En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Gestion des risques majeurs en entreprises : proposition d'un guide expérimental

Les ERP, les commerces ou entreprises, ne disposent pas d'indications précises leur permettant de gérer les situations de catastrophe naturelle, technologique ou météorologique. En région Rhône-Alpes, un guide expérimental a été mis au point.

Risques  |    |  Graziella DodeActu-Environnement.com

L'Institut des risques majeurs (IRMA) de Grenoble propose un Plan d'organisation de mise en sûreté (POMSE) pour les entreprises et les établissements recevant du public (ERP) en cas de risques majeurs. Détaillé dans un guide expérimental, ce plan est le résultat d'un groupe de travail réunissant plusieurs collectivités, la chambre de commerce et d'industrie de l'Isère et l'IRMA, soutenue par le conseil régional Rhône-Alpes et la direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement (DREAL) Rhône-Alpes. Des entreprises et des établissements de plusieurs secteurs (maison de retraites, centres culturels, refuges de montagne) ont testé ce guide.

Garantir la mise en sécurité du public et des salariés

"Les évènements marquants de ces dernières années ont montré la vulnérabilité des établissements et de leurs occupants face aux risques majeurs et l'importance d'une préparation en amont", indique l'IRMA. La tempête Xynthia, les inondations du Var en 2010, l'accident AZF de Toulouse en 2001, sont autant d'exemples justifiant un tel dispositif.

"L'objectif de ce guide expérimental est de faciliter la mise en place par le chef d'établissement d'une procédure interne, propre à l'établissement, pour garantir la mise en sécurité du public et des salariés en cas d'événement majeur (inondation, séisme, accident industriel, événement météorologique)", indique l'IRMA. Celui-ci rappelle qu'un tel accident peut engendrer une "situation d'exception laissant la communauté d'une entreprise ou d'un ERP seule et isolée face à la catastrophe" pendant un certain temps (plus de téléphone ni d'électricité, intervention des secours différée).

Le guide expérimental détaille les étapes à suivre pour construire une organisation interne à l'établissement permettant d'assurer la sécurité des personnes et des biens présents dans l'établissement jusqu'à la fin de l'alerte ou l'arrivée des secours. Il propose des exemples pour chacune d'entre elles.

Le guide recense également les risques auxquels est soumis l'établissement, les moyens d'alerte et d'information, les lieux de mise en sûreté, mais aussi le matériel d'urgence. Ce dispositif peut s'apparenter à la démarche "sécurité incendie" des établissements, même si "les consignes à appliquer sont différentes", précise le guide.

D'après l'IRMA, il s'agit d'une "méthodologie simple et pratique, d'autant plus utile dans les secteurs à risques dont la cinétique du phénomène dommageable est rapide".

Définir des bonnes pratiques

Dans le domaine des risques industriels, afin de renforcer ou d'aménager les structures avoisinant les installations classées "Seveso seuil haut", la loi Bachelot a prévu la réalisation de travaux sur le bâti dans le cadre des plans de prévention des risques technologiques (PPRT). Selon l'IRMA, plus de 10.000 entreprises se trouvent actuellement en zone de prescription de travaux. Ceux-ci constituent un moyen de prévention pour faire face aux risques majeurs. Mais, pour l'Institut, il fallait également mettre en place une organisation interne permettant d'assurer la protection du personnel et des usagers dans les établissements impactés.

Des Plans particuliers de mise en sûreté (PPMS) existent déjà pour les établissements scolaires. Mais la carence d'un tel outil pour les entreprises a conduit l'IRMA à proposer le POMSE. L'Institut compte poursuivre sa réflexion afin d'élaborer des fiches de gestion des risques spécifiques aux établissements étudiés. L'objectif étant désormais de consolider et de promouvoir l'outil. "Des bonnes pratiques seront ainsi fournies à ces établissements que la réglementation a pour l'instant laissés pour compte", conclut l'IRMA.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…