. "Des motions seront votées à l'attention des Etats et de l'UICN elle-même", ajoute Florence Clap. Motions qui pourront alimenter les prises de décision lors de la COP15, sachant que l'UICN est déjà à l'origine d'accords internationaux comme la convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (Cites).

"La France ne négocie pas seule mais à travers l'Union européenne qui représente les 27 Etats membres", tient aussi à préciser M. Quéméner, qui attire l'attention sur les outils européens existants : les directives Habitats et Oiseaux, ainsi que les politiques communes de la pêche (PCP) et de l'agriculture (PAC). "Les enjeux actuels sur la révision de la PAC sont majeurs", pointe à cet égard le représentant du ministère, qui rappelle la volonté de la France de verdir cette politique commune. Contrairement à la convention sur la diversité biologique qui relève d'un droit "relativement mou", l'UE traduit les engagements qu'elle prend dans des textes parfois très contraignants. Et le fonctionnaire de citer le règlement sur le partage des avantages issus des ressources génétiques (APA), qui applique le protocole de Nagoya. Règlement que... la France peine à mettre en oeuvre.

Réactions5 réactions à cet article

 

Aucune confiance à faire à "la France" qui est ici synonyme même pas vraiment du gouvernement, mais de Macron

"Le président des très riches" (dixit un es-locataire de l'Elysée) ne fera rien, sauf peut-être en paroles qui contrarie ni ses riches amis,ni les chasseurs, ni les "exploitants agricoles"

Hélas aux dépens des "exploités agricoles" qu'il aient ou non pu/voulu passer à l'agrobiologie dont dont ont vitalement grand besoin en particulier les jeunes et les futures générations

Sagecol | 18 juin 2018 à 09h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 

C'est petit bras et réducteur, quant on veut protéger la biodiversité, on commence par ne pas autoriser Europa city, ou la mine d'or de Guyane, où l'importation par Total d'Huile de palme. Ils marchent sur la tête, mais la planète souffre. Quant aux infrastructures routières c'est carrément du délire, v voir en Manche la 2 X 2 voies Granville Avranches et notamment le contournement de Marcel les Grèves, un désastre écologique, une perte considérable de terres agricoles, et surtout aucune alternative moins terrivore !

BJ50320 | 18 juin 2018 à 10h10
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Et si on s'inscrivait concrètement dans la démarche au niveau du pays avant d'aller faire du blabla et aboyer ailleurs...beaucoup plus d'humilité et de réalisation...Copions les allemands, ils ne disent pas, ils font..

agregat | 18 juin 2018 à 10h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Il est manifestement plus aisé et plus porteur politiquement de faire la leçon au monde entier plutôt que de faire le ménage chez soi ! Sauf à être enfermé dans une tour d'ivoire, comment imaginer une seule seconde que ce gouvernement peut être crédible auprès du grand public alors que les chasseurs, la FNSEA et les grandes industries polluantes ont les coudées franches pour avancer comme rarement leurs pions sur l'échiquier politique ?
Cette constance dans la tartuferie et la veulerie est vraiment lassante.

Pégase | 19 juin 2018 à 09h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Pour être ridicules au plan international, il faut toujours compter sur nous : Cocorico !
Cela pourrait être pire car la tradition politique veut que quand on est impuissant chez soi, on déclare la guerre à son voisin pour faire l'Union Sacrée et accessoirement un bain de sang.
Y a du mieux. Aujourd'hui, nos velléitaires, incapables de toute action positive sur la situation réelle des gens, vont lancer des offensives sur des chimères (la France sauve la planète... toute seule en flinguant sa propre industrie) ou sur des boucs émissaires faciles (les méchants agriculteurs qui prétendent produire alors qu''ils seraient tellement mieux sur des cartes postales ou figés à l'époque de l'Angélus de Millet).
Macron de plus en plus creux précède malheureusement le désastre politique.

Albatros | 19 juin 2018 à 20h08
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…