En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Les experts du GIEC ont rendu leurs conclusions... alarmantes !

Le constat est sans appel : le rôle des activités humaines dans le réchauffement du climat est certain à plus de 90%. Selon les scénarios, les températures moyennes du globe devraient augmenter de 1,8 à 4 degrés Celsius d'ici la fin du siècle.

Gouvernance  |    |  Carine Seghier Actu-Environnement.com
Après 4 jours de réunion, le groupe de travail I du GIEC et les experts mandatés par les gouvernements d'environ 120 pays ont validé à Paris le vendredi 2 février le résumé à l'intention des décideurs du quatrième rapport du Groupe (Bilan 2007 des changements climatiques : les bases scientifiques physiques)*. Sur invitation de la France, les quelques 500 experts du GIEC étaient en réunion à Paris depuis le 29 janvier .
Le constat est sans appel : les observations de l'accroissement des températures moyennes mondiales de l'atmosphère et de l'océan, la fonte généralisée de la neige et de la glace, et l'élévation du niveau moyen mondial de la mer montrent que le réchauffement du système climatique est sans équivoque. De plus, le rapport qualifie de très probable (9 chance sur 10) le rôle des activités humaines dans l'augmentation des températures moyennes depuis le milieu du XXe siècle. Tout converge pour montrer la part essentielle de l'homme dans le réchauffement du climat, a souligné Susan Solomon, présidente du groupe de travail scientifique en présentant le rapport.
Le réchauffement moyen des 100 dernières années est passé de 0,6°C dans le rapport de 2001 à 0,74°C dans le nouveau rapport. Le réchauffement s'est donc encore accéléré. Les 11 années les plus chaudes ont toutes été enregistrées au cours des 12 dernières années. La seconde moitié du 20e siècle a été la période la plus chaude dans l'hémisphère nord depuis 1.300 ans au moins. La température en Europe a augmenté d'environ 1 °C en une centaine d'années, et donc a été plus rapide que le réchauffement moyen de la planète.

Selon les scénarios** de croissance économique et démographique, de percées technologiques et d'émissions tendancielles des gaz à effet de serre, les « valeurs les plus probables » du réchauffement à venir vont de 1,8 degré Celsius à 4 degrés Celsius. Pour le scénario le plus optimiste (B1), la fourchette de réchauffement va de 1,1 degré à 2,9 degrés. Pour le scénario le plus catastrophique, elle s'étale de 2,4 degrés à 6,4 degrés. La plage d'incertitude concernant l'intensité du réchauffement climatique prévu pour ce siècle est donc en fait comprise entre 1,1 et 6,4 °C.

Outre la hausse des températures, les précipitations augmenteraient dans les hautes latitudes et baisseraient dans les zones subtropicales. Les canicules et vagues de chaleur continueront à être plus fréquentes avec des sécheresses plus longues et plus intenses en zones tropicales et subtropicales. Les cyclones tropicaux seront quant à eux plus intenses.
Les experts ont beaucoup plus de certitudes qu'en 2001 sur ce qui se passerait si rien n'était entrepris pour combattre énergétiquement l'effet de serre. Il est très probable (plus de neuf chances sur dix) que les chaleurs extrêmes, les vagues de chaleur et les événements de fortes précipitations continueront à devenir plus fréquents au XXIème siècle , note le rapport. De ce fait, la couverture neigeuse va se contracter. Dans l'Arctique comme dans l'Antarctique les glaces de mer vont diminuer, quelque que soit le scénario étudié. Côté précipitations, les projections ont fait des progrès depuis 2001. Des augmentations de précipitations pluvieuses sont très vraisemblables aux latitudes élevées, alors que des diminutions sont vraisemblables dans la plupart des régions émergées subtropicales. En ce qui concerne les courants marins, le rapport confirme que l'arrêt du Gulf Stream n'est pas pour demain. Meme s'il est très vraisemblable, indique-t-il, que la circulation thermohaline de l'Atlantique nord ralentira au cours du 21ème siècle. Mais il est très improbable qu'elle subisse une transition importante au cours du 21ème siècle, les évolutions à plus long terme ne pouvant encore être établies avec la moindre certitude.
Enfin, le rapport prévoit une élévation du niveau des océans comprise entre 0,18 et 0,59 mètre d'ici 2100 qui pourrait être fortement aggravée par l'accélération possible de la fonte des glaciers du Groënland. Une meilleure connaissance du passé et une modélisation plus poussée ont permis d'affiner la fourchette de 2001 (9 à 88 cm). Mais elles ne permettent pas encore d'établir des valeurs les plus probables.

Ces dérèglements sont d'autant plus préoccupants qu'ils resteront inéluctables pendant plus d'un millénaire. Les émissions anthropiques passées et futures de dioxyde de carbone continueront à contribuer au réchauffement et à l'élévation du niveau de la mer pendant plus d'un millénaire, en raison des échelles de temps nécessaires pour retirer ce gaz de l'atmosphère, souligne le rapport.

Alors que la communauté internationale doit décider de l'avenir du protocole de Kyoto de lutte contre l'effet de serre, l'alerte a sonné chez les décideurs et politiques.
M. Stavros Dimas, membre de la Commission européenne chargé de l'environnement a demandé instamment l'ouverture de négociations internationales en vue de l'adoption d'un nouvel accord de grande portée relatif au changement climatique planétaire, compte tenu des données scientifiques alarmantes publiées. Je suis vivement préoccupé par l'accélération et l'ampleur croissante du phénomène démontrées par ce rapport. Il est plus urgent que jamais que la communauté internationale engage des négociations sérieuses en vue d'adopter au niveau mondial un nouvel accord de large portée qui permettra de mettre un terme au réchauffement climatique de la planète, a-t-il déclaré.
Pour sa part, Achim Steiner, le directeur du PNUE a prévenu que les implications du réchauffement climatique dans les prochaines décennies pour notre économie industrielle, pour les réserves en eau, l'agriculture, la diversité biologique et même la géopolitique sont massives.
Le changement climatique a amené l'humanité à un stade critique où les effets du réchauffement ont des conséquences directes sur la santé et l'environnement, a averti quant à lui le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon.
Enfin le président français Jacques Chirac a appelé solennellement à une vaste mobilisation internationale en conclusion des travaux de la Conférence pour une gouvernance écologique mondiale. Nous nous engageons à mettre la préoccupation de l'environnement au centre de nos décisions, et à prendre les mesures qui s'imposent pour conjurer des périls qui menacent la survie même de l'Humanité, en particulier celui du changement climatique, a-t-il dit. Il est temps d'admettre que nous sommes parvenus au seuil de l'irréversible, et que nous ne pouvons plus nous permettre d'attendre, a-t-il poursuivi.

Si ces conclusions sont plus que préoccupantes, les décideurs sont maintenant armés des dernières données disponibles pour répondre à ces nouvelles réalités et enfin adopter des mesures concrètes!

Après la réunion du Groupe de travail I, le Groupe de travail II (conséquences des changements climatiques, analyse de la vulnérabilité des systèmes socio économiques et adaptation) se réunira à Bruxelles, du 2 au 5 avril. Le Groupe de travail III (examen des solutions pour réduire les émissions de gaz à effet de serre) se retrouvera pour sa part à Bangkok, du 30 avril au 3 mai. Une synthèse de l'ensemble sera faite dans le cadre d'une réunion plénière, à Valence en Espagne, du 12 au 16 novembre. L'ensemble des travaux livrera les derniers enseignements scientifiques concernant le changement climatique et s'attardera, notamment sur les conséquences de celui-ci en matière de développement durable. Ce quatrième Rapport, auxquelles ont participé plus de 2 500 scientifiques internationaux, devrait également fournir des observations plus fines et plus approfondies sur les différents aspects régionaux du changement climatique.

Le GIEC, créé en 1988 par les Nations unies et l'Organisation météorologique mondiale a procédé, à intervalles réguliers, à une évaluation de l'état des connaissances relatives au changement climatique. Le premier rapport d'évaluation du GIEC, publié en 1990 jetait la base scientifique, a expliqué le Dr Jeremiah Lengoasa, Secrétaire général adjoint de l'Organisation météorologique mondiale (OMM). Il a amené l'Assemblée générale des Nations Unies à décider d'élaborer une Convention-Cadre sur les changements climatiques (CCNUCC). Le deuxième, publié en 1995, a débouché sur l'adoption du Protocole de Kyoto, a poursuivi le Dr Jeremiah Lengoasa et le troisième rapport de 2001 a confirmé le rôle de l'homme dans le réchauffement constaté au cours de la seconde moitié du XXe siècle.


* Résumé à l'intention des Décideurs du quatrième rapport du Groupe
** Voir notre dossier sur le GIEC
Texte officiel du rapport

Réactions18 réactions à cet article

 
Gestion globale de l'eau

On peut se poser la question de savoir à quoi cela sert de réagir aux articles puisqu'il n'y a pas de réponses.

Mais si les experts du Giec disent que le climat les alarment pourquoi ne veulent-ils pas entendre que la planète a soif et que la réhydratations des terres pour réparer le pillage des nappes phréatiques et une bonne partie de la solution des dérèglements climatiques.
Allo , a l'eau?

Il y a quelqu'un?

jdb | 08 février 2007 à 01h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Gestion globale de l'eau

Peut être parce que l'eau sera évaporée avant même de toucher la terre

Anonyme | 08 février 2007 à 08h42
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Gestion globale de l'eau

Comment peut-on réhydrater les terres si les pluies diminues alors que les besoins en eau augmente? Même s'il est vrai qu'une meilleur gestion de l'eau est possible, à condition que chacun y mette du sien, cela aura-t-il réellement un effet sur le réchauffement? Si le réchauffement est inéluctable sur le millénaire à venir, les nappes phréatiques ne vont-elles pas s'assécher par elles-meme? D'autant plus qu'il me semble que le GIEC a tendance à sous évaluer le développement des pays émergent tel que la chine, l'inde ou encore l'amérique du Sud qui on refusé de signé le protocole de Kyoto.
Honnetement je ne sais pas si la réhydratations des nappes phréatiques peut avoir un effet sur ce problème de réchauffement mais ce qui est sur c'est qu'il existe des solutions bien plus direct et efficace comme l'économie des énergies, ce qui devient accessible à tous avec les différentes aides des conseils généraux et de la DIREN.
Malheureusement, il existe aussi des solutions qui me semblerai très efficace comme la mise sur le marché des voitures électriques et à hydrogène, malheureusement cela ne sera pas possible tant qu'on n'aura pas épuisé nos ressource de pétrole étant donné que tous les brevets de ces inventions qui pourrai à mon sens sauvé notre planète ont été racheté par les industrie pétrolière. Il est peut être tant de réagir face à ces puissances économiques qui ont un pouvoir bien plus grandes que l'union européenne elle-même et une influence bien plus forte que les nappes phréatiques sur le réchauffement planétaire.

Flo | 08 février 2007 à 10h24
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Gestion globale de l'eau

Bonjour,

Le forum est un espace de discussion où nous laissons les lecteurs échanger. Quoi dire de plus... ?

Bien à vous.

Le médérateur

David Ascher | 08 février 2007 à 10h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Gestion globale de l'eau

puisque l'on est à chercher des solutions et que les causes sont connues.. parmi celles identifiées: ..les termites émettent 2 fois plus de CO2 que toutes les activités humaines : pour quoi ne pas faire la guerre mondiale à ce fléau ?

kefair | 08 février 2007 à 11h15
 
Signaler un contenu inapproprié
 
c'est plus constructif par ici

Bonjour, il a fallut 4 jours de réunion du GIEC pour découvrir que ce que disent les spécialistes du monde entier depuis des dizaines d'années est vrai? Et que les grands de ce monde disent : "vite ça chauffe". Il va encore falloir presque 1 an avant d'avoir le rapport et les solutions... Le réchauffement climatique et le problème de l'eau sont étudiés depuis bien longtemps maintenant, il faut dès maintenant séparer industrie et les particuliers car ce ne seront pas les mêmes solutions à mettre en place. Dans chacun de ces 2 cas il faut "hiérarchiser" les actions humaines des plus polluantes au moins polluantes et puis après on y va. Le problème est tellement vaste que tout le monde est perdu, croit bien faire, mais n'est pas sur. Le chauffage au bois est-il réellement moins polluant que l'électricité? Emission de CO2, déforestation, etc...
Nous avons besoin d'une information claire et objective, non "polluée" par les grandes puissances industrielles.
Je pense environnement à longueur de journée, je met tout ce que je peux en oeuvre, mais je me sens désinformée par trop d'infos contradictoires, peu construites et qui ne prennent pas les choses en main.

valocoba | 08 février 2007 à 12h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Gestion globale de l'eau

Il a été montré que le réchauffement de la planète est un phénomène naturel, l'action de l'homme l'a simplement accéléré. A ce compte là on peut aussi noté que les vaches on largement contribué à la destruction de la couche d'ozone. On sait que depuis toujours la planète connait des période de réchauffement et de glaciation, seulement si ce phénomène ce produit trop rapidement les espèces vivantes n'aurons pas le temps d'évoluées et de s'adaptés. Je crois que le danger n'est pas dans le réchauffement en lui même mais dans sa rapidité.

flo | 08 février 2007 à 13h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:Gestion globale de l'eau

L'asséchement des terres par l'action humaine agit sur deux plans sur le climat.
La diminution du tissus végétal par diminution de l'humidité fait un déficit du recyclage du CO2 qui donc augmente encore plus que par la seule augmentation des émission. L'autre facteur est l'augmentation de la température des sols qui ,si elle permet de faire du parachute ascensionnel augmente la température de l'atmosphère aussi , c'est à dire que l'augmentation constaté n'est pas seulement dûe à l'effet de serre.

Si donc les émissions de co2 et l'augmentation de température sont aussi dûs à l'asséchement des sols par surexpploitation des nappes et des déficit d'infiltrations, la réhydratation des terres séches peut agir dans l'autre sens c'est à dire réduire le co2 et réduire la température.

jdb | 08 février 2007 à 14h08
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Gestion globale de l'eau

Je veux bien économiser l'énergie mais à condition que cela soit fait sur un plan général.
J'ai peur que l'énergie économiser par les pauvres à qui on demande de dépenser avec des subventions soit gaspiller par par de riches qui . Vous voulez des exemples?
Pourquoi fait-on des courses de f1?
Pourquoi fait-on des grosses voitures?
Pourquoi y a-t-il 45 révebères qui restent alumés toute la nuit dans le parc d'en face de chez moi et que EDF pousse à la consommation pour envoyer les facture sur les impots locaux?
Pourquoi n'y a -t-il pas de récupérateur de chaleur sur la ventillation de mon immeuble ?
ETC
Vous ne voyez pas pourquoi la réhydratation des sols peut réduire le co2 et réduire la température.
Parce que lorsqu'on arrose l'énergie solaire est transformer en biomasse au lieu de faire chauffer les cailloux et que la végétation qui pousse absorbe le co2. Alors que les déboisements font l'inversent.

jdb | 08 février 2007 à 14h24
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:Re:Gestion globale de l'eau

En effet, il est difficile pour nous "petit consomateur" de faire des efforts pour l'environnement quand on voit le gaspillage qui existe mais j'ose croire que petit à petit si chacun fait des efforts on peut améliorer les choses.
Je vous remerci pour ces informations sur le liens entre la gestion de l'eau et le réchauffement climatique ainsi que pour le reportage sur les briefs du pilat, et j'invite tous le monde à le regarder car c'est vraiment intéressant. Je pense que le réel problème en environnement est le manque d'information, même lorsque l'on a fait ces études dans ce domaine.

Anonyme | 08 février 2007 à 15h04
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:c'est plus constructif par ici

"Bonjour, il a fallut 4 jours de réunion du GIEC pour découvrir que ce que disent les spécialistes du monde entier depuis des dizaines d'années est vrai?"

Les spécialistes du monde entier dont tu parle sont les gens du GIEC.
Non , il n'a pas fallu attendre ces quatre jours de réunion. Ce n'est pas le premier rapport du GIEC. Le dernier a conduit au protocole de Kyoto.

Ce rapport est juste une réactualisation plus précise.

Ce qu'il y a de bien avec le GIEC, c'est que leurs conclusions sont solides et étayées scientifiquement.

bastien | 09 février 2007 à 10h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:c'est plus constructif par ici

Bonjour, ta réaction est juste, je me suis mal exprimée, le protocole de Kyoto n'a pas fait beaucoup bouger les choses à mon sens, mais c'était malgré tout un premier pas, il faut reconnaitre celà. Seulement on dirait que cette fois ce qu'ils disent depuis longtemps aurait été entendu. C'est en effet un grande avancée que l'on produise enfin des données construites fiables et harmonisées, mais je trouve que depuis le temps que la sonnette d'alarme est tirée on est un peu lent à la détente, c'était plutôt ça le sens de mon message.
Bonne journée.

Anonyme | 09 février 2007 à 10h42
 
Signaler un contenu inapproprié
 
on est tous concerné

Bonjour,
J'ai lu votre article sur le travail des chercheurs du G.I.E.C. et de leurs analyses concertées autour de la question du réchauffement planétaire.
Bien sûr, je suis l'actualité, et j'éprouve pourtant une grande difficulté à me donner davantage de moyens pour réduire mes déchets de consommation ( énergie, ménager, usager,que sais - je ...). Au regard de la production industrielle à l'échelle de la planète, lorsque nos villes nous proposent de découvrir la chlorophylle par la seule conviction de préserver nos petits espaces verts et ceux qui lointains aux bords des villes nous tendent les bras, je me dit qu'il n'en tient qu'à nous de guider nos pas jusqu'à un brin d'herbe ( désolé pour le lyrisme, s'il y a lieu ) .
Alarmant de se dire que nous sommes parfois trop justes pour améliorer une situation bien présente et que l'anticipation des sciences et techniques ne peuvent qu'être salvatrices.

edelweiss | 09 février 2007 à 16h55
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:on est tous concerné

Correction ! on devrai etre tous concernes... Parce que CEUX qui ont le pouvoir de prendre des mesures reelles ne les prennent pas .

1) Il y a en ce moment des technologie propre pour l'environement QUI SONT BLOQUEES Ex: vehicules electriques ou autre

2) La premiere mesure que l'ONU doit prendre est d'exclure et si posible de penaliser tout pays engage dans une guerre( qui est l'action la plus poluante sur cette planette)
3) Jusqu'en 1970 les "scientists" prevoyaient le retour d'un refroidissement. Le rechaufement soudain est recent en accordance avec une plus grande activite solaire.
Les oceans et volcans sont les plus grands producteurs de Co2 pas les humains Co2 est a 0,5%

Ce qui est alarmant ! est que "les autorites " veulent enforcer des lois draconiennes sur les populations et inventer de nouvelles taxes sans arreter de faire la guerre , et nous forcer a utiliser des technologies du 19eme siecle

ON SE FOUT DE NOUS ! ( ca c'est pas nouveau )
Guy

Guy | 27 avril 2007 à 13h15
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:on est tous concerné

Bien sûr que l'on est tous concerné, pour nos enfants en priorité, les démarches misent en place aujourd'hui semblent désuettes et quasi inutiles. Il y a 30 ans qu'il fallait agir.
Aujourd'hui, seule une modification brutale de nos comportements pourrait limité la casse.
Maintenant, il faut se mettre dans la tête que la société telle qu'on la connait arrive à sa fin et que c'est un nouvel équilibre qui va se mettre en place. La question est : Est-ce que les population y seront préparée pour éviter une 3ème guerre mondiale sur les terres restantes viables?

Alice91 | 04 octobre 2007 à 09h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:on est tous concerné

Il semble que les "experts "du GIEC soit plus branche sur la politique propagandiste que les details scientifiques.

Je ne vois pas de mention sur les glaciers qui grossissent en amerique par example ou de la glace qui s'accumule dans l'antartic.
Il ne font pas cas non plus de la temperature en hausse sur mars (1,5 degres /C ) ainsi que sur les autres planetes de notre systeme solaire .

Si la situation etait VRAIMENT Grave es ce que le gouvernement Australien autoriserai(aukourd'hui 4/octobre/07 l'ouverture d'une entreprise de deboisement massif dans les forets vierge de Tasmanie.? ?

encore une fois comme pour TOUS les evenements depuis le 9 septembre 01on nous bombarde de mensonges. La realite EST L'ENVERS de la propagande !

Heureusement ces abus ont eu pour resultat de reveiller les foules autour du globe . Les gens comprenent qu'en fait on aspire tous aux memes besoins et que l'obstacle est la minorite des SUPER RICHES qu'on appel de differents noms.(illuminatis,famille royales,sionists,grand capital etc..)

L'homme a passe le stage d'etre soumis a une "elite privilegiee" ou 1% de la population mondiale est tenante de 50% de toutes les richesses.

Ceci est contraire a toutes les soit disantes lois humanitaires affichee par l'ONU (qu'el est le reel agenda de l'onu ?)
Il y a donc occune raison de les croire quand ils nous presentent une concoction "alarmante " sur l'environement.
95% des gazes a effect de serre est de la vapeur d'eau
5% se divise entre methane ,CFC,Co2 et autres
1,8 % est du Co2 en grande majorite NATUREL d'origine
La participation humaine en Co2 est 1/20eme de 1,8= 0,09 %
On nous demande de faire de gros sacrifices our reduire ce 0,09% de 15% ET CA ,VA SAUVER LA PLANETE ??

L'elite fera une troisieme guerre mondiale quand ca les servirra il suffira de balancer quelques mensonges de plus sur leur medias.

le fait de mentionner qu'une catastrophe "naturel" provoquerai une guerre est une tactique basee sur la peur (comme Saddam qui voulait tuer tout le monde )
Ca ne marche plus ( le roi est tout nu )
Il faut apprendre a se respecter les uns les autres , C'EST TOUT

Guy | 04 octobre 2007 à 17h28
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:on est tous concerné

Guy, votre incompréhension du phénomène du réchauffement est déarmante...
De plus, je pense que c'est un complot de l'énorme lobby des vendeurs de liège qui menace les peztites PME sans défense telles que Totalfina-elf, EADS et l'insignifiante économie américaine.

jp-42 | 29 février 2008 à 09h53
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:Re:Re:Gestion globale de l'eau

Le petit consommateur a une grand pouvoir, celle de l'urne. Je ne me plaindrais jamais de l'orientation de mon pays devant un ami chinois; il ne comprendrait pas bien notre problème.
"c est la majorité qui l'a voulu"

jp-42 | 29 février 2008 à 09h59
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…