Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

L'expérimentation « Oui Pub » réduit sensiblement le volume des déchets liés aux prospectus publicitaires

Déchets  |    |  P. Collet

L'Agence de la transition écologique (Ademe) dresse un premier bilan de l'expérimentation « Oui Pub » dans 14 collectivités volontaires. Et le dispositif, prévu par la loi Climat et résilience d'août 2021, semble efficace : « après un an de mise en œuvre par les territoires pilotes, les premiers résultats observés permettent d'identifier des premières tendances, avec une baisse significative des imprimés publicitaires reçus et jetés, en particulier via la poubelle de tri sélectif ». L'Ademe cite en exemple une division de l'ordre de 4,5 à 8 des volumes de prospectus publicitaires retrouvés dans le bac jaune.

Pour rappel, le principe de l'expérimentation est d'interdire la distribution des imprimés publicitaires non adressés, sauf lorsque le signe « Oui Pub » est apposé de manière visible sur la boîte aux lettres. Objectif : lutter contre le gaspillage et la pollution induits par la publicité non souhaitée. « En 2021, rappelle l'Ademe, plus de 766 000 tonnes d'imprimés publicitaires non adressés ont été distribués, dont une part significative a été jetée sans avoir été lue ».

Une majorité de Français refusent les prospectus

Premier constat : le taux d'apposition de l'autocollant « Oui Pub » « oscille entre 20 et 30 % dans huit territoires, et est en dessous de la barre des 10 % dans cinq territoires », rapporte l'Agence, qui constate qu'« une majorité de ménages choisissent donc de ne plus recevoir d'imprimés publicitaires ».

Cela permet-il de réduire les déchets ? Oui, répond l'Ademe, qui explique qu'elle a observé une tendance à la baisse du volume d'imprimés publicitaires collectés et traités, en particulier en collecte sélective.

Deux exemples sont cités : dans l'agglomération d'Agen (Lot-et-Garonne), la part des imprimés publicitaires dans le bac jaune a chutée de 64,4 tonnes avant l'expérimentation à 8 tonnes en janvier 2023 et au sein du Syndicat mixte intercommunal de collecte et de valorisation du Libournais et de la Haute-Gironde (Smicval), cette part est passée de 106 tonnes avant l'expérimentation à 23 tonnes en janvier 2023.

RéactionsAucune réaction à cet article

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
Tous les champs sont obligatoires

Partager

Bennes basculantes eco GIO pour le tri sélectif des déchets d\'emballages GOUBARD
Bennes basculantes automatiques GM avec caisse polyéthylène anti-corrosion GOUBARD