En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Géothermie haute température : deux nouvelles demandes en consultation

Energie  |    |  Laurent RadissonActu-Environnement.com

Deux nouvelles demandes de permis exclusifs de recherches de gîtes géothermiques de haute température sont mises à la consultation du public sur le site du ministère de l'Ecologie jusqu'au 21 mai prochain.

Toutes deux sont présentées par la société Fonroche Géothermie. La première concerne le permis dit "de Cézallier" situé sur les départements du Puy-de-Dôme, du Cantal et de la Haute-Loire. La superficie couverte par ce permis est 1.044 km2. La seconde demande concerne le permis dit "de Brie", qui porte sur une zone d'une superficie de 1.164 km2 à cheval sur les départements de l'Aisne, de la Marne et de la Seine-et-Marne.

Dans les deux cas, Fonroche Géothermie a pour objectif final d'exploiter un gîte géothermique à haute température à partir d'une centrale électrique géothermique, fonctionnant sur le principe d'un "doublet géothermique". La centrale sera alimentée par un puits producteur qui exploitera, dans les zones profondes naturellement fissurées, de l'eau géothermale à une température supérieure à 150 °C. Le fluide refroidi sera réinjecté, au moyen d'un second puits, dans le réservoir exploité à une température de 60 °C. Les puits seront forés à des profondeurs estimées entre 3.500 et 5.000 mètres.

La ministre de l'Ecologie avait annoncé le 28 février dernier la signature de deux permis, l'un dans les départements du Cantal et de la Lozère, l'autre dans ceux des Pyrénées-Atlantiques et des Hautes-Pyrénées, marquant ainsi sa volonté de relancer la géothermie haute température. Delphine Batho avait précisé à cette occasion que 18 demandes étaient en cours d'instruction. Quatre premières demandes de permis de recherches en Alsace avaient été soumises à la consultation du public le 7 mars dernier, suivies le 27 mars d'une demande en Drôme-Ardèche, puis le 4 avril d'une demande en Camargue.

Réactions4 réactions à cet article

 

Chercher entre 3000 et 5000 m l'énergie géothermique doit être possible sans doute un peu partout: la seule difficulté étant d'avoir des nappes d'eau géothermales. L'énergie géothermique est d'origine radioactive il faut le rappeler: la décomposition radioactive naturelle produit cette chaleur.

ami9327 | 22 mai 2013 à 22h36
 
Signaler un contenu inapproprié
 

La radioactivité est pourtant très faible. Les contrôles continue de la radioactivité autour des centrales géothermiques ont démontré qu'il n'y a aucun risque. On registre une très faible radioactivité au niveau des conduites à l’intérieur de la centrale même. Rien de dangereux.

Marc2000 | 23 mai 2013 à 11h59
 
Signaler un contenu inapproprié
 

En effet il n'y a pas de problème de radioactivité: c'est juste la chaleur dégagée loin en profondeur qui est remontée par l'eau. De plus la geothermie fonctionne sans rejets en surface je crois. Donc les sels dissous dans l'eau hydrothermale sont renvoyés dans le sol à moindre profondeur.

ami9327 | 24 mai 2013 à 08h38
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Consultation du Public, quand et disponible à quelle adresse? Cela fait 40 ans qu'on attend des informations sur l'exploitation de l'énorme potentiel du Bassin du Rhin Supérieur! Des études géologiques sérieuses ont été faites par les MDPA , puis archivées! On semble s'y intéresser à nouveau!

arthur | 02 juillet 2013 à 09h32
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…