En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Japon : le gouvernement annoncera une nouvelle politique énergétique avant l'été 2012

Energie  |    |  Philippe Collet Actu-Environnement.com

Mardi 13 septembre 2011, le Premier ministre japonais, Yoshihiko Noda, a annoncé que l'Etat allait définir d'ici à l'été 2012 une nouvelle politique énergétique à long terme, rapporte l'AFP. Cette politique devrait repenser totalement la stratégie actuelle en tenant compte de la catastrophe de Fukushima, précise l'Agence.

"Nous allons repartir d'une page blanche et présenter d'ici à l'été prochain un nouveau plan énergétique à l'horizon 2030", a-t-il expliqué lors du discours de politique générale. Jusqu'à maintenant, le Japon misait sur une augmentation de 50 % de ses capacités de production nucléaire afin de satisfaire la demande énergétique anticipée et de limiter les émissions de gaz à effet de serre.

S'agissant des réacteurs à l'arrêt pour maintenance, il a jugé qu'il fallait les remettre en marche une fois leur sécurité assurée.

Greenpeace propose de sortir du nucléaire en 2012

Le Premier ministre a estimé que le Japon devait se fixer comme objectif de réduire autant que possible la part de l'électricité d'origine nucléaire au profit des énergies renouvelables. L'un des objectifs est de faire du Japon un modèle en matière de développement des énergies renouvelables.

Greenpeace Japon juge pour sa part que l'archipel pourrait se passer de l'atome dès 2012. Dans un rapport publié le 12 septembre, l'ONG explique que l'efficacité énergétique et un déploiement rapide des énergies renouvelables rendent possible une telle transition.

Pour cela, le rapport préconise de faire passer la capacité de production éolienne et photovoltaïque de 3,5 gigawatts (GW) aujourd'hui à 47,2 GW en 2015. Cet effort correspond à la construction d'environ 1.000 aérogénérateurs par an et à une multiplication par cinq des raccordements annuels de centrales photovoltaïques. Parallèlement, Greenpeace évalue à 11 GW les économies liées à l'efficacité énergétique.

Une telle stratégie entraînerait un surcoût évalué à 251 milliards de dollars (185 milliards d'euros) sur la période 2011-2020, estime l'ONG.

Réactions1 réaction à cet article

 

Paixverte, toujours aussi démagogique ! C'est n'importe quoi.
Pour le solaire, le japon a peu de surface émergées alors a moins de faire des centrales flottantes qui couteront sans doute bcp + cher et dureront moins longtemps ...que les terrestres, c'est une hérésie !
Pour l'éolien, même chose, plus cher en flottante et durée de vie limité.
Pour les deux cas, un coup de maintenance + élevé et une obligation de mettre en œuvre des centrales fossiles pour pallier l'intermittence.

Le 1er ministre n'est pas bcp plus malin en proposant de partir d'une page blanche dans un pays hyperindustriel tous secteurs confondus comme le japon !

AtomicBoy44 | 14 septembre 2011 à 18h38
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager