En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Gaz de schiste : pro et anti critiquent les décideurs politiques et appellent au débat

L'opposition entre pro et anti gaz de schiste semble s'apaiser. Tout au moins s'accordent-ils sur deux points : les hommes politiques et l'Administration ont très mal géré le dossier et un débat approfondi est plus que jamais nécessaire.

Energie  |    |  Philippe Collet Actu-Environnement.com

"Gaz de schiste, peut-on se passer d'une source d'énergie ?" Tel était le thème proposé aux participants de l'un des douze ateliers organisés dans le cadre des premières assises du droit et de la compétitivité par le Club des juristes et l'Institut Montaigne. "Une question faussement naïve" a estimé en introduction Thierry Tuot, conseiller d'Etat, sous-entendant que la réponse était contenue dans la question.

En réalité, il a peu été question de compétitivité et de l'intérêt d'exploiter les hydrocarbures non conventionnels. "Le pétrole à 30 dollars le baril va mettre tout le monde d'accord", a ironisé Marc Fornacciari, avocat et membre honoraire du Conseil d'Etat, suggérant que la chute du prix du baril a refroidi l'enthousiasme de la plupart des acteurs du secteur. Brocardant les hommes politiques français, les participants se sont surtout attachés à réclamer l'ouverture d'un débat dépassionné, chacun espérant parvenir à convaincre l'opinion publique et les décideurs.

Absence d'information préalable

En ouvrant le débat, Philippe Crouzet, président du directoire de Vallourec, est revenu sur l'exemple nord-américain et sa singularité. "Ce qui est réellement exceptionnel, c'est le business model", estime le premier fournisseur mondial de tubes destinés à l'exploitation pétrolière et gazière. Il pointe en particulier le faible taux d'échec de l'exploration et l'investissement initial relativement faible pour le secteur, deux aspects qui distinguent le domaine des hydrocarbures non conventionnels de celui des hydrocarbures conventionnels. Cependant, "ce modèle n'est probablement pas transposable ailleurs, ou tout au moins rapidement", alerte-t-il, estimant que seul le Royaume-Uni est réellement préparé à devenir le prochain candidat à l'exploitation du gaz de schiste.

 
L'Administration minière française n'est plus que l'ombre d'elle-même  
L'Administration minière française n'est plus que l'ombre d'elle-même
 
Ce qui plaide en faveur des Britaniques ? La mise en œuvre d'une concertation publique, qualifiée par Philippe Crouzet de "modèle de démocratie". A l'opposé, en France, "l'incompétence et la méconnaissance de l'Administration" poseraient problème, estime le dirigeant de Vallourec. Il a en particulier rappelé que parmi les zones couvertes par les premiers permis accordés en 2010 par Jean-Louis Borloo, alors ministre de l'Ecologie, figurait le Larzac dont la capacité de mobilisation des habitants n'est plus à démontrer. "L'Administration minière française n'est plus que l'ombre d'elle-même", tente de justifier le géologue Pierre-René Bauquis.

Reste que personne n'a cherché à informer la population avant d'accorder des permis en France, déplore pour sa part Elisabelle Bourgue, présidente de No Fracking France, soulignant les risques de fuite liés, entre autres, à la cimentation des puits et à leur fermeture après exploitation. "Une attribution légale mais pas concevable au XXème et XXIème siècles", commente Marc Fornacciari, en référence au code minier.

Une loi adoptée en 15 jours

Dans ce contexte, la loi du 13 juillet 2011 interdisant le recours à la fracturation hydraulique pour l'exploration et l'exploitation des hydrocarbures ne satisfait aucun intervenant.

Elle a été adoptée par des parlementaires qui méconnaissent l'expertise scientifique et "sans débat économique, ni écologique", estime Philippe Crouzet, considérant qu'ils se sont basés sur le film Gasland, "un faux avéré". "La classe politique est de très mauvaise qualité", regrette Marc Fornacciari. Comme Philippe Crouzet, il dénonce un débat mené dans l'urgence et "tranché en quinze jours sans débat scientifique". "On a adopté une loi sans réfléchir, sur ce point on est tous d'accord", estime la présidente de No Fracking France, ajoutant qu'"un moratoire aurait permis de peser les enjeux du débat".

Les reproches ne se limitent pas à l'adoption de la loi. L'abrogation de trois permis d'exploration en octobre 2011 et les annonces épisodiques de refus d'attribution de permis sont aussi critiquées. Ainsi, Elisabelle Bourgue a rappelé qu'en 2011, seul Schuepbach avait déclaré explicitement prévoir l'utilisation de la fracturation hydraulique, ce qui justifiait l'abrogation de son permis. En revanche, Total a perdu son permis alors que comme l'ensemble des autres détenteurs, l'entreprise française n'avait pas évoqué l'usage de la fracturation hydraulique. "On retire les permis comme on libère les otages à Noël", conclut-elle, évoquant une "démarche électoraliste". Un constat partagé par Marc Fornacciari qui a défendu Schuepbach lorsque l'entreprise a déposé une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) devant le Conseil constitutionnel contre la loi du 13 juillet 2011.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager