En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Fukushima : premières évaluations des conséquences à long terme

Avec l'apparition des premiers effets concrets associés à la radioactivité s'échappant de la centrale de Fukushima, la question de l'impact à long terme est posée. Il semble d'ores et déjà que la catastrophe impactera le Japon pour des décennies.

Risques  |    |  Philippe Collet Actu-Environnement.com

C'est en fin de semaine dernière qu'ont été détectées les premières traces de contamination radioactive. Elles ont d'abord été mesurées sur du lait et des épinards à proximité de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi, puis dans l'eau courante jusqu'à Tokyo, et enfin dans de l'eau de mer prélevée à 100 mètres de la centrale accidentée. Une liste de produits contaminés qui ne cesse d'évoluer au fil des jours et qui comprend aujourd'hui 11 légumes en provenance des préfectures de Fukushima et d'Ibaraki (située entre Fukushima et Tokyo).

 
Le "nuage radioactif" serait trop faible pour être décelé Les instances officielles (ASN et IRSN) et indépendantes (Criirad) semblent s'accorder sur un point : le panache radioactif qui devrait atteindre la France ce mercredi 23 mars 2011 ne devrait pas être perceptible. En effet, les matières radioactives émises par les réacteurs de la centrale de Fukushima se sont diluées dans les masses d'air. Le niveau de césium 137 dans l'air devrait être "trop faible pour être détecté par les 170 balises d'alerte" de l'IRSN, estime l'institut. Un point de vue partagé par la Criirad qui qualifie de "négligeables" les possibles retombées radioactives dues au nuage.
 
Quant aux niveaux constatés, les mesures font états de dépassements des seuils légaux sur certains produits agricoles provenant d'exploitations situées à proximité de la centrale. De même, le 23 mars, l'eau du robinet de Tokyo présentait une concentration d'iode 131 de 210 becquerels par kilogramme (Bq/kg). Un niveau qui dépasse le seuil de 100 bq/kg fixé pour l'eau destinée aux nourrissons, mais qui reste inférieur au seuil de 300 Bq/kg établi pour l'ensemble de la population. L'eau de mer à proximité de la centrale présentait pour sa part un taux d'iode 131 égal à plus de 125 fois la norme officielle et un niveau de césium 134 représentant près de 25 fois le seuil autorisé.

En conséquence, le gouvernement a interdit la vente des produits agricoles concernés. "Malheureusement, cette situation risque de durer longtemps, c'est pourquoi nous demandons leur interdiction dès maintenant" a indiqué, selon l'AFP, Yukio Edano, le porte-parole du gouvernement. Il s'est néanmoins montré rassurant et a expliqué que "même si ces aliments sont mangés de façon ponctuelle, il n'y a pas de risque pour la santé."

10% des rejets de Tchernobyl

Si le gouvernement japonais communique peu sur les rejets de radioactivité et l'étendue de la zone contaminée, différents organismes ont néanmoins tenté d'établir des estimations.

S'agissant de la zone contaminée, Peter Cordingley, porte-parole de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) pour la région Pacifique Ouest a déclaré à Reuters que la situation est "bien plus grave que ce que n'importe qui pouvait envisager les premiers jours lorsque nous pensions que ce genre de problème pouvait être cantonné dans un rayon de 20 à 30 kilomètres." Cependant, faute de données officielles, il est difficile de confirmer les craintes de l'OMS.

En France, la Commission de recherche et d'information indépendantes sur la radioactivité (Criirad) indiquait le 21 mars que "la contamination de l'air à Tokyo est passée pour l'iode 131, de 0,1 Bq/m3 d'air le dimanche 20 mars sur la période 00h à 8h (16h à 0h00 Heure France) à 15,6 Bq/m3 le lundi 21 mars entre 8h et 10h", ajoutant que "les niveaux ont légèrement décru depuis : 8 Bq/m3 entre 14h et 16h (soit 6h-8h HF)."

Cependant, la Criirad juge que "les activités en iode radioactif sont sous-évaluées car les analyses portent sur des filtres à poussières qui ne retiennent que les aérosols" et elle précise que "les iodes radioactifs (iode 131, 132 et 133) sont principalement présents sous forme gazeuse." Et de conclure qu'"il est assez probable qu'il faille multiplier les activités par 10 pour avoir une meilleure appréciation du niveau de risque." De même, les mesures ne portent que sur quelques éléments radioactifs et la Commission appelle à diverses mesures de l'activité du tritium, des isotopes du ruthénium, du tellure, du strontium et des émetteurs alpha très radiotoxiques comme les plutoniums 238, 239 ou 240 ou encore l'américium 241. "Ces informations ne pourront pas être reconstituées", prévient la Criirad qui juge que "des mesures de l'activité volumique de l'air sont indispensables."

Du côté des organismes officiels, l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) a proposé une évaluation des rejets radioactifs survenus entre le 12 et 22 mars 2011. Selon les calculs de l'institut, la somme des éléments radioactifs émis dans l'atmosphère est "de l'ordre de 10 % des rejets estimés lors de l'accident de Tchernobyl." Des chiffres qui devraient croître jusqu'à ce que la situation soit totalement sous contrôle. À ce sujet, l'IRSN est particulièrement prudent et insiste sur le fait que son évaluation est "établie sur la base des informations disponibles" et en particulier sur "l'activité rejetée lors des opérations d'éventage des enceintes de confinement des réacteurs."

La gestion de l'après crise est l'objet de premières évaluations et l'AFP rapporte les propos d'André-Claude Lacoste, président de l'Autorité de sûreté nucléaire française (ASN), qui juge que les rejets radioactifs "sont d'ores et déjà importants [et il] faut donc s'attendre à ce que le Japon ait à gérer durablement les conséquences de rejets importants sur son territoire, c'est un problème que le Japon aura à traiter pendant des dizaines et des dizaines d'années." Des conséquences d'autant plus graves que "les dépôts de particules radioactives au sol seront importants", a précisé Jean-Luc Godet, directeur à la direction des rayonnements ionisants et de la santé à l'ASN. Pour l'instant, "les autorités japonaises n'ont pas établi, ou pas transmis de cartographie de ces dépôts, et il n'est pas illusoire de penser que cette zone [contaminée] s'étend au-delà de la zone des 20 km" a indiqué Jean-Luc Godet, précisant que "compte tenu de la météo, il est probable que des contaminations aient eu lieu au-delà, jusqu'à une centaine de kilomètres."

Le démantèlement de la centrale suspendu à l'état des réacteurs

Plus précisément, l'avenir de la centrale fait lui aussi l'objet de spéculations. Pour l'instant le porte-parole du gouvernement japonais, Yukio Edano, a simplement admis qu'"en considérant avec objectivité la situation, […] il semble évident que la centrale de Fukushima Daiichi n'est pas en état de fonctionner de nouveau", rapporte l'AFP.

À plus long terme, dans le meilleur des cas, c'est-à-dire si les enceintes de confinement sont encore étanches et si le refroidissement est rétabli rapidement, il faudra alors refroidir les différents combustibles avant de décontaminer le site. À Three Miles Island, il a fallu attendre six ans avant de retirer le combustible partiellement fondu du réacteur endommagé en mars 1979, rappelle Le Monde dans son édition du 22 mars.

Par contre, dans le pire des scénarios, si le refroidissement ne peut être rétabli et si certaines enceintes ne sont plus étanches, il faudrait alors envisager la construction d'un sarcophage similaire à celui de Tchernobyl. Une solution particulièrement délicate si l'on considère l'exemple ukrainien. En effet, la construction de la structure de protection "définitive", prévue pour être efficace pendant un siècle, s'annonce longue et complexe. Il s'agit de construire une arche de 105 mètres de haut, pesant 29.000 tonnes et dont le coût est estimé à 1,6 milliards d'euros.

L'exemple de Tchernobyl soulève indirectement la question du financement de la réparation des dommages causés par la catastrophe. Pour l'instant, personne ne se risque à une quelconque évaluation de la facture. Ainsi, dans son estimation du coût des destructions du séisme, allant de 140 à 218 milliards d'euros, le gouvernement japonais précise qu'il ne tient pas compte des impacts associés aux accidents en cascade sur la centrale de Fukushima.

Qui payera la note ? L'AFP révèle que la centrale n'était plus assurée depuis sept mois, l'exploitant jugeant la facture trop élevée. Un élément qui ne change cependant pas la situation puisque les cas de force majeure, tels que les séismes, sont généralement exclus de la couverture. De plus, la loi japonaise limite à un peu plus d'un milliard d'euros, le montant des indemnisations versées pour les dommages subis par les tiers. Si cette somme semble à la portée de Tepco, rien n'est fixé s'agissant des compensations au-delà de cette indemnisation légale.

Réactions5 réactions à cet article

 

"sur la période 00h à 8h (16h à 0h00 Heure France)"
Quel charabia d'analphabète !
Mais quel charabia, mes pauvres !

Ducon | 23 mars 2011 à 23h24
 
Signaler un contenu inapproprié
 

comment peut on déja parler dindemnités alors que la catastrophe n'est pas malheusement encore terminée.
Si l'homme aujourd'hui pense qu'il peut vivre au détriement du malheur des autres, depuis la préhistoire nous n'avons pas évolué.
A+ To

victpor | 24 mars 2011 à 10h40
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bien sûr qu on peut parler d indemnités ! Déjà le peuple japonais en entier devrait demander des indemnités aux industriels du nucléaire et à leur Etat qui leur ont fait croire que leurs centrales ne présentaient aucun risque.

Comme vous le voyez il y a un problème puisque l Etat est aussi le peuple.. Je vous invite à lire le très intéressant dernier article de Corinne Lepage sur ce site.

Personnellement je pense que quand on prend en otage un peuple pour servir des intérêts personnels (de pouvoir, toujours la même chose..), on doit terminer à la Hague.

123soleil | 24 mars 2011 à 12h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 

En revenant sur le tremblement de terre de magnitude 6,3 qui a frappé la Nouvelle-Zélande le 22 février dernier, l’on voit que deux jours avant le séisme, 80 baleines sont venues s’échouer sur les côtes, exactement comme en août dernier, avant qu’un tremblement de terre important – 7,1 – ne frappe cette île du Pacifique. Quinze jours avant ce séisme du 4 septembre, 58 baleines étaient venues s’échouer sur les plages néo-zélandaises. « Les changements du champ électro-magnétique pourraient avoir désorienté la boussole interne des baleines pilotes » , a expliqué Céline Liret de l’Océanopolis de Brest au micro d’Europe1. Si les échouages de cétacés arrivent régulièrement en dehors de périodes sismiques, les scientifiques recensent 80 cas où les deux évènements coïncident depuis 1995.
Il y aurait donc un corrélation (non identifiée) entre Ejection de Masse Coronale solaire, champ magnétique terrestre et activité sismique.
Personnellement, je suis plus préoccupé à comprendre le volcanisme qu'à avoir peur des nuages radioactifs.
Que fait la science?

Nuclear For Peace.

Prométhè | 24 mars 2011 à 13h32
 
Signaler un contenu inapproprié
 

un grand merci à Prométhè pour l'information, je trouvais aussi étrange que les baleines s'échouaient sur nos rivages de part le monde, je pensais que c'était du aux ondes de nos satellites, mais il est vrai que ces animaux marins vivent dans les grandes profondeurs,et sont plus sensibles, les scientifiques et les états devraient faire la relations évidentes des futurs cataclysmes avec nos amis les animaux marins.
Un grand merci Philippe Collet pour l'information que nos MEDIAS TV SE CACHENT BIEN DE NOUS LE DIRE

Henri | 27 mars 2011 à 11h18
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…