En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le G20 met le cap vers l'élimination des subventions aux énergies fossiles

Energie  |    |  Agnès Sinaï  |  Actu-Environnement.com

Dans leur déclaration commune, les pays membres du G20, réunis à Hangzhou (Chine) les 4 et 5 septembre, ont réaffirmé leur volonté de coopération en matière énergétique "pour un avenir reposant sur des énergies plus propres et une sécurité énergétique durable qui favorise la croissance économique", mais aussi "pour l'efficacité énergétique et de la situation de chaque pays, notamment en ce qui concerne les véhicules lourds".

Ils félicitent les pays ayant ratifié l'Accord de Paris, et attendent sa mise en œuvre rapide "dans toutes ses dimensions", y compris financières, par le biais du Fonds vert pour le climat et par la mobilisation de la finance verte.

Ils soulignent leur "volonté à moyen terme de rationaliser et d'éliminer progressivement les subventions inefficaces aux énergies fossiles qui encouragent la surconsommation, tout en reconnaissant la nécessité de soutenir les populations démunies" et "encouragent les pays du G20 à envisager de participer au processus volontaire d'examen par les pairs".

Fixer des échéances

En France, les observateurs saluent ces avancées. Mais "il faut que la France rejoigne les Etats-Unis, la Chine, l'Allemagne et les autres pays du G20 engagés dans le « processus volontaire d'examen par les pairs » des subventions aux énergies fossiles, afin de rendre possible à l'horizon 2020 l'élimination de ces subventions, qui sont incompatibles avec l'Accord de Paris et coûtent près de 30 milliards de dollars par an à l'économie française, selon les chiffres du FMI. A cause de ces subventions et de la baisse du prix des carburants, les émissions de GES ont augmenté dans les transports en France l'an dernier", estime Célia Gautier, responsable des politiques internationales et européennes au Réseau Action Climat RAC-France.

Selon Jennifer Morgan, directrice de Greenpeace international, "nous observons des changements incroyables partout dans le monde, à l'échelle des petites comme des grandes communautés humaines, pour basculer vers un monde plus vert et plus pacifique, mais la vitesse des changements et leur échelle ne sont pas encore suffisants pour éviter des impacts terribles".

Greenpeace, tout comme d'autres ONG environnementales, demande à l'Allemagne, prochaine présidente du G20, de donner l'exemple en montrant au reste du monde que son économie s'oriente vers "zéro carbone" et de proposer un échéancier précis pour l'élimination des subventions aux énergies fossiles.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Agnès Sinaï

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager