En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Gaz de schiste : la filière des hydrocarbures favorable aux sites-pilotes sur la fracturation hydraulique

Energie  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com

Le groupement des entreprises et des professionnels des hydrocarbures et des énergies connexes (Gep Aftp) a annoncé son soutien au rapport publié le 10 juillet par l'Institut Montaigne visant à "mettre un terme au blocage du débat sur le gaz de schiste en France".

Pascal Baylocq, président du comité de liaisons, d'actions et de réflexion (Clar) sur les hydrocarbures de roche-mère au sein du Gep Aftp, a été auditionné par l'Institut. Parmi les douze propositions de ce rapport, le Gep Aftp "s'associe pleinement" à celle de "développer un (ou plusieurs) sites-pilotes sur la fracturation hydraulique pour montrer ses implications techniques et son impact environnemental", a-t-il indiqué dans un communiqué.

La loi du 13 juillet 2011 a interdit la fracturation hydraulique pour la recherche et l'exploitation des gaz de schiste. Le projet de réforme du code minier, présenté en décembre 2013 par Thierry Tuot, conseiller d'Etat, ne revient pas sur cette interdiction. Le projet de loi réformant le code est en cours d'arbitrages au gouvernement.

Réactions3 réactions à cet article

 

Inutile de vous rappeller que ces "sites pilotes" seront ensuite le mode de fonctionnement de tous les sites d'exploitation du gaz de schiste : Un puits ne dure pas très longtemps, donc quand on en aura fini un, on passe au suivant ! Un montage très astucieux qui permettrait d'ailleurs de ne pas payer de taxe pour les exploitants, l'exploitation ne durant pas assez longtemps au regard de la loi.
Permettre les sites pilotes, c'est accepter l'exploitation, en clair. Et pourquoi un site shell ou total et pas Bp, etc ? c'est la porte ouverte à toute les fractures. Aidez nous à faire du biogaz intelligemment au lieu de gaspiller (nos) énergies fossiles.

david.b | 17 juillet 2014 à 08h00
 
Signaler un contenu inapproprié
 

ils peuvent bien s’exciter la population ne veut pas du gaz de shit, les associations (comités) veillent, et loi ou pas il n'y aura pas d'exploitation en France

lio | 17 juillet 2014 à 10h28
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Il n'y aura pas d'exploitation de gaz de schiste en France, projet absurde et démentiel aux conséquences environnementales et sanitaires ravageuses (on a suffisamment de recul de par le monde) et par les temps actuels et futurs de réchauffement climatique dramatiques pour l'être humain et la planète Terre ( énergie carbonée consommée à effet de serr) nonobstant tous ces apprentis sorciers du patronat et des industries chimiques.
L'industrie chimique doit garder raison!
Les populations, plus intelligentes et humaines que l'institut Montaigne ou le GEP Aftp empêcheront cette ultime folie!

lpvrd | 17 juillet 2014 à 10h54
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager