En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La France veut lutter contre le trafic illégal d'ivoire

Biodiversité  |    |  Florence Roussel Actu-Environnement.com

Suite à l'alerte de nombreuses ONG, la France a décidé de suspendre les exportations d'ivoire légal et compte bien convaincre d'autres Etats membres de l'Union européenne de faire de même.

Le stock d'ivoire présent en France a été introduit avant 1990, date d'inscription des éléphants d'Afrique à l'Annexe I (commerce interdit) de la Convention sur le commerce international des espèces menacées d'extinction (Cites). Sa détention en vue de sa commercialisation est aujourd'hui conditionnée à l'obtention de certificats intracommunautaires délivrés par les Directions régionales de l'environnement, de l'aménagement et du logement (Dreal). Mais ces certificats peuvent être détournés et réutilisés pour commercialiser des défenses illégales aussi bien en France que dans les pays importateurs.

Un trafic tiré par la demande asiatique

En 2014, plus de 3 tonnes d'ivoire brut ont été vendues dans les salles de ventes aux enchères en France. L'ivoire s'y vend entre 300 à 1.000 € le kilo. La totalité de cet ivoire a été achetée par des ressortissants étrangers, en particulier asiatiques. En Chine, il se vend aujourd'hui 6.000 à 7.000 € le kilo. Cette demande asiatique accrue alimente le commerce illégal. La quantité d'ivoire issue du braconnage a en effet été démultipliée ces dernières années alors que les populations d'éléphants d'Afrique centrale ont décliné de plus de moitié au cours de la dernière décennie. Plusieurs groupes armés clandestins financent en effet leurs activités par le trafic de matières animales et en particulier d'ivoire.

Le ministère de l'Ecologie a également prévu une nouvelle opération de destruction d'ivoire illégal en 2015 et entend renforcer les sanctions prévues en cas de trafic d'espèces protégées dans le cadre de la loi biodiversité qui sera débattue prochainement.

Réactions1 réaction à cet article

 

Une petite remarque: La "Convention de Washington" (CITES) ne prescrit que la règlementation du commerce et de toutes activités assimilables à des activités commerciales. Ces activités sont interdites et nécessitent des dérogations aux interdictions ( Certificats intracommunautaires).

Mais la détention simple chez un particulier à des fins personnelles et non commerciales d'ivoire d'éléphant n'entre pas dans le champ des interdictions de commerce prévues par la CITES: Seule la détention en vue de la vente est interdite (voir arrêté du 30 juin 1998 modifié fixant les modalités d'application de la CITES et des règlements (CE) n°338/97 du Conseil européen et (CE) n° 939/97 de la Commission européenne).

Je pense ici à tous les particuliers qui détiennent chez eux des défenses d'éléphant qui datent du temps de leurs arrière grands-parents et qui n'ont aucune intention de les mettre en vente: La détention qu'ils ont de ces ivoires d'éléphants n'est pas interdite car elle a le caractère pleinement non commercial. S'ils désiraient les vendre à l'avenir, ils devraient alors demander et obtenir une dérogation à l'interdiction d'activités commerciales (Certificat intracommunautaire).

Cela dit, la suspension de l'exportation de l'ivoire légal depuis la France me paraît pertinente.

Euplectes

Euplectes | 30 janvier 2015 à 11h35
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager