Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Gaz de schiste : l'Europe ne doit pas s'attendre à un miracle

Mis à part quelques secteurs gazo-intensifs, le gaz de schiste n'a pas eu d'impact sensible sur l'économie américaine, estime l'Iddri. L'Europe n'aurait pas grand chose à gagner en changeant de stratégie énergétique pour exploiter cette ressource.

Gouvernance  |    |  Philippe Collet  |  Actu-Environnement.com

En dépit de prix du gaz très bas sur le marché de court terme, une situation non durable, la révolution des huiles et du gaz non conventionnels a eu un effet minime sur l'économie des Etats-Unis. L'impact global sur le PIB américain se limite à 0,84% de croissance pour l'ensemble de la période entre 2012 et 2035. Quant à l'Europe, les effets potentiels seraient plus maigres encore, selon le think tank dirigé par Laurence Tubiana. "Pour quelques pays très fortement dépendants du charbon et du gaz importés de Russie, le gaz de schiste pourrait potentiellement être un complément [à une stratégie globale d'efficacité énergétique, d'innovation, de recours aux énergies bas carbone et d'amélioration du marché intérieur de l'énergie], mais il n'est certainement pas un substitut aux orientations de la stratégie énergétique actuelle de l'Union européenne".

Telles sont les principales conclusions d'une étude de l'Institut du développement durable et des relations internationales (Iddri), intitulée Unconventional wisdom et présentée jeudi 13 février au Parlement européen. A noter que l'étude a bénéficié d'un soutien financier officiel de la part de l'Etat via l'Agence nationale pour la recherche (ANR).

S'enfermer dans un modèle intensif en énergie carbonée

En premier lieu, l'étude constate que le "miracle américain" semble largement surestimé. Avec un surplus de croissance évalué à 0,84% entre 2012 et 2035, pour l'estimation haute, l'impact sur l'ensemble de l'économie est négligeable. En effet, ce gain de 0,84% est à rapprocher d'une progression du PIB de l'ordre de 40% sur les 25 ans considérés.

Quant à la période allant de 2007-2008 à 2012, l'impact global a été de 0,88 point de croissance. Cette estimation est la plus favorable, prévient l'Iddri, précisant que pour arriver à un tel résultat les chercheurs de l'Institut ont considéré que l'ensemble des revenus libérés par la baisse du prix du gaz ont été réinvestis, et non pas épargnés, avec un multiplicateur optimiste de 1,5.

L'impact sur l'industrie est lui aussi minime et "est confiné aux secteurs gazo-intensifs". La croissance des exportations de ces secteurs gros consommateurs de gaz a progressé de 10,5 à 27,2 milliards de dollars entre 2006 et 2012. Cependant, ces chiffres sont à comparer au déficit commercial du secteur manufacturier qui atteint 779,4 milliards de dollars en 2012, en hausse par rapport aux 662,2 milliards enregistrés en 2006. "Il n'y a donc pas de preuve que le gaz de schiste ait favorisé une renaissance de l'industrie manufacturière", conclut l'étude, ajoutant que "néanmoins, la révolution du gaz de schiste devrait déboucher sur un regain de compétitivité de la pétrochimie de base, mais pas de la chimie dans son ensemble".

Observe-t-on un impact sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) ? "Sans politiques additionnelles, le gaz de schiste ne mènera ni à un mix énergétique significativement et durablement sobre en carbone, ni à la sécurité énergétique", estime l'Iddri. Le scénario privilégié, à partir des politiques actuelles de l'Administration Obama, étant une stabilisation des émissions à l'horizon 2040. De même, la facture des importations américaines continuera à gonfler. Un dernier point, et non des moindres : en misant sur une substitution du charbon par le gaz, l'économie américaine prend le risque de s'enfermer dans un modèle intensif en énergie et en émissions carbonées.

Maintenir la stratégie actuelle

Si la situation américaine ne ressemble pas au "miracle" mis en avant par les défenseurs des hydrocarbures non conventionnels, les perspectives européennes ne semblent pas en mesure de révolutionner l'approvisionnement énergétique européen. Constatant, comme quasiment tous les spécialistes du sujet, qu'il est très peu probable que l'exploitation du gaz de schiste atteigne l'ampleur de celle rencontrée aux Etats-Unis, l'Iddri ne voit dans le gaz de schiste qu'un complément aux importations européennes d'hydrocarbures.

Selon un scénario médian, la production de gaz de schiste atteindrait quelques dizaines de milliards de m3 en 2030-2035. Un volume qui représenterait alors entre 3 et 10% de la consommation de gaz en Europe. "Dans le meilleur des cas, la dépendance aux importations de gaz se stabiliserait au niveau actuel", estime l'Iddri, annonçant que "la dépendance de l'Union européenne aux importations d'énergie fossile va continuer à croitre et le prix de ces énergies fossiles [sur le marché européen] restera largement déterminé par les marchés internationaux". Une conclusion identique à celle du centre de recherche de la Commission européenne (JRC) qui a réalisé les études d'impact en vue de définir la stratégie européenne en matière d'hydrocarbures non conventionnels.

Finalement, mis à part pour les pays très dépendants du charbon ou du gaz russe, l'exploitation du gaz de schiste n'est pas de nature à remettre en cause la stratégie en faveur de l'efficacité énergétique, de l'innovation, de la promotion des énergies décarbonées et de l'amélioration du marché énergétique intérieur. Bref, l'exploitation des gaz de schiste ne serait pas sage.

Réactions4 réactions à cet article

 

Que voila une étude qui ne va pas faire plaisir à certain. Oui la soit disant manne apportée par les gaz de schiste était un peu trop belle pour être vrai. Et encore l'étude de l'Iddri ne prend pas en compte les effets négatifs. Mais va t'on oser qualifier l'iddri d'escroécolo, comme certain qualifie les septiques. A vos plumes.

Duport Claude | 14 février 2014 à 19h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Voilà qui fait écho à un très bon article disséquant le "miracle économique" (en réalité à très court terme) du GdS aux USA, paru dans la Tribune (journal qu'on ne peut pas qualifier de pamphlet écologiste...) il y a déjà 1,5 ans

Philippe | 18 février 2014 à 09h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Encore une nouvelle pierre contre les GDS.

Effectivement comme le dit Duport Claude c'est sans compter sur les effet négatif et les dégats qu'il faudra bien réparer.

Une exploitation en Europe et en France n'est qu'une chimère. Il vaut mieux que l'Europe continue d'investir dans les énergies nouvelles et décarbonnées.

En terme d'exploitation fossile l'hydrogène détient de vraies promesses qui pourrait satisfaire les pétroliers qui pourront continuer à forer tout en apportant une énergie réellement propre.

Terra | 18 février 2014 à 10h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Au nom de nos enfants, quand cesserons-nous de vider notre terre de toutes ses ressources?
En avons-nous réellement besoin?
Est-ce indispensable à notre survie humanitaire?
Toutes les études réalisées un peu partout ne sont-elles pas une réponse à nos questions?
Au nom de l'argent et de l'égo, quand saurons-nous nous arrêter?
Je suis et serai, une ardente défenseure de notre environnement.

rotipou 74 | 19 février 2014 à 00h45
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Suiveur 2 axes MOBASOL S Haute Efficacité, la centrale qui suit le soleil ! MOBASOLAR