En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La friture de boues d'épuration, une technique opérationnelle pour produire des biocombustibles

Les boues d'épuration trouvent une seconde vie sur le site industriel du Roussillon en Isère. La startup Cleef System a industrialisé la production d'un combustible alternatif selon un principe proche de celui de la fabrication des churros.

Energie  |    |  Cécile Clicquot de MentqueActu-Environnement.com
La friture de boues d'épuration, une technique opérationnelle pour produire des biocombustibles

L'idée de faire frire des boues d'épuration dans des huiles ou déchets graisseux, pour produire des pellets combustibles à très haut pouvoir calorifique (PCI) est une voie de valorisation imaginée depuis début 2010. Mais il aura fallu quelques années de R&D pour faire sauter les verrous techniques et économiques permettant de mettre en œuvre industriellement cette idée qui permet de co-valoriser deux déchets en produisant un biocombustible au bilan carbone favorable, du fait de l'origine organique des deux flux.

C'est désormais chose faite avec le démonstrateur développé par Cleef System. Celui-ci tourne depuis plusieurs mois sur le site industriel de Roussillon en Isère à l'échelle significative de 200 kg/h (soit 1.000 t/an de boues ou une station de 15.000 EH). "Nous venons notamment de finir avec succès une campagne de tests en continu où l'installation tourne jour et nuit sur cinq jours", explique Nicolas Secondi, ingénieur développement et associé de l'entreprise. Une étape essentielle qui permet de cibler maintenant un déploiement commercial à une échelle supérieure. "Nous visons pour être économiquement pertinent des unités capables de traiter 1t/h de boues sur ce rythme continu hebdomadaire", précise-t-on chez Cleef System. Soit un marché cible de stations d'épuration (urbaines ou industrielles) de 70.000 à 100.000 EH, même si ce dimensionnement pourra être revu à la baisse sur certaines niches de boues.

Ces mois d'avancée industrielle ont aussi permis de valider en parallèle quelques autres points, en particulier la possibilité d'utiliser des huiles minérales pour réaliser la "friture" et le développement d'un système simple de purification des graisses pour les mettre en œuvre dans le procédé.

Une nouvelle voie pour la valorisation des boues

La fiabilité industrielle du procédé Cleef System est en tous cas démontrée. Le fort PCI du "pellet" obtenu (entre 6,5 et 7,5 kWh/kg), mais surtout sa stabilité (non explosif, sans odeur, hygiénisé...) en font un combustible alternatif bas-carbone de choix pour des chaudières industrielles. Notons cependant que les chaudières devront être autorisées à brûler du déchet, associé à un traitement des fumées adapté, car le produit final garde pour l'instant son statut de déchet.

Les éléments de l'équilibre économique sont aussi bien cernés car l'idée est à la fois de valoriser prioritairement des déchets huileux ou graisseux de faible valeur marchande (qui n'ont pas ou prou de voies de valorisation) et de lever une contrainte grandissante sur le devenir des boues (moins d'épandage possible, logistique coûteuse et polluante du transport des boues à fort taux d'eau…), et tout ça dans un procédé au bilan énergétique le plus optimisé possible. Ce nouveau biocombustible a ainsi une valeur énergétique huit fois supérieure à l'énergie nécessaire à sa production, et des pistes d'amélioration sont à l'étude autour de la valorisation de la chaleur fatale des vapeurs émises à la friture. Ce qui devrait rendre cette nouvelle filière d'écologie industrielle et circulaire encore plus attractive au plan économique.

Réactions1 réaction à cet article

 

Technologie très innovante et a priori très porteuse, donc prometteuse. Mais qu'en est-il de l'impact environnemental de l'introduction d'huiles minérales pour réaliser la friture ? S'agit-il d'huiles usagées, donc chargées en divers polluants minéraux et organiques ?

Pégase | 10 janvier 2019 à 09h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Cécile Clicquot de Mentque

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…