Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Vents contraires autour du petit éolien

Alternative au photovoltaïque pour la production d'électricité renouvelable chez le particulier voire dans les activités tertiaires, le petit éolien peine à prendre son envol en France. En cause, la réglementation dissuasive pour la construction, mais aussi l'absence de tarif d'achat privilégié.

Reportage vidéo  |  Energie  |    |  Baptiste Clarke  |  Actu-Environnement.com

Amorce rappelait conjointement avec le réseau Collectivités locales éoliennes (Cléo), le mauvais départ du petit éolien en France. En effet, en trois ans, seules 2.500 machines dont la puissance reste inférieure à 36 kilowatts (kW) et dont le mât ne dépasse généralement pas une trentaine de mètres de haut, ont été installées en France.

Contrainte de permis de construire

La raison : passée une hauteur de mât de 12 mètres, les éoliennes font l'objet d'une procédure plus complexe incluant une demande de permis de construire et une notice d'impact. Une contrainte qui peut être encore alourdie avec la présentation d'une étude d'impact et l'organisation d'une enquête publique si le projet est soumis à autorisation.

Absence de tarif d'achat incitatif

Autre problème, le tarif d'achat de l'électricité éolienne fixé par l'arrêté du 17 novembre 2008 dans le cadre des Zones de développement éolien (ZDE) et pour des installations réinjectant l'intégralité de leur production sur le réseau, ne distingue pas les projets selon la taille des machines.

Dans le cadre d'une ZDE, l'auto-consommation, même partielle, est donc à exclure. Hors ZDE, le producteur ne peut vendre l'électricité de gré à gré qu'à un responsable d'équilibre agréé par RTE (Réseau de transport d'électricité). Le tarif s'élève dans ce cas entre 4 c€ et 8 c€ HT / kWh à comparer avec les 8,2 c€ HT / kWh proposés pour les dix premières années des installations bénéficiant du tarif ZDE. Seule autre solution : revendre la production à l'opérateur historique au même prix que l'électricité du réseau.

Au final, quelle que soit l'option choisie, les tarifs ne permettent pas au petit éolien d'être rentable, déplorait Amorce qui estimait que "la meilleure option est encore d'auto consommer sur place le maximum de l'énergie produite"… à condition cette fois de ne pas être dans une ZDE !

Réactions1 réaction à cet article

 

En Aquitaine, le Schéma Régional Eolien a du mal à émerger. Seuls les grosses installations, sur mailles de 100ha sont pointées. Dans des départements touristiques comme la Dordogne, on aurait aimer voir réalisables des opérations de taille moyenne ou modeste. La décentralisation des EnR n'est pas pour demain.

Ernest | 31 mai 2012 à 09h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Baptiste Clarke

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Energie-legal : cabinet d'avocats dédié exclusivement à l'énergie Energie-legal