En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La FRAPNA dénonce l'épandage aérien de pesticides et plébiscite la rotation des cultures

Agroécologie  |    |  Florence Roussel Actu-Environnement.com
Exposés à la chrysomèle, un insecte ravageur, les champs de maïs de l'est de Lyon font l'objet depuis le mois de septembre d'épandage aérien de pesticides afin de limiter les pertes. Les hélicoptères pulvérisent sur les champs de la deltaméthrine, un puissant insecticide. Fortement opposée à ce type de traitement, la Fédération Rhône-Alpes de Protection de la Nature (FRAPNA) dénonce la mise en place d'un traitement disproportionné : 8 insectes capturés sur 3 placettes de suivi parmi un réseau de 600 points de capture et c'est toute la profession agricole qui vacille, explique la FRAPNA. L'association craint pour les points de captage d'eau potable, les exploitations d'agriculture biologique et surtout pour la santé des riverains qui pourrait être exposés à ces traitements.

Depuis plusieurs années, la FRAPNA encourage les agriculteurs à mettre en œuvre la rotation des cultures pour éviter la prolifération des insectes ravageurs. Certains agriculteurs se sont d'ailleurs engagés à ne pas ressemer de maïs l'année prochaine dans la zone infecté ce qui réduit les traitements. Pour appuyer sa démarche, la FRAPNA rappelle que l'agriculture française ne produit pas suffisamment de protéines et propose que les terres cultivées en maïs accueillent des légumineuses (poids, luzernes, soja…).

À une plus large échelle, la FRAPNA constate que les systèmes de monoculture sont aujourd'hui maintenus grâce aux aides publiques ainsi qu'aux énormes masses d'intrants (engrais et pesticides) et d'eau d'irrigation. Il est aujourd'hui nécessaire d'imposer la rotation des cultures dans les zones infectées et d'accompagner les agriculteurs dans cette démarche puisque nombre d'entre eux se retrouvent prisonniers d'investissements ou de contrats d'eau d'irrigation, explique l'association.

Enfin, la FRAPNA souhaiterait que le dispositif de suivi de la qualité de l'air mis en place en 2007 soit à nouveau activé.

Réactions1 réaction à cet article

 
Merci la Frapna hypocrite!

Voici le message que j'envoie à la Frapna et à sa filiale épicière "Rue de la Nature" :
Merci de ne plus m'envoyer (me harceler...) de mail pour acheter, acheter et encore acheter! Sacher que je n'ai pas de TV, pas de Pub dans ma boite à lettres, alors c'est pas vous une assos écolo qui allez vous comportez ainsi?! J'ai déjà essayé de me désabonner...en vain! Stop PUB! Surtout quand on voit les trucs inutiles que vous proposez, ex : un testeur d'accus! (y'a qu'à attendre que ça marche plus et l'accu est vide...), des pinces pour choper les insectes! le pompon c'est le "coursier", espèce de sac qu'on met dans un ...caddie! Bravo l'hypermarché! Temple de la malbouffe et des produits inutiles. Il est vrai que votre coursier est..."bio"! L'honneur est sauf...
Joël

joel | 12 janvier 2009 à 22h29
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager