En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Résidus de pesticides : les limites autorisées sont dépassées pour 3% des fruits et des légumes

Risques  |    |  Dorothée Laperche Actu-Environnement.com
Résidus de pesticides : les limites autorisées sont dépassées pour 3% des fruits et des légumes

En moyenne, 71,9% des échantillons de fruits examinés contiennent des résidus de pesticides et 43,3% des légumes. C'est ce qui ressort de l'analyse, par l'association Générations futures, des plans de surveillance, réalisée de 2012 à 2017 par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF). Au total, 18 fruits et 32 légumes non bio ont été passés au crible. L'association avait déjà réalisé l'exercice en février 2018 pour la période 2012-2016. Pour ce nouveau rapport, elle a accentué son exigence. "Nous n'avons retenu que les végétaux analysés au moins 5 années sur 6 et dans un nombre significatif d'échantillons", souligne l'association.

Générations futures constate que les fruits qui présentent le plus souvent des résidus de pesticides sont la cerise (pour 89 % des échantillons), la clémentine/mandarine (88,1 %), le raisin (87,3 %), le pamplemousse/pomelo (86,3 %), la nectarine/pêche (83 %), la fraise (82,9 %), et l'orange (81,2 %). A l'inverse, les mieux lotis sont la prune/mirabelle (50,8 %) suivis de l'avocat (27,8 %) et du kiwi (25,8 %).

Toutefois, lorsque l'association a regardé le nombre d'échantillons de fruits qui dépassaient les limites maximales en résidus de pesticides, l'ananas est remonté en première position (9,6 % des échantillons), suivi des cerises (5,2 %), du kiwi (4,2 %), du pamplemousse/ pomelo (4,2%) et des clémentines/mandarines (3,9%). Au total, 2,9% des échantillons dépassent la limite maximale en résidus (LMR).

Pour les légumes, les résidus de pesticides sont plus souvent retrouvés dans le céleri-branche (84,9 %), le céleri-rave (82,5 %), les herbes fraîches (69,3 %), l'endive (67,2 %) et la laitue (66,5 %). En terme de dépassement des seuils autorisés, les échantillons les plus touchés sont ceux des herbes fraîches (21,5 %), du céleri-branche (15,7 %) puis du céleri-rave (10,8 %) et du navet (8,8 %). Au total, 3,4% des échantillons dépassent les limites.

A noter : l'ail, le maïs, la pastèque et le potiron ne présentent aucun dépassement.

Réactions1 réaction à cet article

 

Et dire que le ministère de la santé nous recommande depuis des années de consommer quotidiennement au moins 5 fruits et légumes, cela sans se soucier le moins du monde de leur charge en pesticides et donc au mépris des problématiques de santé publique qui en découleront tôt ou tard... Priorité à ne surtout pas froisser la si susceptible FNSEA ni dégrader les royalties de l'industrie agrochimique !

Pégase | 07 juin 2019 à 10h35
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…