Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

France Énergies marines conclut sa première campagne de mesures sous-marines à Dunkerque

Energie  |    |  Félix Gouty  |  Actu-Environnement.com

D'ici à la fin de 2027, 46 éoliennes posées seront installées au large de Dunkerque (Nord). En amont de l'implantation de ce futur parc de 600 mégawatts (MW), mais aussi, fin 2023, de celui de Dieppe-Le Tréport (Normandie) de 496 MW, l'association France Énergies marines (FEM) et le service hydrographique et océanographique de la Marine (Shom) sont chargés d'un projet de recherche collaborative intitulé Dunes. Ce dernier, commencé en 2019 pour s'achever en 2022 et doté d'une enveloppe de 1,28 million d'euros, est voué à améliorer les connaissances scientifiques sur la dynamique sédimentaire et biologique des écosystèmes marins des zones d'implantation des futurs parcs éoliens cités. Une première campagne de mesures, consacrée aux dunes sous-marines sur lesquelles seront posées les éoliennes, s'est achevée en juillet dernier. « Cette étude approfondie (…) est complémentaire des études techniques et environnementales menées par les maitres d'ouvrage des projets éoliens en mer et de leur raccordement électrique dans les milieux dunaires », précise France Énergies marines dans un communiqué.

Huit relevés bathymétriques (évaluation de la topographie des fonds marins) ont été réalisés entre novembre 2019 et juillet 2021 sur trois sites d'étude d'une superficie d'un kilomètre carré chacun. Ces mesures ont notamment montré que les tempêtes marines pouvaient provoquer des variations dans l'épaisseur sédimentaire et des déplacements horizontaux des dunes. Une campagne complémentaire a aussi été menée en parallèle, au printemps dernier, afin d'évaluer la dynamique des courants à l'œuvre dans la zone. « Les dunes sous-marines de la zone de Dunkerque sont très dynamiques : elles se sont globalement déplacées vers l'est de façon continue, déclare FEM. Ces mouvements vont être anticipés pour optimiser l'installation et gérer la maintenance des parcs éoliens en mer et de leur raccordement électrique. » Par ailleurs, l'association a annoncé le lancement à la fin de l'année d'un projet de recherche connexe, dénommé Modulles. Ce dernier se destinera à la modélisation des interactions entre dunes sous-marines et composants des futurs parcs éoliens offshore.

Réactions2 réactions à cet article

 

En clair, ces éoliennes risquent fort d'avoir le même comportement que les constructions sur le pergélisol qui fond en Sibérie... ce qui est bien ballot, le contrat ne prévoit pas le démantèlement des socles en fin de vie... Il est encore temps d'arrêter cette fuite en avant, cette gabegie !

dmg | 21 septembre 2021 à 10h32
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Il faut bien évidemment s'attendre à des déplacements de grèves ou de dunes côtières, et de courants marins, avec toutes leurs conséquences, ce serait inconscient de le nier. Mais en fait c'est comme construire une digue, c'est plusieurs années après que l'on se rend vraiment compte de l'impact. Les populations de poissons risquent aussi d'aller voir ailleurs car elles suivent les courants.

gaïa94 | 23 septembre 2021 à 20h12
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Félix Gouty

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Feu à LED rouge MI Obsta pour balisage des mâts de mesure de vent OBSTA