En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Gestion financière du patrimoine de l'eau et l'assainissement : une nécessaire réforme

Eau  |    |  Dorothée Laperche Actu-Environnement.com

Les collectivités doivent repenser la gestion de leur patrimoine : c'est le constat qui émerge d'une étude de l'agence de l'eau Rhône Méditerranée Corse. Elle s'est penchée sur les pratiques d'amortissement de 197 services d'assainissement, représentant 5% des services d'assainissement des bassins Rhône-Méditerranée et Corse.

L'Agence déplore que seul un quart des services provisionne le renouvellement de leur patrimoine et 8% l'amortit selon des durées en phase avec la durée de vie estimée des équipements - ou par des provisions complémentaires en vue des travaux.

Le ministère de l'Ecologie estime pourtant à près d'1,5 milliard d'euros par an, dont 350 millions en Rhône-Méditerranée, les travaux nécessaires pour réduire les fuites dans les réseaux d'eau potable.

"Les collectivités doivent mobiliser au mieux les outils comptables et financiers dont elles disposent pour dégager suffisamment de moyens financiers pour faire face à ces enjeux, alerte l'Agence dans un communiqué, le rural s'approche d'un mur de l'investissement alors que son patrimoine vieillit dangereusement". L'étude montre toutefois que 90% des stations d'épuration de plus de 40 ans traitent moins de 1.000 équivalent-habitants.

En première réponse, dans une note d'analyse publiée en avril, le conseil d'analyse stratégique (CAS) préconisait "le développement de la gestion intercommunale des services d'eau et d'assainissement". La dispersion des services de l'eau atteint des niveaux records en France : aujourd'hui près de 35.000 services coexistent.

Réactions2 réactions à cet article

 

Je me réjouis que le conseil d'analyse stratégique propose de résorber la dispersion des services de l'eau et de l'assainissement.Depuis des années je propose à Jean Louis BORLOO puis à Delphine BATHO et aux députés et sénateurs de regrouper tous les services publics locaux dans un syndicat mixte départemental (énergies, eaux, assainissement, déchets ménagers et assimilés) afin de les gérer suivant un même modèle économique: service public industriel et commercial, budget équilibré, gestion des abonnés et facturation au profit des EPCI.

A ce jour si j'ai des réponses positives sur cette proposition de bon sens, je ne voit rien de concret dans les textes pourtant ce dispositif ferait économiser beaucoup d'argent et éviterait les distorsions d'une commune à l'autre.

élus locaux | 02 mai 2013 à 07h45
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour,
Cette problématique est également valable pour les canalisations. Notamment pour les canalisations en fonte posées après 1945 et pour certains matériaux du type PEHD des premières générations.

Cordialement

Cyril Borodine | 02 mai 2013 à 09h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager