Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

EDF juge que l'EPR n°1 de Taishan devrait être mis à l'arrêt

Energie  |    |  Philippe Collet  |  Actu-Environnement.com
EDF juge que l'EPR n°1 de Taishan devrait être mis à l'arrêt

« Au regard des analyses effectuées, les procédures d'EDF en matière d'exploitation du parc nucléaire français conduiraient EDF, en France, à mettre le réacteur [n°1 de Taishan] à l'arrêt », annonce l'entreprise. Cette prise de position s'appuie sur l'analyse de l'augmentation de la concentration de certains gaz rares dans le circuit primaire qui démontre que les défauts d'étanchéité des gaines contenant le combustible nucléaire s'aggravent. Mais, « à Taishan, les décisions correspondantes appartiennent à [l'exploitant] TNPJVC », rappelle EDF qui semble regretter que son homologue privilégie la poursuite de la production.

EDF s'est exprimée jeudi 22 juillet, à l'issue d'un conseil d'administration extraordinaire de TNPJVC, la co-entreprise détenue à 70 % par l'entreprise chinoise CGN et à 30 % par EDF. Lors de ce conseil d'administration, l'entreprise française « a porté sa position » concernant l'analyse des données et la nécessité de mise à l'arrêt du réacteur qui en découle selon elle. Pour rappel, depuis plusieurs mois, le réacteur chinois fait l'objet d'un dysfonctionnement rendu public en juin dernier.

Concrètement, EDF rappelle que l'élévation de la concentration en gaz rares radioactifs dans l'eau du circuit primaire est la conséquence de la perte d'étanchéité de certains « crayons » contenant le combustible. Les données transmises par l'exploitant, notamment celles relatives à la composition chimique de l'eau, mettent en lumière « le caractère évolutif de la situation ».

Ces « paramètres radiochimiques (…) demeurent en deçà des seuils règlementaires en vigueur à la centrale de Taishan », explique EDF, précisant que ces seuils « sont cohérents avec les pratiques internationales ». Pour autant, rapporte Le Parisien le seuil chinois au-delà duquel le réacteur doit être mis à l'arrêt a été relevé à 324 gigabecquerels par tonne (GBq/t) d'eau. Le 30 mai, la concentration en gaz rares atteignait 290 GBq/t, un chiffre qui continue à s'élever, laisse entendre EDF. Quant à la limite française, elle est fixée à 150 GBq/t.

Réactions1 réaction à cet article

 

Eh bien ! puisque les Chinois aiment prendre des risques, il n'y a plus qu'à attendre la suite de évènements, sachant que le "caractère "évolutif de la situation" n'a aucune raison de se limiter . Si certains crayons ne sont plus étanches, le circuit primaire va continuer à se charger en gaz qui ronge son contenant...ce qui de conduire à des fuites massives dans le secondaire. A quand l'explosion ?

gaïa94 | 28 juillet 2021 à 17h03
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Feu à LED rouge MI Obsta pour balisage des mâts de mesure de vent OBSTA