En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Fukushima : l'accident coûterait deux fois plus cher que le montant annoncé par le gouvernement japonais

Risques  |    |  Cyrielle ChazalActu-Environnement.com

Une étude de l'université Ritsumeikan de Kyoto (Japon) démontre que le coût de l'accident nucléaire de Fukushima a été largement sous-évalué, rapporte l'AFP ce mercredi 27 août. Selon Kenichi Oshima, professeur d'économie environnementale, le coût des dégâts s'élèverait au minimum à 80 milliards d'euros (11.082 milliards de yens). C'est donc deux fois plus que le coût qui avait été avancé par le gouvernement japonais.

L'étude ne prend en compte que les coûts directs. Cela comprend l'indemnisation des personnes évacuées et/ou ayant perdu leur travail, les coûts de gestion de la catastrophe sur le site de la centrale, les frais de décontamination, le stockage des déchets liés à l'accident, ainsi que d'autres dépenses administratives.

D'après Kenichi Oshima, il faut ajouter environ 15 milliards d'euros pour la mise en conformité des installations nucléaires japonaises suite à la modification de la réglementation destinée à prévenir un nouvel accident nucléaire.

Le professeur japonais précise que le résultat obtenu dans l'étude est voué à augmenter. Rien que pour l'indemnisation des personnes, le coût pourrait encore doubler.

Enfin, Kenichi Oshima dénonce le fait que ces coûts seront répercutés sur les citoyens, soit en qualité de contribuables soit en tant qu'utilisateurs du courant via la facture d'électricité.

Réactions22 réactions à cet article

 

Il n'y a pas à dire, le nucléaire c'est économique.
Et encore, vu les dégat à long terme, je pense qu'on est encore loin de la vérité.

Terra | 28 août 2014 à 11h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Et pour quelques milliards de plus...
Cette sous-estimation des coûts concerne le Japon, elle ne prend pas en compte les surcoûts pour les autres pays nucléarisés comme le nôtre, pour améliorer la sécurité de nos centrales post Fukushima?
Il serait urgent d'arrêter de dire et redire que l'électricité d'origine nucléaire ne coûte pas cher, c'est un gouffre sans fond.

Abeille | 28 août 2014 à 11h54
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@Abeille

Le titre parle de Fukushima pourquoi voudriez vous qu'on parle des surcouts engendrés dans notre pays ?
Notez que le grand carénage n'est qu'une dépense pour rassurer les Français face aux distillation de la peur projetée par les antinucléaires dans les mass-médias (TV Radio, Journaux). De plus, il ne sera mis en œuvre que chez nous alors même que nos réacteurs ne sont pas de même conception (filtre sable et PAC hydrogène sur les enceintes entre autre)
La NRC étasunienne (=ASN) qui a des gros pb avec ses piscines remplies a ras bord n'a pas envisagé de "grand carénage" et a même prévu de prolonger 70% de ses réacteurs a 60 ans et envisage plus de 80 ans pour 40% des 100 réacteurs encore en activité. Non, eux ils reconstruisent carrément des réacteurs de forte puissance (4 en ce moment)
Quand au cout, il faut bien voir que même si la machine coute cher, elle dure longtemps et le combustible est extrêmement concentré. Tout l'inverse d'une centrale fossile ou la centrale ne coute pas très cher, alors que le combustible fossile nous coute plus de 70 milliards /an ! (1 milliard de yellow cake /an seulement).
Par conséquent, une autre différence est que l'argent est dépensé en France par des français chez des Français ! Marginalement le cas pour le combustible fossile qui envoi notre argent dans les pays du golfe et en Norvège ou en Algérie, en Russie, ou au Qatar. Des pays qui viennent nous racheter notre patrimoine immobilier, vinicole ou pire encore culturel ! Choisir!

Atomicboy44 | 28 août 2014 à 13h52
 
Signaler un contenu inapproprié
 

M. Atomicboy44,

Vous avez oublié d'ajouter :

« ...et qui financent pour certains le terrorisme international, la déstabilisation de pays voisins ou même éloignés, l'insécurité mondiale. »

Et encore : « ...qui, pour certain » – mon regard se tourne vers l'est – tient une partie de l'Europe, dont notre cher voisin, par les c... »

.

L'AFP est coutumière des dépêches alarmistes et anxiogènes sur les sujets qui agitent la société, surtout bobo.

L'AFP a-t-elle – et vous, A.-E., avez-vous – vérifié si M. Kenichi Oshima est crédible (je n'ai pas de raison d'en douter) ?

Vous écrivez : « C'est donc deux fois plus que le coût qui avait été avancé par le gouvernement japonais. » Il se trouve que le Japan Times précise que c'est le chiffre de décembre 2011 – à une époque où beaucoup de facteurs étaient encore inconnus.

Je regrette de dire que l'AFP a omis un élément d'information important. Compte tenu de l'hystérie ambiante sur le nucléaire, je considère que la dépêche est malhonnête, même si c'est par suite d'incompétence.

Wackes Seppi | 28 août 2014 à 19h18
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Je ne sais pas de quel côté est l'hystérie, mais je constate simplement que sur ce forum, quelques pro nucléaires, dans un déni total, ne supportent pas que l'on évoque les coûts de plus en plus exorbitants de cette filière. Je suis par ailleurs assez en phase avec ce qu'ils disent sur la dangerosité de la filière fossile. Pour moi il n'y a qu'une issue viable c'est d'investir massivement dans toutes les solutions qui permettent de devenir moins énergivores (efficacité énergétique, isolation, sobriété énergétique: par exemple: la marche, le vélo ou le train plutôt que la voiture individuelle ou l'avion) avec un mix énergétique le plus large possible et interconnecté pour offrir les solutions les plus pertinentes sur chaque territoire.

Abeille | 29 août 2014 à 10h49
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Où est le déni ?

Je constate simplement que l'AFP a produit une dépêche malhonnête en ne précisant pas un terme de la comparaison.

Quand A.-E. écrit « Une étude [...] démontre que le coût de l'accident nucléaire de Fukushima a été largement sous-évalué [...] C'est donc deux fois plus que le coût qui avait été avancé par le gouvernement japonais », reproduisant l'« information », le lecteur moyennement attentif ne peut pas savoir que « avait été avancé » se rapporte à décembre 2011. Il pensera sans conteste que c'est par rapport au chiffre gouvernemental qui est d'actualité.

Vous avez une opinion mesurée sur les questions d'énergie, à laquelle je peux grandement souscrire, étant entendu toutefois que la sobriété énergétique en matière de chauffage et de transport concerne essentiellement les énergies fossiles.

Wackes Seppi | 29 août 2014 à 12h37
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Vous pouvez toujours essayer de noyer le poisson wackes seppi, la note reste incroyablement salée, et le nucléaire une hérésie

lio | 30 août 2014 à 11h15
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Certes cet éminent professeur est plus connu en Angleterre, puisque souvent invité par eux ( his book The Costs of Nuclear Power – an Argument in Favour of Switching Energy Sources won the Osaragi Jirō Critics’ Prize in 2012). Cela fait longtemps qu'il dénonce le dénis par le Japon, mais bien sur par tous les pays "nucléaires" des réels coûts pour les citoyens ('ce sont eux qui payent) de l'énergie nucléaires. En plus des "accidents", largement minorés, et qui bien sur n'arrivent qu'aux autres, on a pendant des décennies "oubliés" les coûts à venir du stockage de tous les déchets.
Resta à savoir l'origine et le pourquoi de cette dépêche de l'AFP.

Duport Claude | 31 août 2014 à 15h27
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Au moins en France grâce à quelques organismes responsables, l'information est plus transparente et nous ne serons pas surpris si, espérons que cela n'arrivera jamais, un jour maudit, une catastrophe nucléaire se produisait. Puisque Ludivine Pascucci-Cohen et Patrick Monal de l'IRSN en ont chiffré le coût lors d'une intervention au congrès PSAM2013 qui se tenait au Japon et analysait les conséquences de Fukushima: La facture pour la France se situera entre 120 et 430 milliards d'euros selon la nature de l'accident. Pour ce qui est du stockage des déchets, personne ne peut raisonnablement évaluer un coût concernant des matières qui resteront fortement radioactives pendant plusieurs siècles. Mais je suppose que les débateurs de ce forum savent tout cela.

Abeille | 01 septembre 2014 à 10h12
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@Abeille,

il ne faut pas confondre activité et dangerosité. Les déchets ne posent de pb que si leur contrôle est négligent. Par ailleurs, les volume des déchets chimiques est 100 fois supérieur et cela n'inquiète personne, pourtant ils sont indestructibles et stockés dans des conditions bien moins sérieuses malgré leur extrême toxicité.

Les couts du nucléaire ne sont pas ce qu'en disent les antinucléaires, mais ce qu'en dit la cours des comptes depuis janvier 2012. Même en doublant ou quadruplant les couts de stockage, cela ne représente rien dans le cout du KWh car la génération est massive et le combustible concentré.

Non, les déchets ne sont pas une raison pour sortir du nucléaire, et pour l'instant a part l'allemagne, en Europe personne ne sortira du nucléaire et même de nombreux pays s'y engagent. Donc s'il s'agit d'une hystérie, elle se situe du coté des antinucléaires.
Les démonstrations scientifiques concernant la réduction des actinides mineurs (déchets les plus dangereux) existent, mais certains obscurantistes anti-technologie sélectifs (sauf ElectroENR qui ont leur faveur) ne veulent même pas en entendre parler. ASTRID, MYRRHA, Z-machine, Laser mégajoule, ITER, toutes ces machines de démonstration pour l’échelle industrielle seront pourtant construites. Que veulent ce gens ? La sécurité et la liberté énergétique ? Un homme célèbre a déjà dit que ce n'est pas mérité sans risques. Rappelez vous.
Nucléaire = moins de risques climatiques que fossiles+New ENR. Point.

Atomicboy44 | 02 septembre 2014 à 00h15
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@ABaille

Pourquoi au début de votre commentaire de 01-09 a 10h12 vous espérer que l'accident ne se produise pas, puis ensuite vous utilisez le futur simple pour annoncer que cela se produira selon des chiffres médiatiques dont vous n'avez, semble t-il, pas lu le détail ?

Ce sont ces méthodes qui peuvent conduire a l'exaspération des pro-nucléaire comme moi. C'est inacceptable de faire peur pour se justifier.

Nos réacteurs sont équipés de filtres a sable et de Pile a combustible pour éliminer l'hydrogène en cas de surchauffe comme a Fukushima. Le risque d'un accident similaire est donc écarté, et le sera encore plus quand le grand carénage aura été mis en œuvre durant ces 10 ans qui viennent. Le fait que nos agences de suretés soient indépendantes ne justifie pas la manipulation de leurs rapports que vous écrivez. Cette indépendance garanti également l'indépendance des contrôles. Pas comme au japon. Si l'agence de sureté avait été indépendante de l’état et de Tepco, les réacteurs auraient été refroidis en temps et heures. L'électricité était accessible 2 jours après l'accident, donc en théorie la remise en service de la source froide aussi. les tergiversations entre agence de sureté et gouvernement ont tout bloqué !

Concernant les accidents et les soit-disant minorations, je dirais que je fais bien plus confiance a l'OMS ou l'AIEA qu'a des ONG pro-GAZ pour produire et analyser des études scientifiques méthodiques et faites sur plusieurs décennies.

Atomicboy44 | 02 septembre 2014 à 00h32
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@ Claude Dupont

Le japon a mal géré son complexe nucléaire comme je l'expliquait précédemment, mais il ne gèrera pas mieux s'il en sort. Il suffit de regarder ce qu'il se passe pour leur économie et pour leur électricité depuis mars 2011. Il turbine le gaz Russe, le pétrole du moyen orient et le charbon chinois pour remplacer. Car ceux qui penseraient que la société nippone a revu ses consommations a la baisse se tromperaient, les chiffres disent l'inverse. En 2014 nous avons un certains recul sur le sujet. De même que nous avons un recul sur la "énergiwende" allemande".
Leur économie et donc leur monnaie est aux abois, leurs grandes entreprises réclament la remise en service des réacteurs pour faire baisser le prix de l'électricité. Par ailleurs, les japonnais sont les premier fabricant d'acier de très haute performance pour les cuves des réacteurs. et tout ce qui va avec le complexe électronucléaire, donc quel que soit le cout de cet accident qui fait date, ils n'en sortiront jamais, comme tous les pays qui l'ont d'ailleurs développés. Nombre de pays qui va augmenter massivement dans cette décennie.

@Lio
Aussi invraisemblable que cela puisse vous paraitre, j'ai pensé et déjà dit dés le début de cet accident que c'est une chance pour le japon et le monde, et pas l'inverse. Posez vous la question de comment j'ai pu en arriver a cette conclusion. Dans vos écris "pro-nucléaire est une insulte", mais c'est l'inverse pour moi. L'hérétique obscurantiste, c'est vous !

Atomicboy44 | 02 septembre 2014 à 00h45
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Calmez-vous Atomicboy44, j'ai l'impression, compte-tenu de l'heure où vous envoyez vos post, que tout cela vous empêche de dormir, hélas plusieurs de vos arguments en deviennent incompréhensibles. Arrêtez de jeter l'anathème sur tous ceux qui ne pensent pas comme vous. L'énergie nucléaire est présente en France et ceci pour très longtemps que nous le souhaitions ou non. Admettez simplement que ce choix est nettement plus onéreux que ce que nos gouvernants successifs ont dit pour justifier leur engagement. Et ce n'est pas parce que les chimistes sont dangereux que le nucléaire est vertueux, Bhopal ne légitime pas Fukushima. Enfin laisser entendre que je n'ai pas lu, (j'entends: pas compris), les chiffres de l'IRSN, je trouve cela déplaisant et assez vil comme argument.

Abeille | 02 septembre 2014 à 10h21
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@ABeille

Je suis calme mais mes arguments sont vérifiables. Par ailleurs, je suis noctambule, et cela ne m'empêche absolument pas de dormir, j'ai d'autres chats a fouetter que de me préoccuper de ça, même si la crise climato-énergétique et les sciences en générale me passionnent beaucoup.

ET NON, je n’admettrais pas que certains disent que le nucléaire est plus cher alors que c'est moins cher ! Les couts de la combustion des combustibles fossiles sont bien plus lourds chaque jour qui passe. Entre les morts dans les mines de charbon, et les morts par maladie respiratoire, les maisons qui s’écroulent après explosion de gaz, les guerres de l’Ukraine, de Syrie, d'Irak ...etc j'estime que le nucléaire a moins tué, tue encore moins, et tuera moins que les combustibles fossiles quelque soit les chiffres que vous avez lu sur les sites de SDN, et GAZpeace sur Tchernobyl, TMI et Fukushima.
J'ai déja dit que ce qui coute cher dans le nucléaire, c'est la centrale mais pas le combustible ou les dégâts sur l’environnement.
La comparaison se tient parfaitement avec les déchets chimiques dont GAZpeace et SDN ne nous parle jamais, alors qu'ils sont indestructibles dans le temps contrairement aux déchets nucléaire qui se désintègrent. Et je ne pensais pas a Bhopal dont les pesticides se dégradent, eux.
Je sous entend que vous n'avez lu que le titre et pas l'étude. Mr Huet (Libé) a fait un décorticage de ce fameux rapport anxiogène de l'IRSN. Lisez son article.

Atomicboy44 | 02 septembre 2014 à 14h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@ABeille

En clair, le nucléaire a un grand avenir, c'est sûr, et pas qu'en France mais dans le monde et c'est LE MEILLEUR choix que la France ait jamais fait pour son taux d'indépendance énergétique ET scientifique. Personne ne me fera avaler que travailler au montage des photopiles et des moulins a vent est aussi intéressant, passionnant et gratifiant que dans l'électronucléaire ou la physique nucléaire en général.

Vous êtes malhonnête en sous entendant que je légitime Fukushima, surtout que j'ai apporté quelques arguments contre la mauvaise organisation nippone dans le nucléaire. Et dites vous que c'est encore pire aux états-unis dont bon nombre de modèles de réacteurs du monde sont dérivés. Notamment a Fukushima.
Ces antinucléaires n'arrêtent pas de nous dire que le nucléaire n'est pas démocratique, mais qui a voté pour choisir le gaz ? Le pétrole ? Le Charbon ? Aucune source d'énergie n'est démocratique mais toutes n'ont pas la même concentration, et donc n'ont pas la même valeur.

Pour décarboner, il n'y a pas mieux que l'électronucléaire. Il peut et sera encore amélioré sauf si les obscurantistes gagnent cette bataille idéologique en faisant penser que la technologie c'est tout le temps le mal, et qu'il faut arrêter de chercher. La dernière fois, ils ont bloqué le progrès sur tout le continent pendant 1000 ans. Ceux d'aujourd'hui, dont les antinucléaires font partie veulent aller plus loin encore.

Électrifions le plus possible, et décarbonons l'électricité au maximum

Atomicboy44 | 02 septembre 2014 à 14h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour Atomicboy44,
Arrêtez de me faire le procès d'être progaz alors que je ne connais pas les sites que vous citez SDN, et GAZpeace sur Tchernobyl, TMI et Fukushima. Par contre j'ai rencontré Patrick Monal et il m'a donné lui-même les éléments de son étude. Mais dites-vous que malgré votre apologie de l'électronucléaire, même Jean-Marc Jancovici qui considère comme vous que c'est une énergie d'avenir, estime qu'elle ne représentera au mieux que 20% de la fourniture d'énergie mondiale et qu'elle ne doit pas être mise en œuvre n'importe où. Alors que vous le vouliez ou non nous sommes dans l'obligation de raisonner, isolation thermique, efficacité énergétique, mix énergétique incluant les photopiles et moulins à vent que vous semblez mépriser. Votre affirmation que le nucléaire est moins cher est un pur acte de foi parce qu'à ma connaissance il n'existe pas d'études comparant les différent coûts économiques , humains et environnementaux, passés, présents et futurs (CAD plusieurs siècles) des diverses sources d'énergie. Par ailleurs le nucléaire me parait nettement plus passionnant dans ses applications actuelles par exemple médicales et dans la recherche sur la fusion que dans sa version actuelle de production d'énergie par fission.

Abeille | 02 septembre 2014 à 15h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@Abeille
Vous allez me dire que vous ne connaissez pas ces ONG que tous les français, et même le monde pour vertepeace, connait ? Si je fais le procès, ce n'est pas directement de votre personne, non, mais celui des antinucléaires qui ne se rendent pas compte, comme vous, que faire grimper la puissance installée des électroENR (dites New ENR dans les rapports mondiaux les plus reconnus : EIA, AIEA, BP) ne fait qu'accroitre la demande en puissance installée en centrales a combustibles fossiles. Donc deux fois l'investissement, sans parler des combustibles qu'il faudra importer ! L'Allemagne en est la démonstration. L’Italie aussi. Le japon également. Donc de mon point de vue, tout ceux qui sont pour une augmentation des ces électrENR, ne font que favoriser les combustibles Fossiles et cela a prix d'or en plus. Le tout majoritairement fabriqué en Chine ou aux États-Unis, les deux pays les plus charbonnés de la planète.
Ça se résume en une phrase : "l'électricité verte" c'est 1/4 de "propre", et 3/4 de fossile donc "d'électricité sale" a cause des temps de charges respectifs de 25% ENR et 75% fossile !

Même en incluant le cout de l'accident de Fukushima, le japon va rallumer des réacteurs dés le mois de septembre, pourquoi a votre avis ? Si ce n'est pas parce que c'est moins cher que les ElectroENR et les fossiles ne sont pas a la hauteur ? Un acte e foi aussi ?
Le japon subit pour la troisième années consécutive une récession conséquente de son économie sans le nucléaire ...

Atomicboy44 | 02 septembre 2014 à 20h17
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@abeille

Des études sur les couts de l’électronucléaire, il y en a plein la toile. Des rapports sur le sujet aussi. Les sites de la cours des comptes, de l'assemblée nationale, et du sénat en regorgent. Il s'agit d'actes de foi ? Si c'est le cas, sachez que ceux qui en sont a l'origine sont des antinucléaires et/ou des membres d'EELV, alors s'ils sont orientés, ce n'est certainement pas en faveur de l'électronucléaire...
Des comparaisons des différent coûts économiques , humains et environnementaux, passés, présents et futurs (CAD plusieurs siècles) des diverses sources d'énergie sont dans ces rapports de plusieurs milliers de pages.
Mais enfin, il faut être de mauvaise foi pour refuser d'admettre que l’Alberta canadien est une catastrophe bien supérieure a celle de Fukushima ou des mines d'uranium a tous les points de vue et dans les temps que vous citez. Même chose dans l’Orénoque vénézuélien. Même chose dans l’Arctique Russe. Même chose dans le Dakota étasunien ou encore leurs montagnes décapitées.
Même a Tchernobyl, ou la vie naturelle a repris son cours repris de grandes zones de la ville pourtant très contaminée. Ce qui n'a rien a voir avec la contamination nippone.
Quand a la fission, elle a encore un grand avenir, mais pas a très long terme avec l'U235 comme maintenant. NON, avec l'U238 et les RNR, nous avons plusieurs milliers d'années devant nous, et donc plus de temps de rechercher la maitrise de la fusion.

Atomicboy44 | 02 septembre 2014 à 20h33
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Atomicboy44, je suis d'accord avec vous. Tout ce qui est exploitation d'énergies fossiles relève de pratiques nuisibles à l'environnement, y compris l'extraction de l'uranium. Et le Japon est un parfait exemple de l'absurdité qu'il y a à dépendre de l'énergie nucléaire, car en cas de pépin c'est retour direct aux énergies fossiles.

Abeille | 03 septembre 2014 à 11h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@Abeille

"je suis d'accord avec vous. Tout ce qui est exploitation d'énergies fossiles relève de pratiques nuisibles à l'environnement, y compris l'extraction de l'uranium."

Sauf que l'uranium n'est pas fossile, mais MINERAL. Bien différent.
et son exploitation est trop petite pour comparer le nombre de mort a celle de l’extraction du charbon par exemple. Cela tient a la concentration contenue dans le minerais.

"le Japon est un parfait exemple de l'absurdité qu'il y a à dépendre de l'énergie nucléaire, car en cas de pépin c'est retour direct aux énergies fossiles."

Cela dépend de beaucoup trop de facteurs pour conclure aussi facilement d'une absurdité. Tous les pays nucléarisé du monde ne sont pas sismiques et ne risque pas des tsunamis comme au japon.
Les agences de sureté ne sont pas toutes aussi dépendantes de l'état et/ou de l'entreprise qui possède ces réacteurs. NON. Seulement aux états-unis et les territoires qu'ils ont colonisés. Et ce mot "colonisé" est bien pesé. Regardez la Corée du Sud et le Japon. Même modèle, mêmes erreurs. On verra ce qu'il se passera aux USA, mais rien qu'avec leurs piscines pleines a ras bord, le risque est largement supérieur que celui de tous les autres pays du monde. Cela est moins connu et reste sous contrôle parce que les états-unis ont placés tout ce qui est nucléaire sous contrôle MILITAIRE. Ce que nous devrions tous faire d'ailleurs. Cela éviterai de voir des delta plane de gazpeace se promener au dessus des enceintes des centrale

Atomicboy44 | 03 septembre 2014 à 15h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Après Tchernobyl, les pro-nucléaires vantaient la spécificité du cas russe et l'impossibilité qu'un tel cas se produise dans un pays développé comme la France ou le Japon. Et oups quinze après, Fukushima...

On disait aussi qu'il était IMPOSSIBLE de se passer du nucléaire du jour au lendemain. Et puis au lendemain de Fukushima le Japon l'a fait en coupant tous ses réacteurs (2011 : 54 réacteurs nucléaires, 2012 : 2 ; 2013 : 0).
Alors, sincèrement, les mensonges et les exagérations, de quel côté sont-ils ?

On parle uniquement des coûts directs mais je me demande s'il est possible d'avoir une estimation des coûts indirects sur l'économie japonaise.
Chaque grands pays nucléarisé (Etats-Unis, Russie, Japon) a eu « droit » à sa fusion de réacteur. A quand le tour de la France ? Est-ce qu'on aura droit aussi à l'exception culturelle française ? Et quelle sera la 1ère ? Le Blayais ou Fessenheim ?
Statistiquement le risque s'est considérablement accru maintenant pour la France au point qu'il devient non négligeable dans les 30 prochaines années (Cf Accident nucléaire : comment la France s'y prépare dans Science et Vie Août 2014). Mais pas de souci pour nos voisins européens, en France les nuages radioactifs s'arrêtent encore aux frontières. Lol

Gaet | 10 septembre 2014 à 20h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Okay le nucléaire ce n'est pas l'énergie qui a la "palme" en terme de perte de vies humaines mais c'est bien l'énergie qui coûte le plus cher. Les déchets nucléaires ce n'est pas cela qui va coûté le plus cher. Par contre, le coût exorbitant de déconstruction des centrales, est-ce qu'on peut l'inclure dans le prix du KWh ? ;)

La Russie n'est pas le pays le plus touristique au monde mais être le plus grand pays au monde et avoir des grands espaces cela aide quand il y a une catastrophe nucléaire. Le Japon, lui, a eu la « chance » de pouvoir tout déverser en mer. Si la France est touché par contre, elle s'en relèvera encore moins que le Japon. Quel sera l'impact sur le 2ème exportateur mondial du produits agricoles, sur le pays le plus visité au monde par des touristes ? Avant on pouvait dire qu'on ne savait pas mais maintenant le risque en vaut-il la chandelle ?

Gaet | 10 septembre 2014 à 21h08
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…