Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

La gestion technique du bâtiment, un des leviers pour rénover le parc tertiaire des collectivités

Bâtiment  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com

Le Gimélec, groupement des industries de l'intelligence énergétique, a publié une étude qui souligne les atouts des systèmes de gestion technique du bâtiment (GTB ou Bacs en anglais) pour respecter les objectifs fixés par le décret « tertiaire » de juillet 2019. Pour rappel, ce texte impose aux bâtiments tertiaires de plus de 1 000 m2 de réduire leur consommation d'énergie finale de 40 %, 50 % et 60 % respectivement en 2030, 2040 et 2050, par rapport à 2010 (ou une année de référence plus récente). L'étude du Gimélec est basée sur les retours d'expériences de collectivités utilisatrices de solutions GTB. Leur témoignage ont permis d'identifier « quatre étapes clés » pour piloter « efficacement » la consommation énergétique des bâtiments des collectivités. Et pour chaque étape, plusieurs préconisations sont formulées comme « l'élaboration d'un lot GTB, la mise en œuvre d'un commissionnement de la conception à l'exploitation ou l'exploitation d'un système d'information énergétique par un économe de flux ».

   
Les quatre étapes clés d'un projet de pilotage d'un bâtiment (copyright : Gimélec) © Gimélec
 
   

Pour mettre en œuvre le décret tertiaire, « il faut considérer la consommation d'énergie de l'ensemble du parc durant tout son cycle de vie », préconise le Gimélec. « La rénovation énergétique par l'isolation et la construction performante ne garantiront pas seules l'atteinte des objectifs du décret tertiaire, les consommations d'énergie doivent en plus être pilotées par un Bacs ».

L'étude du Gimelec permet aussi aux assujettis d'anticiper les dispositions du décret « Bacs » de juillet 2020. Ce texte rend obligatoire, d'ici janvier 2025, l'équipement de systèmes d'automatisation et de contrôle des bâtiments. Seront concernés : les bâtiments tertiaires neufs et existants dont les systèmes de chauffage/de climatisation combinés ou non avec un système de ventilation sont d'une puissance supérieure à 290 kilowattheures (kW).

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager