En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Fukushima : la fonte totale du cœur des réacteurs ne remet pas en cause le calendrier de Tepco

Tepco vient de confirmer l'hypothèse pessimiste : les cœurs des réacteurs ont certainement fondu et les cuves seraient percées. Malgré tout l'opérateur maintient son objectif de stabilisation de la situation d'ici janvier 2012.

Energie  |    |  Philippe ColletActu-Environnement.com
   
Fukushima : la fonte totale du cœur des réacteurs ne remet pas en cause le calendrier de Tepco
   

Jusqu'à maintenant Tepco, l'opérateur de la centrale de Fukushima, estimait probable la fonte d'environ un tiers du combustible des réacteurs endommagés. Quant au confinnement des installations, si Tepco avait évoqué de possibles fuites des enceintes, les cuves des réacteurs étaient considérées intactes.

Fonte du cœur et cuve percée

 
Le programme nucléaire japonais sur la scellette Samedi 14 mai, la centrale d'Hamaoka a été totalement arrétée, conformément aux exigences du Naoto Kan, le Premier ministre japonais. L'arrêt devrait durer au moins deux ans, le temps d'améliorer les défenses anti-tsunami.
Par ailleurs, Naoto Kan a estimé que le Japon devait repenser sa politique énergétique de fond en comble, utiliser davantage les énergies renouvelables et promouvoir un usage plus modéré de l'électricité. En conséquence, la décision de construire 14 réacteurs supplémentaires semble aujourd'hui compromise.
Quant à la capacité de production nucléaire du pays, elle est tombée en avril à 50,9% de la capacité totale, contre 66,9% en mars, selon Reuters. Ce niveau est le plus bas depuis avril 2008.
 
Le 15 mai, l'opérateur a révisé ses estimations. "Après analyse de l'état du cœur, à partir des informations disponibles et des hypothèses tirées de ces indications, nous estimons que les pastilles de combustible du réacteur 1 ont fondu, tombant au fond de la cuve du réacteur et cela relativement tôt après que la centrale ait été atteinte par le tsunami", a indiqué Tepco dans un court communiqué.

C'est à la suite de la réparation d'une jauge que Tepco a réévalué la situation et a constaté que le niveau d'eau à l'interieur du réacteur est inferieur de cinq mètres au minimum requis pour noyer les barres de combustible.

En conséquence, Junichi Matsumoto, le directeur général de la centrale, a expliqué qu'"il y a forcément une fuite importante." Celle-ci, bien que limitée à "quelques centimètres", aurait entrainé la fuite de 3.000 m3 d'eau hautement radioactive vers les sous-sols de la centrale. Cependant, afin d'accélérer le refroidissement, Tepco a augmenté d'environ 50% le volume d'eau injecté dans le cœur, le portant à 10 m3 par heure, assumant le risque d'accroître les quantités d'eau radioactive dans le bâtiment. Tepco estime qu'actuellement 500 m3 d'eau s'ajoutent quotidiennement aux 90.000 déjà présents dans les bâtiments.

Mardi 17 mai, Tepco a jugé "probable" que les réacteurs 2 et 3 aient subi des dommages comparables avec une fonte totale des barres de combustible et des fuites sur les cuves. Les données du réacteur 3 semblent confirmer cette hypothèse car après avoir été stabilisée à 90°C, la température a augmenté début mai pour atteindre 200°C le 7 mai. Elle est actuellement d'environ 140°C selon l'opérateur qui a jugé possible qu'il n'y ait plus d'eau dans le réacteur.

Retour de l'hypothèse du sarcophage

Malgrès tout, Tepco maintient son calendrier et envisage toujours une stabilisation des installations en janvier 2012. La raison de cet "optimisme" tient dans le fait que la fuite n'a pour l'instant pas empéché l'opérateur de maintenir la température du réacteur 1 entre 100 et 120°C.

Cependant, Reuters rapporte les doutes d'experts américains qui jugent que ces nouvelles informations hypothèquent les chances d'atteindre un refroidissement stable du réacteur. En conséquence ils préconnisent d'enmurer le réacteur, relançant ainsi l'hypothèse du sarcophage. Une construction qui pourrait s'étaller sur plusieurs années étant donnée la présence probable de radiations extrèmement élevées à proximité des réacteurs.

Par ailleurs, cette option ne devrait pas être limitée au réacteur 1. La première étape serait de creuser une tranchée autour des trois réacteurs endommagés. D'une profondeur allant jusqu'au lit rocheux situé à environ 15 mètres de profondeur, cette tranchée serait remplie de zéolithe afin d'absorber le césium radioactif.

Quant aux experts japonais, ils émettent eux aussi des doutes sur le bon déroulement des opérations planifiées par Tepco. "À moins que l'on puisse évacuer les substances radioactives [en filtrant l'eau], la contamination va s'étendre et il deviendra impossible de réaliser les travaux prévus", a concédé Takashi Sawada, le vice president de la Société japonaise à l'énergie atomique.

Réactions13 réactions à cet article

 

Ah! C'est super le nucléaire! la centrale va polluer les mers pendant des années, si tout se passe pour le mieux. En cas de tsunami ou de tremblement de terre, on peut imaginer le pire, y compris une reprise de criticité. Le combustible nucléaire, et surtout le MOX, reste actif pendant des années.
On n'entend plus les nucléocrates la ramener sur les bienfaits de leur énergie "propre".

Il faut sortir du nucléaire.

ric | 19 mai 2011 à 09h50
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Je tiens à feliciter l'équipe en place et de leurs faire savoir que je suis vraiment contemp de leurs éfforts. Entant que radioprotectionniste je comprend que la situation n'est pas à negliger et il est à prendre en cosidération au niveau mondial. Car c'est ne pas seulement les Japonnais qui vont subir l'irradiation mais au niveau de la plannete tout entier. Donc au lieu de bombarder la libye et de tuer ces inoncents veullez depecher ces équipes pour aider la population Japonnais car ils ont vraiment besoin...

zainoudine | 19 mai 2011 à 12h42
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Tous ces commentaires m'attristent et me font froid dans le dos!
A vrai dire je crois que la folie humaine n'a pas eu de limite vis à vis de l'énergie atomique, espérons que ces événements dramatiques vont faire réfléchir, notamment notre gouvernement...

Samuel 73 | 19 mai 2011 à 14h52
 
Signaler un contenu inapproprié
 

"Aucune réaction à cet article", dit le pied de cette page électronique. Et ça résonne comme un écho de notre manque de réaction à tous. Mais QUE dirons-nous à nos enfants ?
Très peu de promoteurs de l'énergie nucléaire se jugent responsables de ce qui arrive, mais ne sommes nous pas tous responsables de ce qui arrivera demain ? Bougeons-nous. Tous. Mieux que ça !!!
Non ?

Guillaume Muller | 19 mai 2011 à 15h32
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Je suis triste. Ça me fais de la peine. Je suis étudiant en école d'ingénieur dans les énergies renouvelables et je sais éperdument que l'on ne peut pas sortir du nucléaire ... (pas pour l'instant, en tout cas, pas en France). Mais l'incident arrivé au Japon est colossal !! Je suis de tout coeur avec les techniciens Japonais qui se "suicident" auprès de ces réacteurs nucléaire afin de les refroidir ...

Merry35 | 19 mai 2011 à 17h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 

"on ne peut pas sortir du nucléaire" uniquement parce que l'industrie nucléaire opaque est l'état, et on vend à tout va des centrales en Inde (à la croisée de failles sismiques... sans consultation des populations... !) ou au Brésil (centrale modèle Tchernobyl !)... et j'en passe...
Les banques y investissent les yeux fermés, sans estimer les risques, l'état -donc les contribuables- étant garant de leurs investissement grâce au magnifique "crédit export" mis en place par l'état.
Bien sûr que si, on peut sortir du nucléaire... le kWh n'est pas assez cher, le gaspillage est colossal, on continu à produire plus, pour gaspiller plus...
Commençons par exprimer radicalement notre opposition à cette énergie sale, faites vous entendre !!! prônons la sobriété et l'efficacité énergétique... bannissons les convecteurs (prime à la casse :) ?) ou autres véhicules électriques... etc etc... mutualisons les productions d'énergie propres et décentralisées...
Quand on veut on peut.

ben | 20 mai 2011 à 10h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Là, je suis MDR à tous ces ECOLOS qui disent vouloir sortir du nucléaire:
Les gars comme Ric C'est SIMPLE n'utilisez plus d'électricité!!
Comme ça, ça aidera la planète et tout le monde. Ou alors, pédalez vite sur des dynamos....
Ces écolos CONS sont les 1er à vouloir sortir et ne font PROPOSE AUCUNE alternative viable!!
Comme dit Merry, on ne peut pas sortir du nucléaire sans perdre l'électricité, c'est tout. Donc, mettons en place des sécurités supplémentaires sur les centrales qui sont actives, mettons davantage de budget dans la science plutot que dans le budget de nos policitiens surpayés, demandons 100% de transparence sur leur payes et bonus!
Ce serait déjà un budget colossalle pour la france!
Moi, je ne suis pas PRO écolocogie, je suis PRO science, car seul la science peut sauver la planète et maintenir l'humanité en même temps.
Donc, revoyons le budget de la république et manifestons tous!

mrmagic | 20 mai 2011 à 10h34
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bien sûr que non, on ne sortira pas du nucléaire du jour au lendemain, mais déjà mettre un hola sur le développement de l'énergie nucléaire, arrêter d'en vendre à n'importe qui pour se mettre du fric dans les poches. Il faut que les scientifiques réfléchissent plutôt à une stratégie pour développer les énergies renouvelables, celles qui sont gratuites, comme le soleil et le vent, ou la force des vagues...et commencer avec ça jusqu'à réduire un maximum les autres. Changer aussi nos modes de vie, arrêter de vivre tout électrique, genre sèche-linge quand on a du soleil en Provence. Et puis les centrales, il faut les refroidir à l'eau, et l'eau, il y en a de moins en moins. On parle déjà d'arrêter deux centrales en cas de sècheresse cet été. On voit bien que cette énergie pose des gros problèmes en cas d'intempérie, de sècheresse, d'accident et de déchets. Tchernobyl et Fukushima, c'est loin d'être fini, car les conséquences sont là pour de nombreuses années, on va léguer ça aux générations futures qui vont se dire : mais, ils étaient fous ou quoi ? C'est sûr, Mr Magic, on peut continuer à avoir aveuglément confiance dans la science, mais cette attitude aujourd'hui est celle de l'autruche. C'était bon à l'avènement de la science aux siècles derniers mais plus maintenant avec tout ce qu'on sait... On peut aussi se dire "après moi le déluge", c'est pratique et pas fatigant parce que comme ça, on ne remet rien en cause et on continue à rire bêtement...

Mizaki | 20 mai 2011 à 15h40
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@mrmagic
"Comme dit Merry, on ne peut pas sortir du nucléaire sans perdre l'électricité, c'est tout. Donc, mettons en place des sécurités supplémentaires sur les centrales qui sont actives, mettons davantage de budget dans la science plutot que dans le budget de nos policitiens surpayés, demandons 100% de transparence sur leur payes et bonus!"

Au lieu de vouloir renforcer la sécurité des centrales, ce qui rendrait le prix de l’électricité electro-nucléaire encore plus chère, développons les ENR et les économies d'énergies. Ce sera plus rentable.

Avant de commenter, faites comme les grands, lisez.

ric | 20 mai 2011 à 16h10
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Message à ceux qui "croient" encore au nucléaire;
Bien sur que nous pouvons sortir du nucléaire!
Actuellement, les centrales produisent pas assez et font appels aux pompes générateurs hydraulique LE JOUR, qui sont inversées LA NUIT parce que ces centrales "inflexibles" produisent de trop la nuit par re-pompage de cette eau dans les barrages (la nuit).
Dans le futur (immédiat) = surproduction photovoltaïque de jour, ce surplus permet de re-pomper cette eau dans les barrages et la nuit sans le photovoltaïque est utilisé cet eau avec ces générateurs existants.
=> il suffit "juste" d'inverser le principe et d'équiper environ 35% de nos toits (et surtout les toits industriels) de panneaux photovoltaïques pour assurer tous ces utilisateurs LOCAUX avec ces productions locales, cantonales, régionale, et je ne parle même pas d'éoliennes ou enérgie de bio-méthanne etc...

je positive encore (ou de nouveau grâce, malheureusement à Fuku...), mais fermons / arrêtons nos centrales selon un calendrier RIGIDE quelque soit nos politiques (ou politiciens), en commençant par Fessenheim, la plus vielle de France.

Bonne journée ensoleillé à vous tous, Pius d'Alsace

Pius | 21 mai 2011 à 10h24
 
Signaler un contenu inapproprié
 

le nucléaire chauffe énormément :
pendent la production normale il faut refroidir continuellement, qui veut dire grand gaspillage thermique.
pendent un accident ou la surchauffe deviens polluant, dangereuse.
et il chauffe les esprits ou on voir les pour et les contre se traiter de Cons et des Salauds .

C'est affolant de voir le peut de maitrise que les technicien du nucléaire possèdent en cas d'accident et de voir les travaux colossaux nécessaire pour penser les plaies : tranches de 15m de profond remplie de zéolithe , sarcophages gigantesques , de-pollution , demantellement ,stockage définitive de déchets etc.

Je crois que ça sera plus sage et intelligent de investir tout notre "énergie" pour mettre en place des procédés plus propre et plus sur que le nucléaire!

Les technologies sont la . Il faut les mettre en place maintenant.
Allez bon courage

roger | 21 mai 2011 à 16h24
 
Signaler un contenu inapproprié
 

il ya quelque chose qu'on peu pas changer et qu'on y arrivera jamais chere frere, l'evolution du monde et l'amélioration de la technologie, mais toi qu'est ce que tu propose? Tu sais que les lampes incandescents n'existé plus avant il y a 1000 ans et aujourd'huit nous avons presque tous. Tu peus me dire que les comprimés que tu prends quand te malade ne contiennent pas des effets indésirable?

zain | 02 juin 2011 à 13h08
 
Signaler un contenu inapproprié
 

j'ai horreur quand les pro nucléaire prennent la grosse tète et traitent les écolos des arriérés. Ou est le vrais progrès? Tu crois pas que il faut un peut de technologie pour mettre au point une usine a Methanisation de dechets( une seul exemple entre des milliers)

roger | 04 juin 2011 à 07h53
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…