En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Fukushima : la situation est désormais stabilisée avec l'arrêt à froid des réacteurs

Risques  |    |  Sophie Fabrégat Actu-Environnement.com

Selon le Premier ministre japonais Yoshihiko Noda, la procédure d'arrêt à froids des trois réacteurs de la centrale nucléaire de Fukushima a été menée à bien. Autrement dit : la température à l'intérieur des cuves des réacteurs est désormais maintenue à un niveau inférieur à son point d'ébullition (100 °C). Les émissions radioactives sont par ailleurs "sous contrôle".

Les autorités japonaises considèrent donc que l'accident en lui-même est terminé :"Même si des incidents imprévisibles surviennent, la situation est telle que les niveaux de radiation dans l'enceinte de la centrale peuvent désormais être maintenus à un niveau faible", a indiqué Yoshihiko Noda.

Takashi Sawada, le vice-président de la Société japonaise de l'énergie atomique, s'est de son côté montré plus nuancé : "Je crois plus correct de dire que les réacteurs ont essentiellement atteint l'état de refroidissement stable. (…) L'état de l'usine aujourd'hui n'est pas radicalement différent de celui d'hier. Cette étape signifie cependant que les réacteurs ont été maintenus dans un état stable pendant un certain temps, donc qu'on peut désormais les considérer comme étant sous contrôle". La bataille n'est pas terminée, a confirmé le Premier ministre.

Un plan pour la décontamination du site

La stabilisation de la situation sur le site nucléaire pourrait permettre de débuter la décontamination des zones situées autour de la centrale, avant d'envisager la dernière étape : le démantèlement des installations. Ces étapes pourraient s'échelonner sur plusieurs décennies.

Le Premier ministre japonais a d'ores et déjà présenté un plan pour la décontamination, qui prévoit également une amplification du contrôle sanitaire des personnes, de nouveaux moyens de mesures de la radioactivité en temps réel et un contrôle plus sévère des aliments. Les autorités envisagent également de définir  "un plan de réaménagement de la zone interdite" de 20 km de rayon autour du site.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager