En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le rapport du groupe II du GIEC se base sur des modélisations plus poussées

Les travaux du groupe II du GIEC dressent des informations plus spécifiques à travers les régions du monde sur la nature des impacts futurs, y compris pour certaines régions non couvertes dans les évaluations précédentes.

Gouvernance  |    |  Carine Seghier Actu-Environnement.com
Suite à l'approbation en février dernier en France du résumé à l'intention des décideurs du groupe de travail I du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) « Bilan 2007 des changements climatiques : les bases scientifiques physiques », le groupe de travail II du GIEC s'est réuni à Bruxelles, du 2 au 5 avril dernier. Ce sont à nouveau plusieurs centaines d'experts climat du monde entier qui se retrouvés pour essayer d'approuver le résumé à l'intention des décideurs de ce groupe : « Bilan 2007 des changements climatiques : conséquences, adaptation et vulnérabilité ». Ce rapport constitue la deuxième des trois parties qui composent le quatrième rapport d'évaluation du GIEC. Outre qu'il confirme les principales conclusions du troisième rapport d'évaluation publié en 2001, ce document livre de nouveaux enseignements tirés d'observations et de modélisations plus poussées.

Le constat des scientifiques du GIEC est grave : les prochains changements de climat auront pour effet d'augmenter les risques de sécheresse et d'inondation dans de nombreuses régions, de diminuer les ressources hydriques dans un grand nombre de régions arides et semi-arides, de menacer la viabilité des agglomérations côtières à travers le monde, de provoquer des extinctions massives d'espèces biologiques, de réduire les rendements des cultures dans la plupart des régions tropicales et d'accroître les problèmes liés à la faim.
En outre, un réchauffement planétaire supérieur à 2 °C par rapport aux niveaux actuels entraînera une diminution massive de la biodiversité, une baisse de la productivité agricole mondiale et la fonte de la calotte glacière du Groënland, qui aurait pour conséquence de faire monter le niveau des mers de 4 à 6 mètres.

Des informations plus spécifiques sont maintenant disponibles à travers les régions du monde sur la nature des impacts futurs, y compris pour certaines régions non couvertes dans les évaluations précédentes. En Europe, les experts du GIEC avertissent que presque toutes les régions d'Europe seront affectées négativement par des conséquences futures des changements climatiques, En Europe du Sud, les changements climatiques devraient aggraver les conditions (hautes températures et sécheresse), réduire la disponibilité en eau, le potentiel hydroélectrique, le tourisme estival, et en règle générale la productivité des cultures. Les projections montrent aussi une augmentation des risques pour la santé liée aux vagues de chaleur ainsi qu'une fréquence accrue de feux de forêt, note le rapport. En Europe centrale et orientale, les scientifiques prévoient une diminution des précipitations en été, avec une augmentation du stress hydrique, une augmentation des risques pour la santé liée aux vagues de chaleur, un déclin de la productivité forestière et une augmentation de la fréquence des feux de tourbières. En Europe du Nord, les projections des scientifiques montrent des effets mitigés suite aux changements climatiques. Certains avantages sont mentionnés comme une demande réduite de chauffage, ainsi que des productions agricoles et une croissance des forêts accrues. Néanmoins, à mesure que les changements climatiques continuent, leurs impacts négatifs (comprenant l'augmentation de la fréquence des inondations en hiver, la dégradation d'écosystèmes et la déstabilisation des sols) l'emporteront probablement sur les bénéfices, souligne le rapport du GIEC.

Les travaux du GIEC montrent que l'Asie sera durement touchée par le changement climatique dans les prochaines décennies. Au cours de ce siècle, la fonte des glaciers dans l'Himalaya sera à l'origine, selon les projections, d'une augmentation des inondations, des avalanches de roche provenant de pentes déstabilisées, et affectera les ressources en eau dans les deux à trois décennies. Le manque d'eau douce en en Asie centrale, du Sud, de l'Est, et du Sud-ouest, particulièrement dans les grands bassins pourrait affecter défavorablement plus d'un milliard de personnes dans les années 2050. Les scientifiques estiment en outre que 130 millions de personnes supplémentaires risquent de souffrir de la faim d'ici 2050. Une augmentation de la morbidité endémique et la mortalité due aux affections diarrhéiques est également attendue, principalement associées aux inondations et sécheresses dans l'Est, le Sud, et le Sud-ouest de l'Asie, à cause des changements estimés du cycle hydrologique associés.

L'Afrique se révèle le continent le plus vulnérable au changement climatique. À l'échéance 2020, les projections indiquent que 75 à 250 million de personnes seront exposées à une augmentation du stress hydrique. Si ce changement est couplé à une demande d'eau accrue, il affectera négativement les moyens d'existence et aggravera les problèmes liés à l'eau, note le rapport.
Les scientifiques s'attendent à des réductions des surfaces propres à l'agriculture, de la longueur des périodes de végétation et du potentiel de production, particulièrement en marge des zones semi-arides et arides. Cela aurait un effet négatif supplémentaire sur la sécurité alimentaire et aggraverait la malnutrition dans le continent. Dans certains pays, les rendements des productions non-irriguées pourraient être réduits de plus de 50% en 2020. Vers la fin du 21ème siècle, la hausse projetée de niveau de la mer touchera selon le rapport, d'importantes régions côtières à faible altitude et très peuplées. Le coût de l'adaptation pourrait être d'au moins 5 à 10% du PIB.


Voir notre dossier sur le GIEC

Réactions2 réactions à cet article

 
et?

et la caraïbe, l'amérique centrale du sud et du nord?
qu'en est il du nombre et de la force des cyclones d'atlantique et du pacifique du phénomène del nino?????
excusez moi, mais la france ne se limite pas à l'europe....

freddo25 | 21 avril 2007 à 01h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:et?

il suffit d'aller sur le lien ! et lire!!!

to | 30 août 2007 à 15h29
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager