Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

La transition climatique de la France nécessite des milliards d'investissements supplémentaires

Gouvernance  |    |  R. Boughriet

Ce 9 novembre, France Stratégie, le cercle de réflexion rattaché à la Première ministre, a publié la première note de sa mission d'évaluation des impacts macroéconomiques de la transition écologique de l'Hexagone.

L'économiste Jean Pisani-Ferry préside cette mission que lui a confiée Élisabeth Borne, en septembre dernier. Il chiffre à 70 milliards d'euros en 2030 (soit 2,5 points de PIB) les besoins d'investissements supplémentaires, publics et privés, nécessaires à la transition climatique de la France (hors coûts d'adaptation à ce stade). Ce financement concerne la substitution des combustibles fossiles par les énergies renouvelables et le nucléaire, ainsi que la rénovation thermique des bâtiments, les infrastructures de transport, et intègre aussi les achats de biens durables des ménages.

À moyen terme (2030), il faudrait donc « miser sur les technologies déjà fiables, et donc combiner substitution du capital aux énergies fossiles et efforts de sobriété. Il ne faut pas se cacher les coûts économiques de ces efforts », explique la note. À court et moyen termes, les investissements publics devraient être consacrés à la rénovation thermique des bâtiments publics, aux infrastructures, à la recherche et développement, « mais aussi à soutenir les efforts des entreprises et ménages insuffisamment solvables » vers les solutions alternatives aux énergies fossiles et l'amélioration de l'efficacité énergétique, préconise Jean Pisani-Ferry.

Par ailleurs, la planification des actions publiques devrait reposer sur une « trajectoire de prix implicite du carbone », car, « même en l'absence d'une fiscalité du carbone, cela permet de garantir un minimum de rationalité des choix publics », ajoute l'économiste. Enfin, concernant le long terme (2050), « des efforts d'orientation du progrès technique peuvent porter leurs fruits », estime-t-il, pour parvenir à « l'objectif de neutralité climatique (qui) est très probablement à notre portée ».

Le rapport complet de France Stratégie est attendu au printemps 2023.

Réactions1 réaction à cet article

 

Les surcoûts humains, matériels et assurantiels du laisser-faire environnemental qui a jusqu'à présent prévalu dans nos sociétés libérales (mais aussi celles qui se réclament socialistes-communistes et plus ou moins dictatoriales) sont en passe de devenir si exorbitants pour nos économies que, d'une part, certains économistes de renom commencent à s'en rendre compte et le disent et, d'autre part, que les centaines de milliards nécessaires maintenant - et pas demain-tu-verras - à l'adaptation au changement climatique paraîtront presque anecdotiques, tout du moins des placements rentables.
Mais il faut d'abord en haut lieu cesser de prendre en considération les cris d’orfraie des allergiques incurables à l'écologie et de tous ceux qui préfèrent regarder ailleurs quand la maison brûle. C'est déjà en soi un vrai chantier !

Pégase | 13 novembre 2022 à 21h24
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Conseil en résilience environnementale LPA-CGR avocats
Green Save Planet, faciliter la rénovation énergétique des foyers précaires AXDIS PRO