Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Gaz de schiste : les eurodéputés reportent le vote sur la réalisation d'études d'impact préalables

Energie  |    |  Philippe Collet

Ce mercredi, les eurodéputés ont décidé de reporter le vote sur la révision de la directive 2011/92 traitant de l'évaluation des incidences de certains projets publics et privés sur l'environnement. Compte tenu de la préparation d'une législation européenne sur les hydrocarbures non conventionnels, ce vote était particulièrement suivi par l'exécutif européen puisque les parlementaires européens envisagent d'amender la directive 2011/92 pour imposer une étude d'impact environnemental préalablement à la réalisation de travaux d'exploration et d'exploitation d'hydrocarbures non conventionnels.

"Les députés ont souhaité qu'au préalable, un débat en séance plénière ait lieu, en présence de la Commission européenne et de la Présidence du Conseil", indique le Parlement, précisant que le vote sera inscrit à la session d'octobre.

Une question de quantité extraite

Les deux amendements objets de toutes les attentions se complètent et visent à "inclure les hydrocarbures non conventionnels (gaz et schiste bitumineux, gaz de réservoir étanche, méthane de houille), définis en fonction de leurs caractéristiques géologiques, à l'annexe I de la directive 2011/92/, indépendamment de la quantité extraite, de sorte que les projets concernant ces hydrocarbures soient systématiquement soumis à une évaluation de leurs incidences sur l'environnement". Les études d'impact seraient ainsi rendues systématiquement obligatoires, alors qu'actuellement la directive ne l'impose pas, compte tenu de niveaux de production quotidienne des hydrocarbures non conventionnels "qui sont souvent extrêmement variables et inférieurs" aux niveaux de production des hydrocarbures conventionnels.

L'exploration, l'évaluation et l'extraction de pétrole et/ou de gaz naturel piégé dans des couches de schiste gazeux ou dans d'autres formations rocheuses sédimentaires de faible perméabilité et porosité ainsi que le gaz naturel extrait à partir de gisements de houille sont explicitement visés, et cela "indépendamment de la quantité extraite".

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]