En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Réseau de gaz : accord de principe pour la généralisation du compteur communicant Gazpar

Les ministres de l'Economie et de l'Ecologie ont donné leur accord préalable au déploiement du compteur communiquant Gazpar sur le réseau de gaz naturel. GrDF va donc lancer un appel d'offres afin de remplacer tous les compteurs d'ici 2022.

Energie  |    |  Florence Roussel Actu-Environnement.com
Réseau de gaz : accord de principe pour la généralisation du compteur communicant Gazpar

On connaissait Linky pour le réseau d'électricité, cette nouvelle génération de compteur dit "communicant", il faudra désormais compter sur Gazpar, un autre compteur de ce type qui pourrait prochainement être déployé sur les réseaux de gaz cette fois. Les ministres de l'Économie et de l'Ecologie, Pierre Moscovici et Philippe Martin ont en effet confirmé vendredi 2 août leur soutien "sur le principe" à sa généralisation. Le porteur de projet GrDF va ainsi pouvoir lancer la procédure d'appel d'offres à l'issue de laquelle les ministres pourront valider "formellement et définitivement" le déploiement "si l'intérêt de ce dernier pour le marché et les consommateurs est bien confirmé".

Des avantages théoriquement intéressants

Gazpar est un compteur capable de transmettre à l'opérateur par radio VHF longue portée (plus de 1 km) les index de consommation des clients à une fréquence mensuelle. Il est censé remplacer l'ensemble des compteurs actuels utilisés par 11 millions de clients résidentiels et certains professionnels. "Son déploiement simplifiera la facturation : elle sera basée directement sur la consommation réelle et il ne sera plus nécessaire de recourir à des estimations", argumentent les ministres. Des alertes pourront également être transmises au consommateur en cas de problème notamment une sur-consommation.

En projet depuis 2007, Gazpar a pu être expérimenté en 2010 et 2011 dans plusieurs villes de France ainsi qu'au Royaume-Uni et en Irlande. Des baisses de consommation de l'ordre de 2 à 3% ont pu être observés. La Commission de Régulation de l'Energie (CRE) vise une réduction de 1,5% en France de la consommation domestique de gaz pour le chauffage et l'eau chaude sanitaire. Soit environ 100 TWh par an.

Par ailleurs, selon la CRE, les données pourraient être utilisées "dans le cadre des politiques publiques locales afin de mieux évaluer leur impact, cibler les aides (…) et ainsi maximiser leur effet sur les réductions de consommation" voire "d'évaluer plus précisément les économies réalisées dans le cadre d'aides ou de dispositifs nationaux (éco PTZ, crédits d'impôts, certificats d'économies d'énergie, etc.)."

Pour le gestionnaire de réseaux, cet équipement signifie une réduction des coûts liés à l'acquisition des données, une diminution des réclamations et une meilleure connaissance du parc des compteurs.

679 millions d'euros financés par les tarifs d'accès au réseau

Le déploiement de ces compteurs, prévu de fin 2015 à fin 2022, devrait représenter un investissement total pour GrDF d'1,05 milliard d'euros dont environ 877 millions d'euros pour les équipements et environ 138 M€ pour les systèmes d'information. Mais ce coût serait en partie compensé par l'investissement évité de 371 M€ pour le remplacement des anciens compteurs, ce qui ramènerait l'investissement net à 679 M€ pour le gestionnaire du réseau. Selon la CRE, ce financement sera assuré par les tarifs de gaz et notamment le tarif ATRD4 d'utilisation des réseaux publics de distribution de gaz naturel, entré en vigueur le 1er juillet 2012 pour 4 ans. Ce tarif pourrait être mis à jour en juillet 2014.

Réactions7 réactions à cet article

 

Encore un moyen de supprimer des emplois (peu qualifiés)! Pourquoi ce compteur n'emploie-t-il pas le réseau GSM?

ami9327 | 03 août 2013 à 13h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Il s' agit probablement encore, dans ce cas aussi, de l' utilisation des micros - ondes pulsées de téléphonie mobile pour la transmission des données avec ces divers " compteurs intelligents " (avec les répercussions en terme de santé publique pour les E.H.S. - électro hyper sensibles, de + en + nombreux) sans compter...les répercussions en termes de pertes d' emplois probables aussi !

weintans | 05 août 2013 à 10h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Je me demande où ils ont pu constater une baisse de consommation de 2 à 3 % : il n'y a aucun justificatif, ni, à priori, d'explication satisfaisantes !
Il s'agit avant tout d'améliorer la productivité en supprimant du personnel.

Fr.Hubert | 05 août 2013 à 11h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Ces futurs compteurs nous couteront plus cher et c'est bien la seule chose a retenir. Tout le reste ne présente aucun interêt pour l'abonné. en divisant le prix estimé du déploiement par 11 millions d'abonnés on obtient 95 Euro/abonné a mettre en rappoort avec le prix du relevé manuel par un employé (sous traitant de GrDF pour couter moins cher...) L'article cite des exemples d'utilisations qui ressemblent davantage a de laborieuse tentatives de justification qu'autre chose. En vérité ce qui importe est de compter la chaleur utilisée et de mesurer l'isolation afin de pouvoir prendre les décisions politiques adéquates.

ami9327 | 08 août 2013 à 16h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Ces compteurs permettront surtout d'appliquer une tarification progressive (les 1ers kWh "pas chers" et les suivants plus chers) et permettront de changer plus souvent de tarification. On peut imaginer des tarifs de pointe aux heures les plus froides, par exemple. Au bout du compte, c'est bien l'utilisateur final qui paiera ce remplacement de compteurs. Reste à voir si cette technologie est vraiment fiable surtout dans les agglomérations où les points hauts pour loger les concentrateurs ne sont pas si nombreux et n'appartiennet pas à GrDF.

JOJO | 27 août 2013 à 09h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Grâce à l'électronique il sera possible de créer des grilles de tarifs totalement inextricables et de faire des offres "aussi interessantes que celles des téléphones portables (surtout au début!)". Ou plus simplement de faire aussi complexe que les compteurs Linky qui peuvent facturer suivant l'heure et le jour de la semaine. Le problème de l'affichage des informations à l'interieur des maisons ou appartements n'est pas abordé non plus. En tout état de cause il faudra le faire pour tous les cas ou ce fameux compteur est a l'extérieur. Un affichage déporte et une liaison avec le compteur devra être rajoutée et grèvera le cout final.

ami9327 | 29 août 2013 à 21h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Après le LINKY pour l' électricité [ avec tous les problèmes liés aux émissions électromagnétiques; aux risques d' atteinte à la Vie privé; aux risque de Cyber-attaques et de piratages des compteurs - pour copter les données personnelles; Aux risques de perturbations de ces propres installations - déjà existantes - " sans le LINKY"; Aux risques d' interférences entre le LINKY - et les appareils médicaux - et, autres Peace Makers; Avec le risque de *surfacturation, et les *"changement - d' office" sans son propre consentement du *"tarif facturé" pour un mois: et *celà, *plusieurs *fois dans le *même *mois;Et - la perte de son propre choix décisionnel ( libre-choix ) d' utiliser - tel - ou tel matériel d' électroménager au moment décidé - par le client: car, **ErDF - **décidera avec le **"délestage" **DE **CE **QUI **EST **BON **POUR **LE **CLIENT ( qui sera mis devant le fait accompli ) ];

Et bien maintenant - PAS DE SOUCI, les fabricant récidivent avec LE COMPTEUR A GAZ - GASPAR ( même technologie que le LINKY - ou les Smart-meeter ), multipliant par deux - ( voir plus ) l' impact des ondes nocives - générées par les champs électromagnétiques... Mais, ce n' st rien...

Après GASPAR - pour le Gaz, il y aura - LES COMPTEURS POUR l' EAU ( avec la même technologie ), c' est super - la bêtise!!!! ( et l' inutilité. Juste pour augmenter les profits pour les 3 fabricants - et, en passant, le côté - accessoire - de la Santé, et u respect de la Sphère Privé des Clients

MERELLE | 03 mars 2014 à 21h25
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager