En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La France surconsomme son électricité en période de canicule … et exporte

Intempéries cet hiver, printemps chaud, vagues de chaleur à répétition... Cet été, le réseau électrique français a fait face à une surconsommation électrique en raison de la climatisation mais a exporté, notamment grâce au photovoltaïque.

Energie  |    |  Agnès SinaïActu-Environnement.com
La France surconsomme son électricité en période de canicule … et exporte

Les vagues de chaleur qui ont touché la France cet été sont d'une intensité peu fréquente. Comparables aux records enregistrés en 2013 et 2017 (32° à 33°), elles se sont, cette année, caractérisées par une durée exceptionnelle. Répétitives entre juin et août, elles pèsent fortement sur le réseau électrique, selon une étude réalisée par SIA Partners.

La climatisation entraîne une hausse de la consommation à l'échelle nationale – notamment dans les zones très urbanisées où on enregistre des amplifications allant jusqu'à +5°C par rapport aux zones rurales. L'Ile-de-France et la Côte d'Azur ont vu leur consommation augmenter fortement. A l'échelle nationale, cela se traduit par un gradient de thermosensibilité de 520 mégawatts (MW) par degré Celsius, soit l'équivalent d'une demi-tranche nucléaire par degré supplémentaire au-dessus de 25°C.

La production solaire compense la surconsommation

Durant cette vague chaude de 2018, les températures du 26 juillet étaient de 6°C au-dessus de la normale, ce qui a entraîné une surconsommation de 3 gigawatts (GW) environ, note RTE.

 
La France exporte massivement sa production électrique Lors de la journée caniculaire du 26 juillet 2018, malgré le pic de consommation de climatisation qui a amené à un pic de consommation de 55.000 MW, la France a exporté près de 6.000 MW à midi, selon les données collectées par le Réseau de transport d'électricité (RTE). Le réseau électrique français demeure en surcapacité, malgré les arrêts de tranches (31796) de centrales nucléaires dûs à la chaleur. Cette situation s'explique par le fait que l'électricité photovoltaïque a fourni 8% de la consommation à la même heure, l'hydroélectricité 12% (7.491 MW) et le charbon 2% avec un apport de 1.515 MW.
 

D'ordinaire, cette surconsommation peut être compensée par la production de trois tranches de réacteurs nucléaires. Mais il se trouve que cette surdemande coïncide avec la production photovoltaïque, qui, à cette époque estivale, peut couvrir les besoins. Entre le jeudi 12 juillet, journée de température normale, et le jeudi 26 juillet, journée caniculaire, le différentiel de température a été efficacement compensé par la production solaire.

C'est aussi le cas en Allemagne où la canicule a été favorable aux exportations d'électricité (+10 GW) grâce à un parc photovoltaïque important et à un faible recours à la climatisation. On note des pics de production photovoltaïque au cours de la journée du 26 juillet qui coïncident avec les pics de consommation, entre 10h et 18h, période pendant laquelle les besoins en climatisation sont les plus élevés dans les bureaux et les lieux publics. Malgré des arrêts de tranche de centrales nucléaires liés à la canicule, la France a exporté son électricité.

Alternatives à la climatisation dans les villes

Les îlots de chaleur urbains, que le recours à la climatisation contribue à intensifier, empêchent la chaleur de se dissiper. Des solutions existent pour libérer les flux de chaleur emprisonnés dans les zones urbaines : les réseaux de froid sont particulièrement adaptés aux environnements urbains, et connaissent une croissance régulière depuis dix ans, note l'étude de SIA Partners. Avec 73 km de canalisations, Paris possède le plus grand réseau d'Europe, Climespace, un des plus avancés technologiquement. Climespace dessert les bâtiments publics et tertiaires du centre de Paris. La présence de la Seine permet d'utiliser la fraîcheur de l'eau du fleuve pour refroidir le réseau. Actuellement, la climatisation représente 10% de la consommation électrique mondiale, avec 1,6 milliards de climatiseurs utilisés dans le monde.

La solution est aussi à rechercher du côté du réaménagement des espaces urbains. Dans la lutte contre les îlots de chaleur urbains, la végétalisation joue un rôle clé, rappelle l'Union des entreprises du paysage (Unep) dans un communiqué diffusé en pleine canicule, le 27 juillet. En choisissant de planter régulièrement, de végétaliser et de renaturer des places publiques, des murs ou des toitures, les villes peuvent contribuer à atténuer les effets du piégeage du rayonnement solaire dans les matériaux urbains et des rejets de chaleur causés par l'activité humaine.

 

Réactions4 réactions à cet article

 

Comme la France, l' ensemble des pays d' europe ont eu une forte production solaire A qui et a quel prix la France a t elle exporté ?

1noel2 | 16 août 2018 à 10h55
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Un reseau capable de transiter 100 GW en hiver peut aisement en transiter la moitié l'été ; pour les limitations de refroidissement de toutes unités industrielles situées sur certains fleuves, ces contraintes n'existent pas encore sur l'Atlantique ou la Manche .
Et comment font les pays du Golfe pour s'en accomoder, il y a des solutions .
Apres quand le PV est synchrone avec un besoin de consammation cela évite en Allemagne, seulement, de bruler des fossiles .
L'objectif climatique est le CO² et non pas la seule génération d'electricité décarbonnée qu'assure, aussi, le nucléaire .

jjherou | 20 août 2018 à 10h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Le 26 juillet dernier à midi, la France a exporté 2.000 MW à l'Angleterre, 2.096 MW à l'Espagne, 1.540 MW à l'Italie, 1.477 MW à l'Allemagne et la Belgique. Elle a importé 1.272 MW de Suisse.
En ce qui concerne les prix, ils sont en ligne sur le site Epex Spot.

Agnès Sinaï Agnès Sinaï
20 août 2018 à 10h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Les chiffres fournis correspondent à une puissance qui est transitée durant un certain temps à une certaine heure, alors que ce qui est payé est une energie (une quantité), en MWh ici .
Comme dire que nous alimentons 7000 foyers potentiels, si c'est seulement pendant 30 minutes, à 3 h de l'apres midi, cela fait une belle jambe ?
Le PV n'est pas pilotable, il faut le stocker, donc payer 2 fois .

jjherou | 20 août 2018 à 11h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Agnès Sinaï

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…