En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Fukushima : réduire les fuites d'eau devient urgent

Des déversements d'eau radioactive de la centrale de Fukushima dans l'océan inquiètent l'Autorité de régulation nucléaire japonaise. Elle préconise des mesures complémentaires aux actions de Tepco.

Energie  |    |  Dorothée LapercheActu-Environnement.com
Fukushima : réduire les fuites d'eau devient urgent

"Nous sommes aujourd'hui dans une situation d'urgence", a alerté Shinji Kinjo, responsable d'un groupe de travail à l'Autorité de régulation nucléaire (NRA), selon Reuters, à propos des déversements d'eau radioactive, de la centrale nucléaire de Fukushima dans l'océan.

Tokyo Electric Power (Tepco), l'exploitant de la centrale a finalement reconnu, le 22 juillet dernier, des fuites d'eaux souterraines radioactives dans le Pacifique, suspectées depuis plusieurs mois.

Les volumes d'eaux contaminées sur le site seraient estimés à plusieurs centaines de milliers de m3, selon l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN). Le refroidissement des cœurs des réacteurs implique en effet une injection permanente d'eau. Celle-ci s'écoule ensuite dans les sous-sols des bâtiments où elle est reprise pour être traitée et réutilisée pour le refroidissement des cœurs.

Des niveaux de radioactivité multipliés par 47

Pour réduire les risques de flux contaminés vers la nappe phréatique, Tepco s'efforce de maintenir le niveau d'eau dans les bâtiments à une altimétrie inférieure à celle de la nappe.

Après la détection d'une radioactivité élevée (de l'ordre de 500.000 Bq/l en tritium et 1.000 Bq/l en strontium), dans un forage situé en bordure de l'océan, l'exploitant a également creusé des forages complémentaires pour tenter de repérer l'origine de la fuite.

Des mesures ont montré une augmentation dans le temps des teneurs en césiums 134 et 137 dans un forage. Selon le quotidien japonais Asahi Shimbun du 6 août, les niveaux de radioactivité auraient été multipliés par 47 en cinq jours.

Pour contenir les déversements, Tepco tente désormais de renforcer l'étanchéité du sol au niveau de ce secteur par des injections de produits étanchéifiants.

Selon un article du 3 août d'Asahi, ces derniers seraient toutefois efficaces seulement à plus de 1,80 mètre de profondeur alors que les nappes phréatiques remonteraient à un mètre.

L'opérateur entreprend également la réalisation d'un écran étanche entre les installations et l'océan (échéance de fin de travaux prévue pour mi-2014).

"Ce type d'écran ne permet toutefois pas de se prémunir totalement des risques de contamination de l'océan s'il n'est pas complété par un pompage de la nappe, estime l'IRSN, il existe un risque de contournement de l'écran du fait de l'apport permanent d'eau de nappe". L'institut considère également que ce pompage renforcerait le besoin en capacité de traitement et d'entreposage des eaux et complexifiera davantage la gestion globale des eaux contaminées du site.

De 20 à 40 mille milliards de becquerels en fuite

Tepco aurait estimé la fuite dans l'océan entre 20 à 40 mille milliards de becquerels, de mai 2011 (soit deux mois après le tsunami) à juillet 2013, selon Reuters.

D'après l'agence de presse, Tepco envisage de pomper près de 100 tonnes d'eau souterraine supplémentaires par jour à la fin de la semaine.

"Les mesures prévues par l'opérateur de la centrale ne sont que des solutions temporaires, a toutefois estimé Shinji Kinjo, responsable d'un groupe de travail à l'Autorité de régulation nucléaire (NRA), selon Reuters, nous ne pouvons pas laisser Tepco agir seul".

Réactions2 réactions à cet article

 

Il y a donc un problème d'étanchéité souterraine. Les solutions employées pour la construction de tunnels sous marins doivent pouvoir s'appliquer.
La radioactivité imposera de construire une enveloppe étanche à une distance suffisante pour qu'elle soit moins intense (par rapport aux ouvriers qui devraient éventuellement intervenir en sous sol.
Le traitement de l'eau radioactive pour en retirer les métaux Césium et Strontium se fait par résine échangeuse d'ion. Mais la pollution au Tritium ne peut être ainsi retirée...

ami9327 | 07 août 2013 à 23h32
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Aucune réaction de la part de nos politiques. Comme d'habitude en Fance, il faudra attendre un accident majeur pour prendre des décisions. Navrant.

BZHpropre | 08 août 2013 à 08h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…